International

Action de soutien par l’EZLN

Notre dernière action: EZLN VS ENGIE

Les activistes de l’EZLN rapportent les déchets nucléaires d’ENGIE-Electrabel dans ses bureaux à Bruxelles.   

Cette après-midi dans le quartier de la gare du Nord, une soixantaine d’activistes de l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN) se sont introduits dans les locaux d’ENGIE pour dénoncer le projet d’enfouissement de déchets radioactifs en Belgique. Déguisés en animaux, les activistes de l’EZLN ont abandonné une dizaine de faux barils nucléaires dans le hall d’entrée. Ils accusent ENGIE de crimes environnementaux et climatiques avec la complicité des ministres fédéraux Kris Peeters et Marie Christine Marghem.

Cette année, le gouvernement devra prendre une décision finale sur la manière de gérer les déchets radioactifs de nos centrales, et ce, sur base d’un avis de l’organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF). Cet avis propose d’enfouir les déchets radioactifs de haute activité et/ou de longue durée de vie sous des couches géologiques considérées comme hermétiques telle que l’argile. Alors que la région de Boom était nommée en 2010, la nouvelle note de 2018 ne précise plus de lieu de stockage suivant ainsi une demande expresse du gouvernement fédéral. Malgré ce changement, aucune évaluation stratégique supplémentaire des incidences sur l’environnement n’est nécessaire selon l’ONDRAF.

«Il n’existe aucune solution pour ce type de déchets nucléaires mais les enfouir sans étudier l’impact environnemental que cela aura sur le long terme et sans aucune possibilité d’y accéder en cas d’incident, c’est potentiellement un crime contre l’environnement et un crime contre l’humanité que les ministres en charge s’apprêtent à autoriser», déclare l’EZLN. Cette action vise à mettre la pression sur le gouvernement belge afin qu’il mette en place une politique de stockage sécurisé mais qui reste accessible afin de pouvoir réagir en cas de besoin. L’EZLN déclare également qu’”il faudrait fermer les centrales bien avant 2025 tel que prévu par le plan énergie-climat 2030 car la meilleure manière de gérer les déchets c’est de ne pas en produire”.

Au-delà de la question des déchets nucléaires, ENGIE Electrabel est le pire fournisseur belge en matière d’énergie renouvelable selon le classement “Mon électricité verte”. L’EZLN déclare que l’énergie nucléaire est souvent considérée à tort comme une alternative aux énergies fossiles car la disponibilité de cette forme d’énergie a pour conséquence de freiner les investissements et le développement des secteurs de l’énergie renouvelable comme l’éolien et le photovoltaïque. « L’idéal pour l’environnement et le climat mais aussi pour la sécurité et la justice fiscale serait de voir disparaître des géants comme ENGIE, qui placeront toujours le profit avant la sécurité des citoyens et le respect de l’environnement, pour laisser émerger des coopératives de production d’énergies renouvelables.».

Cette action de l’EZLN s’inscrit dans une campagne menée pour la transition énergétique et la justice climatique qui avait commencé en décembre 2017 avec une action similaire menée contre Fluxys et ses projets gaziers.

http://ezln-zoologique.be/

Solidarité depuis le territoire Mi’kmaw non-cédé

Nous avons reçu cette photo de solidarité réalisée par des gentes impliquées dans la lutte contre la pétrolière Junex en territoire Mi’kmaw non-cédé (territoire surtout connu sous le nom de Gaspésie). Située dans l’est du Québec, la « péninsule gaspésienne » est menacée de toute part par de nouvelles réglementations qui autorisent l’extraction pétrolière dans la région. En août dernier, des dizaines de militant.e.s écologistes et anticolonialistes ont bloqué l’accès à un site de forage de la compagnie Junex pendant plusieurs jours. Suite à leur expulsion, illes se sont retrouvé au bord de la route 198 où un campement de solidarité s’était mis en place. Le « Camp de la rivière » (ou « Junexit ») entamera bientôt son deuxième mois d’existence et les gentes sur place se prépare maintenant à affronter l’hiver! Le camp est devenu un lieu de rencontre incontournable dans la lutte contre les hydrocarbures et la destruction coloniale dans les provinces de l’est du Canada.

NON AUX PÉTROLIÈRES! NON AU NUCLÉAIRE! One world, one struggle!

Pour info: campdelariviere.info

Info-tour Bure en Allemagne

Après 20 ans de lutte contre le projet d’enfouissement des déchets nucléaires, la détermination des militant-e-s ne cesse d’augmenter.

L’année 2016 a permis grace à diverses stratégies (bataille juridique, occupation de la zone des travaux, manifestations…) d’entraver la mise en oeuvre par l’ANDRA (l’agence national pour la gestion des déchets radioactif) de centaines de forage dans la foret du bois Lejuc. Les murs que l’ANDRA a érigés n’ont pas suffit à contenir notre colère qui les a fait exploser.

2017 apporte sont nouveaux lot de combat : empêcher l’ANDRA de continuer  le massacre du bois, les empêcher d’en récupérer la propriété aujourd’hui contestée par les habitants de la commune, étendre l’occupation sur place, défendre la vingtaine d’espèces protégées récemment découverte dans la forêt. En effet, chauve souris, reptiles, sangliers, hiboux, cerfs et chats sauvages se trouvent menacés par l’agence qui entend bien déposer sa demande d’autorisation pour le stockage en profondeur (500 mètres) en 2018, sans se soucier des dégâts qu’elle cause, à court comme à long terme. Laconiquement, l’ANDRA indique qu’elle règlera les compensations financières en lien avec la perte de biodiversité qu’elle engendre.

Mais rien n’est joué pour l’ANDRA qui croyait pouvoir appliquer ses méthodes mafieuses sans résistance de notre part. Aujourd’hui, le réseau de notre lutte qui date de plus de 30 ans s’étend et s’internationalise. De Notre-Dame-des-Landes à Pyhajoki en passant par Gorleben, les liens se renforcent chaque jour.

Dates et lieux :

16. April: Hambacher Forst, (Skillsharing Camp)
18. April: Bielefeld, Autonomes Jugendzentrum
20. April: Bremen, Altes Sportamt
24. April: Wendland, Gasthof Meuchefitz
26. April: Leipzig, Meuterei
28. April: Berlin, Wagenplatz Lohmühle

Attention changements possibles dans les dates, le site sera tenu à jour!

Achtet auf Änderungen!

 

Pour nous contacter, vous pouvez nous joindre sur l’adresse mail suivante : sauvonslaforet@riseup.net

A bientôt, ici ou ailleurs

30/06 – 10/07 : Marche NO-TAV

La marche No-TAV le long du tracé de la ligne de TGV contestée Lyon-Turin a commencé il y a quelques jours.

Plus d’infos ici : http://marchenotav.noblogs.org/

Le parcours : FlymarcheMNT-Couleur

—————————————————-

Une lettre des amiEs qui organisent la marche :

Salut à toutes et à tous,

Nous espérons que cette nouvelle lettre vous trouvera plein de vitalité et d’entrain à la perspective de cheminer ensemble entre Lyon et Turin du 30 juin au 12 Juillet. Notre première invitation ayant rencontré un certain écho et quelques questions, nous venons par la présente clarifier certaines de nos intentions.

Il ne s’agit pas d’une marche sur le palais d’hiver ou un quelconque autre lieu de pouvoir ou institution. Nous ne sommes pas à la recherche de symbole. Marcher le long du tracé du TGV c’est se donner les moyens d’apprivoiser des territoires, de se rencontrer. C’est un repérage, une reconnaissance en vue d’une reprise des travaux donc des hostilités. Cette marche s’apparente aux « passeggiata » dans le Valsusa organisée régulièrement pour permettre d’appréhender la montagne, rendre praticable les sentiers, se familiariser ensemble avec les chemins de traverse.

Pour être tout à fait honnête il nous faut expliquer que nous ne marcherons pas de Lyon à Turin. Sur les 15 jours que nous passerons ensemble, nous marcherons certains jours entre deux étapes, d’autres jours autour du camp pour aller découvrir tel chantier qui va bientôt commencer.

Nous ferons des journées au même endroit, avec des assemblées. Nos soirées seront ponctuées de discussions sur les luttes d’ici ou là, mais aussi de concerts et de grands festins. Plus que tout, c’est un temps que nous nous donnons pour vivre ensemble, nous rencontrer. Sortir de l’isolement et allier nos forces. C’est un moment, qui, on l’espère, en appellera d’autres. Trois grandes zones se dessinent : l’avant-pays savoyard, la Chartreuse et la Vallée de la Maurienne.

Camp frackenpada au Pays Basque

cartel-en

FRACKANPADA - Un camp international contre le Fracking. Du 13 au 19
juillet 2015 à Vitoria-Gasteiz, Pays Basque*

Les mouvements anti-Fracking (Fracturation Hydraulique en anglais,
utilisée notamment dans l'extraction du gaz de schiste) invitent à des
actions dans le Pays Basque, près de la frontière franco-espagnole, à
environ 500 km de Barcelone. Des groupes anti-fracking de plusieurs pays
appellent les activistes d'où qu'ils et elles soient en Europe à venir
au camp Frackanpada dans les environs de Vitoria-Gasteiz. Le but du camp
est d'échanger connaissances et pratiques, d'organiser des actions et
nos luttes pour la défense de la terre, pour la justice sociale et pour
une société durable. Il s'agit aussi de développer la résistance contre
l'extraction des énergies fossiles, la course au profit, les expulsions
et la répression étatique.

Le camp a pour vocation de rassembler des personnes engagées dans la
lutte contre le fracking, venues de toute l'Europe pour échanger
expériences et visions d'alternatives justes, pour mettre en pratique
des méthodes participatives d'organisation sociale et pour agir,
dénoncer et stopper la pratique du fracking. Le programme sera divers et
adapté au plus grand nombre, des ateliers à la présentation de films,
d'activités pour les enfants à des sessions d'échanges de savoirs et
compétences. Le but est d'en savoir plus sur le fracking, d'apprendre
comment résister aux multinationales, de se connecter avec d'autres
luttes contre le changement climatique, l'extraction fossile,
l'injustice sociale et toute autre menace pesant sur nos communautés. Un
appel à la participation et à vos propositions est dès à présent en ligne.

Le lieu choisi pour le camp a une forte symbolique puisque le camp se
trouve directement à côté du terrain d'un ancien puits destiné à être
étendu pour l'extraction du gaz de schiste. Frackanpada a le soutien des
voisins du village proche, qui nous accueillerons sur leur terrain. Les
activistes locaux n'ont pas de doute - c'est le moment pour refaire
monter la pression dans la région contre ces projets “Le plus nous
serons, le plus ça leur coûtera!”

Il n'y a qu'unies que nous pouvons stopper et résister à leurs plans. Il
faut mettre un terme à cette folie. C'est le moment de passer à
l'action! Non au fracking où que ce soit! 

http://frackanpada.frackingez.org/
frackanpada@riseup.net

********************************
*FRACKANPADA an international Anti-Fracking Camp, 13-19 July 2015 in
Vitoria-Gasteiz, Basque country*

This summer European anti-fracking movements are mobilising for action
against fracking in Basque Country – close to the Spanish-French border,
500 km west of Barcelona. Anti-fracking collectives from several
countries are calling on activists from across Europe to gather near
Gasteiz-Vitoria for a week-long Frackanpada camp with actions and
skill-sharing to organise our struggles in defense of the land, for
social justice and for a sustainable society as well as developing our
resistance against fossil fuel extraction and the underlying system of
corporate profit and state evictions and repression.

The camp will bring together the people involved in the struggle against
fracking from all corners of Europe, to share experiences and exchange
skills; to put into practice participatory ways of social organising and
visions of just alternatives; and to take action to expose and halt the
practice of fracking. There will be a wide range of activities for
everyone, from workshops and talks to films, activities for children and
skill-shares. We want to learn about fracking, and share skills for
resisting this industry from groups all over Europe and further afield,
we also want to connect this struggle to other struggles against climate
change, fossil fuel extraction, social injustice and other threats that
our communities face. An open call for the camp’s programme is online
and inviting proposals.

The location of the camp has strong symbolic meaning as a spot with
plans for fracking. The camp is right next to a former drilling site
which they want to expand for shale gas extraction. Frackanpada has the
support from inhabitants of the nearby village, that allowed us to camp
on their land. Local activists are clear that now is the time to
re-escalate action in the region “The more numerous we are, the more it
will cost them”.

Only together we can stop and resist their plans. It's time to stop
their nonsense. It's time for action! No fracking here nor anywhere!

http://frackanpada.frackingez.org/
frackanpada@riseup.net
Aller à la barre d’outils