Information

!IMPORTANT! Appel Legal Team

Si vous êtes convoqué-e pour une audition en gendarmerie, avant de vous y rendre, merci de prendre contact avec la Legal Team : 07 55 777 632 ou arr (at) riseup (point) net. Attention de ne pas dire au téléphone ce que vous auriez pu faire ou pas pour être convoqué-e.

! MISE à JOUR au 22/11/2016 : Déjà 4 personnes ont été entendues pour la destruction du mur. D’autres devraient recevoir des convocations prochainement. Il est important de nous tenir informer si vous en recevez une aussi. Merci.

Tous et toutes à Bar-le-Duc le 18 octobre à 9h pour le procès de deux camarades !

Soutien à deux camarades inculpé-es le mardi 18 octobre à 9h à Bar-le-Duc !

Retrouvons-nous nombreux-euses devant le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc le mardi 18 octobre à 9h en soutien à deux camarades. Venez découvrir la nouvelle pièce de théâtre écrite par l’Andra et mise en scène par la Justice : l’histoire rocambolesque de nos deux artistes peintres en bâtiment arrêté-es au lendemain des 200 000 pas, le 6 juin 2016, par la gendarmerie rurale au terme d’une étrange affaire d’art incompris sur une gare en ruine appartenant à l’ANDRA. Illes sont  inculpé-es pour « refus de signalétique » et de « dégradation  » en réunion.

C’est le troisième procès de la répression de l’été d’urgence, après le renvoi du 6 septembre sur 2 camarades arrêtés lors de la manif’ de réoccupation du 16 juillet, et le 12 septembre le procès du camarade interpellé lors de l’expulsion ! Contre la répression qui met la pression, divise, isole, la solidarité est notre arme :  amenons nos masques de hiboux, notre bonne humeur, des carnets de chansons et un petit truc à grignoter !

Tel info : 07 58 65 48 89

Infos : sauvonslaforet@riseup.net

De Bure à la ZAD, du Nord au Sud, l’appel des arbres fait écho contre les aménageurs !

drapeau_foret

À partir du 24 octobre, chantier de construction dans la forêt libérée de Mandres-en-Barrois

 Deutsch : Bure: Aufruf zum Bau von Widerstandshütten gegen das atomare Klo

English : From the 24th of October, construction works will start in the liberated Lejuc forest of Mandres-en-Barrois

Ici, les hiboux de Bure s’opposent à Cigéo et défendent le Bois Lejuc à Mandres-en-Barrois contre un projet mégalomaniaque de poubelle nucléaire.

Là, les tritons s’opposent à un aéroport et occupent le bocage de la ZAD contre un autre méga-projet inutile et imposé.

Ailleurs, les marmottes de la Haute-Durance rongent des pylônes THT (1).

Le 14 août 2016, la destruction collective du « mur de la honte » de l’ANDRA a été le point d’orgue d’un fol été d’urgence consacré à la défense du Bois Lejuc, menacé de destruction par des travaux préliminaires au projet CIGEO. Depuis cette date, la forêt de Mandres est libérée du joug des nucléocrates. Les travaux de défrichement, condamnés par le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc le 1er août, sont suspendus. Un millier de stèles en béton désarmé gisent à terre, et la militarisation du territoire s’est atténuée. Sur les ruines du nouveau monde, des cabanes se sont à nouveau réinstallées, discrètement, dans des hêtres et des chênes majestueux.

Mais depuis quelques semaines l’ANDRA a commencé sa contre-attaque. Campagne de communication offensive, portes ouvertes du laboratoire. Déjà la gendarmerie fait des contrôles ciblés, tandis que les vigiles de l’Andra reviennent rôder sur les chemins, bâtons en main. Ce matin même, 11 octobre, à l’heure où nous rédigeons cet appel, l’huissier est venu avec des vigiles filmer nos quelques constructions existantes. Le 20 octobre se tiendra le jugement de l’appel de l’ANDRA contre la décision de suspension des travaux du 1er août : au mieux, elle obtiendrait des délais plus longs pour avoir les autorisations, au pire elle obtiendra l’annulation du jugement précédant, et tout pourrait alors aller très vite. Tandis que les menaces d’expulsions planent sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, à Bure aussi une destruction de cabanes et forêt est potentiellement imminente, ainsi que la reprise de travaux : défrichement, fouilles archéologiques, « sondages géotechniques », mur d’enceinte en béton… Les engins de destruction pourraient reprendre leur ballet mortifère, même en hiver.

Nous devons nous tenir prêt-e-s : la machine s’apprête à creuser, bloquons-là !

Au sol, derrière les barricades ! En l’air, perché-es dans les arbres, protégeons le bois Lejuc ! »

cabane_arbre

Alors que la ZAD menacée fait appel « aux ami-es des arbres »(2), nous l’appuyons, la relayons, et lui faisons écho : Ici aussi, à Bure, nous voulons continuer à enraciner la résistance et nous relançons un appel pour tisser entre elles les branches des arbres, en faire des nids, des cabanes de lutte et de partage. Que vous vous y connaissiez ou non dans la construction d’habitats légers et éphémères, dans les techniques de grimpe, de blocage et autres enrayages de machines destructrices, venez et apprenons ou partageons nos savoirs-faire pour défendre des forêts, des bocages, des morceaux de vies menacées.

Créons des arches et voyageons d’arbres en arbres, de résistances en résistances :

de la ZAD, rejoignons-nous ensuite dans la Meuse à partir du 24 octobre

pour une nouvelle saison de construction en forêt » (et beaucoup plus si affinités !).

Toutes les expériences et volontés sont les bienvenues dans les mois qui viennent et qui vont être déterminants pour la poursuite de la lutte contre Cigéo et son monde !

Relayons cet appel massivement de réseaux en réseaux, et signifions ensemble à l’ANDRA que son retour dans le Bois Lejuc ne sera pas facile et que nous serons nombreu-ses à les attendre de pied ferme !

« Et La forêt elle est à qui ? Elle est à nous ! » (3)

Les Chouettes Hiboux de Bure

Questions logistique :

! Important ! Liste de nos besoins matériels : cliquer ici. Nous n’avons que peu de moyens de transport, si vous pouvez nous déposer le matériel directement, cela nous aidera précieusement ! Si vous ne pouvez pas, prévenez-nous quelques jours avant pour que nous puissions nous organiser. Merci.

Hébergement : Il est important de prévoir le plus possible votre autonomie en sachant que deux lieux peuvent accueillir : La maison de la Résistance à Bure et un autre terrain de lutte non loin, à Luméville-en-Ornois. Ces lieux ont leurs propres limites, c’est pourquoi il est préférable de nous contacter avant votre venue. Il est aussi possible de prévoir tout de suite d’investir la forêt et de s’y installer même sous tente !

Ravitaillement : Là aussi, les habitant-es de la forêt essayent d’être le plus autonomes possible même si nos différents lieux de vie sont liés et solidaires question bouffe bien sûr. Si vous ramenez des victuailles, ce ne sera pas de trop.

Pour nous contacter :

Email : sauvonslaforet[at]riseup[point]net / n° Info forêt : +33(0)7 54 22 18 80 / Presse : +33(0)7  53 54 07 31 / Maison de la résistance (Bure Zone Libre) : +33(0)3 29 45 41 77

 (1) Une ligne THT qui augure la vente encore plus massive de sinistre énergie nucléaire à l’Italie, en détruisant les Alpes sur leur chemin (semaine d’action et soutien décentralisée du 10 au 17: maintenant !!! https://notht05.noblogs.org/post/2016/09/22/10-1710-france-appel-du-lac-de-rama/ ).

(2) Appel aux ami-es des arbres et de l’escalade pour la défense de la zad  de Notre Dame des Landes dès le 9 octobre : http://zad.nadir.org/spip.php?article4066

(3) Cri de ralliement des hiboux de Bure

 

25 septembre – Pique-nique les gazs de couche en Lorraine !

Nous relayons ici l’appel d’un collectif de lutte contre les projets de gazs de couche en Lorraine ! L’appel en PDF.

Mais que se passe-t-il en ce moment en Lorraine ?

  • automne 2015 : découverte du projet d’exploration de gaz de couche par les habitant-e-s désinformé-e-s alors qu’une pseudo-enquête publique se déroule incognito
  • été 2016. 20 puits déjà définis par FDE et plus de 220 puits prévus (150 puits sont également prévus dans le Nord-Pas-De-Calais)

C’est dans la discrétion la plus totale avec la complicité des décideurs politiques en place que la FDE Française De l’Energie a commencé ses travaux préparatoires au lendemain du camp de mobilisation à Volmerange-les-Boulay : clôturage, défrichage illégal, terrassement et bétonnage, installation de caméras et de vigiles 24h/24.

Les « gaz non conventionnels » sont des énergies fossiles dont l’exploitation extrêmement polluante a déjà montré ses ravages dans d’autres pays (Etats-Unis, Pologne, Australie,…) et ne se passe pas de la fracturation hydraulique, De nombreux candidats à la présidentielle 2017 promettent d’autoriser cette technique.

Nous ne voulons pas de ce énième projet inutile imposé ! pas de fossile, ni de nucléaire, ni en Lorraine ni ailleurs !
Pas de foreuses, puits ni béton dans nos fôrets et sur nos terres agricoles !

Nous vous appelons pour une balade puis un pique-nique convivial et actif (tiré du sac !) !
Rendez-vous Dimanche 25 septembre à 11 heures à Altviller, parking du CAT (serres à l’entrée du village)

Les Ingazables

Sam 17 Septembre – Une nouvelle assemblée de lutte !

IMG_20160626_160424

Après ce fol été, il est important de toutes et tous se revoir pour faire le point sur la lutte et tracer les perspectives à venir .. Le mur du Bois Lejuc tombé, restons aux aguets des agissement de l’ANDRA et des travaux à venir ..

“C’est une Assemblée pour toutes et tous, habitant-e-s des environs, ami-e-s de plus loin, associations en lutte, toutes les personnes qui se sentent concernées et souhaitent se renseigner, prêter main forte ! … Soyons nombreus-e-s à montrer notre détermination. Nous avons besoin de nous voir pour être plus fort-e-s, nous connaître, se nourrir du travail des un-e-s et des autres.

Cette assemblée nous appartient à tout-e-s, faisons-la vivre !”

RDV à 14h à l’ancienne gare de Luméville à côté du préau ou s’il pleut à la maison de résistance à Bure.

SOUTIEN AU PROCÈS LE 6 SEPTEMBRE 2016 À 9H TGI DE BAR-LE-DUC

refus_adn_1

DEUX OPPOSANT-ES AU PROJET CIGEO à BURE

comparaissent pour avoir refusé

de se soumettre au prélèvement ADN

PLUSIEURS AVOCAT-ES PLAIDERONT POUR DÉNONCER CE FICHAGE DE MILITANT-ES.
RDV à 8h45 devant le tribunal.
A BAS LES MURS ! A BAS LE FICHAGE !
À Bure comme ailleurs,
nous refusons le prélèvement et la mise sous scellé de notre ADN.

Dans les semaines, les mois à venir, des militant-es contre le projet CIGEO et son monde vont encore être jugé-e-s devant un tribunal pour avoir refusé d’ajouter leur ADN aux millions de fichiers du FNAEG.

Ça suffit.

Cette répression a trop duré !

Nous sommes de celles et ceux qui voulons vivre dans un monde libéré de toutes formes d’oppression qu’elle soit institutionnelle ou morale.

Nous sommes depuis trop longtemps témoins des dérives administratives autoritaires de l’État.

Nous sommes de celles et ceux qui apprenons à nous libérer de leur emprise sur nos vies.

Nous sommes de celles et ceux qui subissons la répression par le contrôle, le fichage à outrance, par la matraque, les grenades et la privation de liberté.

Nous appelons à l’insoumission face à toute forme de fichage et discrimination.

Nous soutenons et appelons à soutenir toutes les personnes qui le refusent en mettant leur propre liberté en jeu.

Ce procès n’est pas celui de deux militant-es mais celui du fichage par l’ADN et de la répression policière, judiciaire et politique, permanente, illégitime et illégale.

Malgré le bouillon sécuritaire perpétuel, faisons entendre nos voix, celles qui refusent de sacrifier leurs libertés sous le prétexte d’anti-terrorisme. Nous ne sommes pas dupes de la volonté de l’utiliser contre toutes et tous pour faire taire toute contestation.

Mettons un coup d’arrêt au fichage et son monde !

C’est pourquoi plusieurs avocat-es de nos groupes de soutien juridique (Bure, Nancy, Paris) plaideront lors de ces procès en argumentant sur notamment 3 aspects : juridique, scientifique et politique.

Aux médias :

Comme vous l’avez compris à travers cet appel, la portée de ces procès ne sera pas seulement individuelle : Les prévenus représentent les militantes et les militants de toutes les luttes.

Aussi, nous vous demandons de ne pas cibler les 2 personnes en procès ce jour-là mais de rendre compte de la dimension politique de ce procès quant au fichage des militant-es, c’est-à-dire de ne citer ni leur nom, ni montrer leur visage par respect pour leur vie privée mais surtout parce que, dans le cadre de la stratégie de défense et de soutien que nous venons de décrire, ces informations n’auront aucun intérêt.

Nous serons nombreux-ses ce jour-là devant le tribunal, à être concerné-es (déjà et tôt ou tard).

Les équipes média et juridique que vous connaissez déjà seront là aussi pour vos répondre.

Merci d’avance de votre compréhension.

Contacts :

  • Équipe médias : 07 58 65 48 89

  • Legal Team Bure : 07 55 777 632

Programme des semaines à venir à Bure !

Après l’étéd’urgence… l’#Été indien à Bure !

De beaux rendez-vous contre l’hiver nucléaire et autoritaire !

Après le fol #Étéd’urgence à Bure qui a vu tous les murs de résignation s’abattre et être franchis dans l’allégresse, rien ne retombe ! L’urgence est moins prononcée maintenant que l’ANDRA s’est – temporairement – retirée du bois Lejuc. Tant mieux, profitons-en : l’ambiance se fait plus douce, propice à se poser un moment, regarder autour de soi et constater à quel point la dynamique a changé. Tant de nouveaux visages, de nouveaux-elles ami-e-s, tant de désirs d’installation, d’envie de continuer de faire vivre cette si belle énergie dans de nombreux projets : chantiers à la gare, pour continuer d’améliorer les lieux d’accueil, discussions, organisation pour soutenir d’autres luttes, récoltes des champs de patates squattées, bronzette (Bure cul nu… ou pas), lectures tranquilles ou collectives (Bure qui lit), etc… Affirmons, au nez et à la barbe des cauchemars sordides de désert nucléaire et policier, la douceur de vivre collective dans le sud-Meuse, au rythme de l’été indien ! Il n’y aura jamais d’hiver en Meuse !

Toutes les infos sur les moments publics autour de Bure sont ici !

Du 5 au 10 Septembre : Chantier collectif à l’ancienne gare de Lumeville-en-Ornois !

Bure-27Une belle occasion de repasser en Meuse autour d’un chantier participatif et convivial! Au programme, la poursuite de l’aménagement de l’ancienne gare : construction d’une cuisine d’hiver isolée, petit maraîchage, … Venez avec vos outils et votre bonne humeur ! Possibilités de dormir à la maison de résistance à Bure ou de camper directement sur place (dans ce cas prévoir tente, frontale, duvet, …). Comme d’habitude, on prépare les repas ensemble. N’hésitez pas à ramener des légumes, du café, …

Pour nous soutenir, nous cherchons à rassembler pour le chantier tout ça .

Mardi 6 Sept – 8h45 – RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN AU PROCÈS À 8h45 TGI DE BAR-LE-DUC

refus_adn_1Deux OPPOSANT-ES AU PROJET CIGEO à BURE comparaissent

pour avoir refusé de se soumettre au prélèvement ADN.

PLUSIEURS AVOCAT-ES PLAIDERONT POUR DÉNONCER  CE FICHAGE DE MILITANT-ES.

A BAS LES MURS ! A BAS LE FICHAGE !

À Bure comme ailleurs, nous refusons le prélèvement et la mise sous scellé de notre ADN. Lire l’appel ici

Mercredi 7 septembre – 18h30 – Discussion bilan des 4 derniers mois de mouvement social et réflexions sur la rentrée !

Rendez-vous à la Gare de Luméville, après une journée de chantier bien remplie, pour une discussion tranquille de partage d’analyses et de ressentis sur les quatre derniers mois du mouvement social ; lectures de textes critiques, réflexion sur la rentrée et premiers préparatifs de la manifestation du 15 septembre…

Dim 11 Sept – 10h-19h- Rencontres de soutien Grand Est à la ZAD de NDDL !  – À l’ancienne gare de Luméville

En réponse à l’appel du mouvement de lutte anti-aéroport à réaliser des rencontres intercomités décentralisées le week-end du 10 & 11, des habitant-e-s de Bure et des environs proposent d’accueillir une rencontre des comités de soutien grand Est le dimanche 11 septembre à l’ancienne Gare de Luméville-en-Ornois. Où en est la situation sur le terrain, quelles sont les dernières informations quant à une éventuelle intervention, comment s’organiser pour défendre la ZAD ici et là-bas et être très réactifs (mutualisation d’outils, relais d’informations, organisation de convois), etc. Telles sont les questions qu’on voudrait pouvoir approfondir ensemble !

Pour lire l’appel et le programme de la journée c’est par ici

Lundi 12 Sept – 14h45 – Appel à soutien au TGI de Bar-le-Duc

dessin 12 septembre 12.09A l’aube du 7 juillet de l’ An 16 de notre millénaire, la gendarmesque aux ordres de leurs commanditaires nucléocrates partait s’essayer à la pratique de la chasse aux hiboux émancipé-es.

L’enjeu était de provoquer un état de stupeur chez la trentaine de proies repérées dans le bois Lejuc la veille. Parmi l’éventail de techniques de chasse, le commandant Du Bois suivi de ses sbires prédateurs suréquipés, sur armés, et en sur nombre, avait opté pour celle aux lacrymogènes.

Appuyé d’un bulldozer pour déloger les hiboux, tout juste endormis, de leur nid barricadé, il ne restait plus qu’aux prédateurs à saturer la zone de gaz afin d’isoler une proie de ses congénères. la suite de l’appel ici.

l’affiche à diffuser massivement autour de vous ! Soyons nombreu-se-s devant le tribunale !

Samedi 17 septembre – Une nouvelle assemblée de lutte !

IMG_20160626_160424

Après ce fol été, il est important de toutes et tous se revoir pour faire le point sur la lutte et tracer les perspectives à venir .. Le mur du Bois Lejuc tombé, restons aux aguets des agissement de l’ANDRA et des travaux à venir ..

“C’est une Assemblée pour toutes et tous, habitant-e-s des environs, ami-e-s de plus loin, associations en lutte, toutes les personnes qui se sentent concernées et souhaitent se renseigner, prêter main forte ! … Soyons nombreus-e-s à montrer notre détermination. Nous avons besoin de nous voir pour être plus fort-e-s, nous connaître, se nourrir du travail des un-e-s et des autres.

Cette assemblée nous appartient à tout-e-s, faisons-la vivre !”

RDV à 14h à l’ancienne gare de Luméville à côté du préau ou s’il pleut à la maison de résistance à Bure.

Jeudi 22 septembre – Réunion du collectif informel Terres de Bure

Après ce fol été d’urgence passé à repousser l’ANDRA du bois Lejuc, Bure et ses environs fourmillent toujours autant de beaux projets et de réappropriation en tout genre !
Début septembre, le champ de patates pirates squatté depuis avril 2016 sur les terres de l’ANDRA a été récolté : environ 200 kg, qui promettent de beaux plats de patates risolées, sautées, frites et autres purées. De quoi nourrir la lutte pour un petit moment !
On a pas eu le temps de s’occuper de ce champ autant qu’on l’aurait voulu, mais cette année, c’est sûr, on va faire encore mieux !
Rendez-vous donc JEUDI 22 SEPTEMBRE à 19h la Maison de résistance pour discuter des terres de Bure : où en est l’accaparement des terres de l’ANDRA et comment résister ? Quels rencontres publiques peut-on prévoir dans les temps à venir ? Quel bilan des derniers mois ? Quels recours juridiques envisager ? Quels autres idées ? On vous attend nombreux-euses pour continuer de reprendre le territoire et d’ancrer une résistance collective sur les terres convoitées par l’ANDRA!
Comme d’hab, ramenez de quoi boire et grignoter !
On sème des terres, on est déters !
Quelques habitant-e-s et (apprenti-e-s) paysan-ne-s de Bure et des environs

25 septembre – Bure irradie Paris ! – rendez-vous avec le collectif des Scotcheuses à la Parole Errante !

Rendez-vous à Paris, à la Parole Errante, pour une soirée qui se promet mémorable : cabaret, discussions, informations sur la lutte à Bure, ateliers autour du film post-apocalyptique en cours de tournage à Bure en ce moment…

Plus d’infos à venir très bientôt !

25 septembre – Pique-nique les gazs de couche en Lorraine !

Nous relayons ici l’appel d’un collectif de lutte contre les projets de gazs de couche en Lorraine ! L’appel en PDF.

Mais que se passe-t-il en ce moment en Lorraine ?

  • automne 2015 : découverte du projet d’exploration de gaz de couche par les habitant-e-s désinformé-e-s alors qu’une pseudo-enquête publique se déroule incognito
  • été 2016. 20 puits déjà définis par FDE et plus de 220 puits prévus (150 puits sont également prévus dans le Nord-Pas-De-Calais)

C’est dans la discrétion la plus totale avec la complicité des décideurs politiques en place que la FDE Française De l’Energie a commencé ses travaux préparatoires au lendemain du camp de mobilisation à Volmerange-les-Boulay : clôturage, défrichage illégal, terrassement et bétonnage, installation de caméras et de vigiles 24h/24.

Les « gaz non conventionnels » sont des énergies fossiles dont l’exploitation extrêmement polluante a déjà montré ses ravages dans d’autres pays (Etats-Unis, Pologne, Australie,…) et ne se passe pas de la fracturation hydraulique, De nombreux candidats à la présidentielle 2017 promettent d’autoriser cette technique.

Nous ne voulons pas de ce énième projet inutile imposé ! pas de fossile, ni de nucléaire, ni en Lorraine ni ailleurs !
Pas de foreuses, puits ni béton dans nos fôrets et sur nos terres agricoles !

Nous vous appelons pour une balade puis un pique-nique convivial et actif (tiré du sac !) !
Rendez-vous Dimanche 25 septembre à 11 heures à Altviller, parking du CAT (serres à l’entrée du village)

Les Ingazables

Et en Octobre ..

Toutes et tous à Flamanville les 1er et 2 octobre contre l’EPR !

https://i0.wp.com/www.can-ouest.org/wp-content/uploads/2016/03/Programme-4-pages.jpg?resize=617%2C436

Mardi 18 Octobre – Appel à soutien au TGI de Bar-le-Duc

Pour le procès de deux camarades (plus d’infos à venir très bientôt !)…

Bure : un véhicule fonce dans la foule

1Ce lundi 15 aout, à l’entrée du village de Bure, à l’arrivée d’une promenade semi-nocturne clôturant une journée d’activité de plein air, un groupe d’environ 50 personnes suivi par un convoi de véhicules s’est vu soudainement menacé par l’arrivée, face à eux, d’un véhicule de type utilitaire. Celui-ci, à la vue des promeneurs, n’a pas ralenti. A la grande surprise des marcheurs, le chauffard a même accéléré et a traversé la foule qui tentait de s’écarter. Se sentant attaquées, des personnes ont poursui le véhicule en frappant aux vitres afin de prévenir ses occupants de la dangerosité de leur acte. Deux individus ont malheureusement été blessés : l’une au genou, l’autre au pied (écrasé par une des roues du véhicule en question). Le conducteur ayant mis à mal la sécurité des biens et des personnes, une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de cet acte. Une cellule psychologique a également été mise en place à l’ancienne Gare de Luméville. Au vue de la situation, la cellule anti-terroriste devrait rapidement se saisir de l’affaire.

Toute personne ayant des informations sur l’utilitaire bleu, portant l’inscription « gendarmerie » sur le capot et sur les ailes, est priée de se présenter à la Maison de la Résistance afin que l’on puisse déterminer les suites à donner à cette affaire.

Blague à part, ce comportement, celui de la gendarmerie, est extrêmement dangereux et choquant. On ne s’étonnera pas qu’il attise chez celles et ceux pris-es pour cible une colère et une frustration inhérente à l’évidence que cet acte ne sera ni notifié, ni reproché aux gendarmes mis en cause.

Fil info du 1 au 7 août

 

Week-end 6-7 août

  • Ca s’active entre la Maison et la Gare de Luméville pour préparer l’accueil lors de toute la semaine à venir, et bien sûr le grand week-end de résistance et de « remise en état » de la forêt de Mandres le 13/14/15 août ! Rangements, réunions, bouffes collectives, bains de poussière (et de soleil) !
  • Samedi matin : en amont de la vigie les gendarmes contrôlent systématiquement les allers et venues, les identités, les véhicules. Un ami passé par les champs et n’ayant pas sa carte d’identité a été emmené au poste de Ligny-en-Barrois pour vérification d’identité. Il a été relâché près de deux heures après.
  • Dimanche : rangement intensif de la Maison de la résistance en prévision de l’afflux de la semaine à venir. Des barnums sont installés du côté de la gare de Luméville. Ca s’active de tous les côtés.

Vendredi 5 août

karaoke_mandresLa vigie continue d’être occupée, ce soir un karaoké s’y organise pour fêter comme il se doit l’anniversaire d’un ami.

Après-midi : les gendarmes mobiles contrôlent et fichent systématiquement les opposants et les habitants. Fouille de voiture, vérification d’identité. 3 personnes sont bloquées au carrefour de Mandres alors que la route est publique.  Des camions de BTP ont accédé au bois.

16h : l’ANDRA a sorti son communiqué, on travaille à y répondre, mais ici tout le monde est consterné d’un argumentaire aussi minimaliste et inconséquent : « L’Agence reconnaît une erreur d’appréciation ». L’ANDRA reconnaîtra-t-elle aussi une simple erreur d’appréciation pour 100 000 ans de pollution radioactive ?

Soirée : une chouette soirée tout en joie malgré la forte présence gendarmesque pour assurer « que tout se passe bien ». On retiendra la mémorable danse « Je mets l’ANDRA devant, je mets l’ANDRA derrière » devant la ligne de keufs. Un super récit ici.

 

 

 

Jeudi 4 août

2016-08-02 12.13.24

 

8h : Réveil humide pour ceux qui ont dormi à l’orée du bois : il pleut des cordes mais il y a bien longtemps que les caprices de la météo lorraine ne nous font plus peur ! On continue la vigie !

10h  : Livraison de café, de petits déj’ et de bâche pour la vigie. Les flics contrôlent les voitures, qui ne font que se déplacer sur un chemin communal. Les gendarmes demandent aux gens d’ouvrir les coffres des véhicules et contrôlent les voitures. A la maison de la résistance, on coupe du bois pour l’hiver.

12h : Le repas de midi se prépare à la maison de la résistance pour être déposé à la vigie sous l’oeil de la cinquantaine de gendarmes en faction devant notre abri de fortune !

16h : Deux camions sont sortis du bois chargé de quelques engins de chantiers. Pendant ce temps là, on joue au tarot, on bouquine, on écrit, on cherche à s’abriter un peu plus de la pluie, on discute… et bien sûr, on surveille !

Toute la journée, la stratégie de la tension s’est accentuée. Alors que nous sommes à peine une dizaine autour de notre petite construction en palettes, on a vu défiler un nombre incalculable de forces de polices : autour du bois, c’est pas moins de 5 fourgons, 4 voitures banalisées, une cinquantaine de flics qui sont mobilisés. L’hélico a survolé de façon rasante pendant une bonne demi-heure, faisant des allers-retours entre la vigie et la maison de la résistance. Les encravatés ont même fait le déplacement dans leur rutilante berline. On ne fait même pas mention des vigiles qui nous surveillent, de loin, du coin de leur cabane ! Mais on ne lâche rien ! On reste dormir à la vigie ce soir !

Mercredi 3 août

Au programme : à 11h, édification d’une vigie en bordure sud du Bois Lejuc pour surveiller que les travaux ne se poursuivent pas dans la forêt.

11h : effervescence à la maison de la résistance, on finit de préparer le repas tandis qu’à la Gare de Luméville la vigie achève d’être chargée pour rejoindre bientôt son emplacement en lisière de forêt.

13h : Fin de la construction à l’orée du bois, à quelques dizaines de mètres des vigiles et des gendarmes mobiles. On mange, chante et danse au pied de leur mur de béton. Des ouvriers de chantier sont toujours présents dans le bois, ils consolident le mur.

16h : lecture collective de la supplication ( témoignages sur la catastrophe nucléaire de Tchernobyl) à l’ombre de la vigie.

Toute la soirée, contrôle des identités et des voitures, à plusieurs reprises pour certains, verbalisation pour des infractions anecdotiques ( insuffisance du nombre de gilets jaunes dans la voiture), le fichage et les menaces se poursuivent mais on lâche rien !!

Cette nuit, une petite dizaine de personnes a dormi à la Vigie, éclairée par le doux projecteur des forces de police…

Politis4

 

 

Mardi 2 août

9h : une vigie a été mise en place pour surveiller les allées et venues autour de la forêt et s’assurer qu’aucun engin de chantier et de camions de matériaux n’entrent dans le bois, conformément à l’ordonnance prise hier par le TGI de Bar-le-Duc

12h : un camion transportant des pans de murs nous a été signalé, nous nous rendons à deux voitures à la forêt pour signifier aux gendarmes, ordonnance en main, qu’aucun chantier ne doit plus avoir lieu dans les bois, qu’aucun camion n’est plus censé acheminer quoi que ce soit, ni même sortir du bois coupé de la forêt. On nous répond que c’était la dernière livraison de pans de murs, que les prochaines ne seront pas faites dans la forêt et que tous les engins de chantier ont quitté les lieux ce matin, à l’exception d’un tracteur agricole et du camion qui a livré les pans de mur.

Lundi 1er août

15h : première historique  : le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc a rendu un jugement en notre faveur qui interrompt provisoirement tous travaux dans le Bois Lejuc et qui demande la remise en état des lieux dans un délai de 6 mois si aucun arrêté préfectoral ne vient autoriser les défrichements d’ici là.

16h : ça fuse dans les médias, on reçoit de nombreux appels de journalistes. Un communiqué unitaire entre toutes les associations à l’initiative de la plainte vient d’être publié. Rappel, on peut nous suivre sur twitter (@ZIRAdies] et facebook

18h : nous nous sommes rendus à l’entrée sud du Bois Lejuc pour nous assurer que les travaux avaient bien cessé et questionner les gendarmes sur les justifications de leur présence en protection d’un chantier jugé illégal. Une trentaine de gendarmes mobiles restent stationnés en permanence dans le bois, aux côtés de vigiles qui, à défaut de manches de pioches à la main, n’abhorrent toujours pas le nom de leur entreprise.

Soirée : fête à la Maison de la résistance ! Première victoire juridique en 20 ans de lutte ça se fête !

Violente expulsion du bois de Mandres : à quand un convoi d’opposant-e-s pour expuler la Préfecture et l’ANDRA ? Communiqué de presse (7 juillet à 7h30)

Ce matin jeudi 7 juillet à 6h, alors même que la Préfecture lance l’évacuation de la forêt occupée par surprise avec un gigantesque dispositif de gendarmes, un convoi d’occupant-e-s de la forêt et d’opposant-e-s se serait mis en route vers la Préfecture de Meuse et l’ANDRA pour en expulser ses occupant-e-s sans droit ni titre !

L’Agence pour la Gestion des Déchets Radioactifs occupe maintenant illégalement la Meuse et la Haute-Marne depuis 20 ans, à coup de subventions, de colonisations des terres et des consciences, de propagande pédagogico-culturelle, de peurs et d’intimidations sur celles et ceux qui veulent résister, et d’une politique de travaux en fait accompli pour faire accompagner un projet de poubelle nucléaire qui n’a encore aucune existence légale.

Depuis mai 2016, l’ANDRA avait aggravé son cas en occupant illégalement la forêt communale de Mandres-en-Barrois, accaparée en juillet 2015 au terme d’un échange absurde contesté par de nombreux-euses habitant-e-s du village, et un recours administratif (non suspensif). Elle y a commencé des travaux de déboisement, défrichements, et forages illégaux, contestés par une plainte pour infraction au code forestier déposée le 22 juin 2016. Un convoi d’opposant-e-s avait décidé de mettre en œuvre sa propre ordonnance d’expulsion, décidés dans des AGs du mouvement, lors d’un (suite…)

Aller à la barre d’outils