Antirépression

13/02 à 9h : Face au festival des procès absurdes, tou.te.s à Bar le Duc pour le Carnaval des Hiboux !

Podcast Ziradio : Votre béton sera votre tombe !

Appel à contribution : livre d’or du mur

*

Un 13 février, deux procès, trois accusés.

Cela commence comme une comptine, un peu trop répétée ces derniers temps, d’ailleurs… Encore des rassemblements devant le tribunal? C’est devenu presque une routine à l’heure de la criminalisation accélérée de la lutte anti-nucléaire, quand les citations directes par le procureur deviennent règle commune. Mais ce rendez-vous là est exceptionnel, tant la charge symbolique de ces trois accusations est forte. Deux personnes devront répondre le 13 février de la destruction du mur de béton érigé illégalement par l’Andra autour du bois Lejus à l’été 2016 ; une autre devra se défendre d’avoir « atteint à l’honneur » du commandant de gendarmerie Bruno Dubois en déclarant s’être faite étranglée par lui lors de son arrestation le 18 février 2017.

(suite…)

Soutien aux 16 personnes arrêté.es en Sud-Aveyron

Nous relayons ici le communiqué de l’Amassada et des opposant.es à l’éolien industriel et au Transformateur de Saint-Victor-et-Melvieu (12) :

Jeudi 25 janvier

« Ce matin, aux alentours de 6h30, plusieurs habitants des communes de Saint-Affrique et Camarès, ont vu leur sommeil interrompu brutalement par une série d’irruptions intempestives dans leur domicile. Plusieurs dizaines de gendarmes s’y sont en effet déployés pour procéder à l’arrestation de 16 personnes. Cette opération militaire démesurée semble répondre aux refus commun de plusieurs personnes d’aller à une série de convocations ayant été distribuées peu après le court blocage le 12 décembre 2017 d’un chantier éolien industriel à Crassous (Saint-Affrique). Aucun lien n’ayant été établi entre ce blocage et les personnes convoquées, les concernés avaient jugés peu pertinent d’obéir à ces injonctions, et avaient judicieusement fait connaître leur décision publiquement par voie de presse. Cette opération démontre une fois de plus que le Procureur de Rodez ayant mandaté la troupe, fait, comme ses semblables, bien peu cas de la présomption d’innocence. Opération dont les méthodes rappellent vaguement celles de l’anti-terrorisme.
Nous appellons donc aujourd’hui à un rassemblement bruyant devant la Gendarmerie de Saint-Affrique à 13h00 mais aussi ce soir à 18h00 au « Lieu-Dit » (Saint-Affrique) pour organiser l’auto-défense juridique. »

Les chouettes hiboux de Bure apportent leur soutien aux copain.es de l’Aveyron.

Edit : Les personnes arrêtées sont sorties de garde-à-vue vers 16h30 !

Nous vous invitons à consulter régulièrement le blog de l’Amassada (douze.noblogs.org)  pour vous tenir informé.es sur les lutte anti-transfo et anti-éolien industriel du sud-aveyron.

Audience du 16 janvier : 6 mois fermes requis pour menaces et refus de signalétique !

Récemment nommé à la cour d’appel de Nancy comme substitut du procureur au Tribunal de Grande Instance de Bar-le-Duc, Bruno Fleury met la barre particulièrement haut dans ses réquisitoires : 6 mois de prison ferme pour ne pas être revenu en prison à l’issue d’une journée de sortie, puis 6 mois de prison ferme pour refus de signalétique et menaces de mort.  Une chose est sûre : Bruno Fleury ne fait pas partie de ceux qui souhaitent répondre à la surpopulation carcérale, bien au contraire. De quoi réjouir encore les matons en colère.

L’article de l’Est Républicain de ce mercredi 17 janvier est sans ambiguïtés dans son titre : à Bure on entend faire « régner la loi ». Suit un texte un peu confus où l’entrée en fonction d’un nouveau substitut, d’une juge des libertés et de la détention et d’une assesseure se retrouvent mêlés aux bonnes résolutions de notre bien-aimé procureur Olivier Glady qui entend se battre sur tous les fronts de l’injustice meusienne : la délinquance burienne, les stupéfiants, les harcèlements sexuels. Une lecture un peu rapide du titre et du contenu prêterait presque à penser que Bure est le Gotham du crime dont Olivier Glady sera le Batman. En tous cas, M. Glady nous avait prévenu l’année passée en demandant au feu juge

En attendant, la couleur est annoncée avec cette première audience burienne de l’année et trois autres audiences inscrites par le procureur pour le 13 février prochain puis une autre le 6 mars. Ce mercredi la salle était emplie aux deux tiers avec une cinquantaine de personnes dont une quarantaine de soutiens pour notre ami X qui comparaissait après avoir été interpellé à la Maison de Résistance, lors de sa perquisition le 20 septembre dernier..  

(suite…)

Solidarité face aux violences policières

Banderole de soutien devant la vigie sud au bois Lejuc. Du Testet à Caulier, ni oubli ni pardon.

Aujourd’hui la justice a rendu un non-lieu dans « l’affaire Rémi Fraisse ». Ce n’est donc la faute de personne s’il est mort.

Le 15 décembre, deux personnes sont mortes, happées par un TER en fuyant les flics entre Saint-Maurice Pellevoisin et Fives, à Lille. Le procureur a nié qu’ils essayaient d’échapper à un nouveau passage à tabac en expliquant que s’ils sont passés le long des voies de chemins de fer c’était pour prendre un « raccourci ».

(suite…)

Pluie de convocations à Bure

INFORMATION de la LEGAL TEAM : À DIFFUSER LARGEMENT !

En septembre dernier le juge d’instruction de Bar-le-Duc a supervisé une série de perquisitions opérées le 20 septembre 2017 dans le cadre d’une commission rogatoire suite aux dégradations commises à l’Hôtel- restaurant du site de l’Andra à Bure durant la semaine d’action de juin 2017.

Dans ce cadre, des enquêteurs de la Section de Recherche criminelle de la gendarmerie de Nancy mènent une enquête poussée qui s’étend plus largement aux événements antérieurs de l’été 2016, des 23 et 30 janvier 2017, du 18 février 2017, de mai 2017, de juin 2017, du 14 juillet 2017 et du 15 août 2017 et sans doute davantage. Depuis janvier 2017, les convocations en audition libre ou les citations à comparaître au tribunal se succèdent aléatoirement auprès de personnes dont les plaques d’immatriculation ont été relevées à l’occasion de ces événements, de personnes contrôlées ou conduites aux postes lors de contrôles routiers à différents moments de l’année, de personnes prétendument identifiées sur des photos, par leurs affaires perdues ou par des agents lors de journées de mobilisation, ou encore de militant-e-s associatifs en lutte contre le projet Cigéo.

(suite…)

Bure : nouvelle perquisition chez une hibou, Appel à actions décentralisées partout le 6 décembre !

La stratégie de la tension et de l’asphyxie à Bure a dépassé le cadre des coups de pression très forts en forêt et des patrouilles incessantes. Lundi 20 novembre après-midi une habitante de Mandres s’est faite perquisitionner et embarquer en garde-à-vue. Le nouveau peloton de GM présent sur zone vient de Toulouse, ils ont fait Sivens et ils s’en vantent.

Compte-rendu des derniers jours et appel à actions décentralisées le 6 décembre ! L’article sera actualisé au fur et à mesure des infos.

Intervention et perquisition dans la maison d’une hibou lundi 20 novembre

Cet après-midi lundi 20 novembre aux alentours de 16 h les gendarmes ont débarqué à Mandres pour perquisitionner le domicile privé d’une hibou au motif d’un « outrage ». Environ 3 fourgons de GM et quatre véhicules de gendarmes étaient présents.

Les choses sont encore un peu confuses. Ce qui est sûr pour l’instant c’est que, après la perquiz’, la hibou s’est faite embarquée en GAV au motif de cet ouage. Les perquisitions du 20 septembre n’ont donc pas suffi, il semble que l’État décide donc de continuer de taper de manière ciblée.

La copine est pour l’instant retenue en garde-à-vue à Commercy, on pense fort à elle !

[EDIT à 23h15] : La copine est sortie de garde-à-vue !

Décision de Nicolas Hulot & appels à actions autour du 6 décembre

Plus tôt la semaine dernière le 9 novembre Nicolas Hulot a avoué que CIGEO « était la moins pire des solutions », mettant fin à un silence de 7 mois. Sans faire de liens de cause à effet on peut imaginer que les gros bras du ministère de l’intérieur se sentent de plus plus libres et légitimes pour « casser du hibou » un peu partout, en attendant d’avoir le feu vert pour expulser la forêt. Nous appelons donc toujours un maximum de monde à venir à Bure dés maintenant. Et s’ils tentent de nous asphyxier localement, nous pouvons continuer de respirer partout ailleurs !

Nous appelons donc, le 6 décembre (et avant, et après) pour la Saint-Nicolas, toutes les personnes qui se sentent touchées par ce qui se vit à Bure, tous les comité de soutien créés autour de Bure dans les derniers temps, les comités ZAD, les groupes antinucléaires, etc, à s’emparer de cette date pour faire des actions décentralisées contre les nucléocrates et leur monde !

L’idée est de déplacer le conflit et ne pas rester dans un face-à-face devant l’État, les Préfectures etc. Le 6 décembre, l’idée est d’aller rentre visite aux nucléocrates partout où ils se trouvent : EDF, RTE, le Ministère de l’Écologie, Areva, etc. Rassemblements, manifs, actions en tout genre, libérons nos imaginaires !

Emparons nous de cette date pour faire vivre partout, sous de multiples formes, le mouvement contre la poubelle nucléaire et l’atomisation capitaliste ! Dans les deux derniers mois une vingtaine d’actions décentralisées ont eu lieu, une quinzaine de comités sont nés, continuons le début ! Informez vos rassemblements sur l’adresse burepartout at riseup.net , ils seront référencés sur le site au fur et à mesure.

Plus d’infos sur l’appel à actions ICI !

Contact : sauvonslaforet at riseup.net 

Tel (presse) : 07.53.54.07.31

Quelques hiboux de Bure.

Nouveau procès le 21 novembre, un camarade accusé de « diffamation » ! Non à l’étranglement judiciaire !

Le 10 novembre, un des hiboux a eu le déplaisir de trouver dans sa boîte au lettre une citation à comparaître le 21 novembre au tribunal de Bar-le-Duc pour « diffamation ». En effet, suite à son interpellation violente suite à la manif du 18 février, ce camarade avait pris le temps d’écrire les conditions de son arrestation dans un témoignage diffusé sur Mediapart.
(suite…)

La repression continue…

Au moment où commence le Forum Social Mondial Antinucléaire. Alors même qu’une délégation internationale se prépare à venir à bure pour témoigner son soutien à celles et ceux qui aujourd’hui lutte dans le bois Lejuc (et autour) contre un projet nucléaire déraisonnable , hypothéquant nos avenirs . Après la répression violente qui fit quatre blessés graves lors de la manifestation du 15 août. Après la perquisition du 20 septembre destinée à museler les opposant(e)s . L’état et les forces de l’ordre ont à nouveau décidé d’exercer la répression et d’envoyer un message destiné à menacer et faire peur à celles et ceux qui contestent ce projet en arrêtant ce matin un de nos camarades alors qu’il circulait à vélo sur la route.

Il est actuellement en garde à vue à la gendarmerie et sera probablement déféré en vue de sa mise en détention dans un temps très proche.

Cette volonté permanente d’escalade du système répressif de l’état mérite une réponse du plus grand nombre, partout faites entendre votre voix. Il faut que la violence institutionnelle à notre égard et contre toutes les autres luttes, qui criminalise les mouvements sociaux et juge en délinquants celles et ceux qui luttent, CESSE !!

À Bure comme ailleurs soutenons toutes celles et ceux qui subissent la répression ou qui se soustraient à la justice.

Forces de l’ordre : pourquoi tant de grenades ?

Nous relayons ici une tribune parue dans Libération le 12 septembre, signée par Robin, sa famille et ses amis, la famille de Rémi Fraisse, ainsi que des membres de la famille de Vital Michalon, tué par la police lors de la manifestation de Creys-Malville en juillet 1977.

Le gouvernement a lancé une commande publique de 1,2 million de grenades pour les forces de l’ordre, alors que leur usage est plus que contestable : blessures graves, mutilations, sans parler du décès de Rémi Fraisse.

(suite…)