Agenda

Après Bure à Bar, barre-toi à Bure !

Après le 16 juin, grand moment de retrouvailles et d’affirmation des solidarités entre les différentes composantes de la lutte anti-GIGEO, on vous propose un after haut en couleurs.

Le dimanche 17 juin au matin, on profiterait bien d’être tou.te.s réuni.e.s pour prendre un temps de discussion à Bar « le-Juc », l’occasion de vous parler des batailles en cours et de ce qui se passe à Bure en ce moment. Pour finir ce grand week-end en beauté, on organisera un petit concert du côté de Bure le soir.

Du mercredi 20 juin au dimanche 24, on vous propose un week-end prolongé d’ateliers diverses et variés. Nous nous retrouverons pour partager nos savoir-faire et notre créativité : rap, clown, grimpe, impro théatrale, soins post-trauma, medic, herboristerie, … Le clou du spectacle prendra la forme d’un grand cabaret – scène ouverte samedi après-midi.

19 mai – Assemblée de lutte contre Cigéo

ERRATUM : L’ASSEMBLÉE AURA LIEU À LA MAIRIE DE MONTIERS-SUR-SAULX, et non à la salle des fêtes. 

 

L’assemblée de lutte à Bure réunit le temps d’une demie-journée toutes les composantes de la lutte, les habitant.es de Bure et autour, visiteur.ses occasionnel.les, soutiens distants et moins distants. Elle est largement ouverte à tout.es celles et ceux qui souhaitent s’informer et s’investir dans la lutte.

(suite…)

Appel à rassemblement en soutien aux procès du 23 mai à Bar-le-Duc / Call for a gathering to support the trials of May 23rd in Bar-le-Duc

[English Version Below]

Mise à jour du 10 mai : un 3ème procès d’un hibou se rajoute aux 2 autres pour cette après-midi du 23 mai.

Avec 2 procès de 6 inculpé.e.s chacun, 11 hiboux passeront en procès le 23 mai à partir de 14h au tribunal de Bar-le-Duc. (Rendez-vous devant le tribunal à 14h.)

 

Oyez oyez braves gentes,

Activistes de tout poil et de toutes les contrées,

Paysan.ne.s militant.e.s et militant.e.s paysan.ne.s,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la grande foire s’installera le 23 mai à Bar-le-Duc.

Avec nos fabuleux numéros et curiosités, nos incroyables jeux et ateliers, nous nous plierons en quatre pour vous divertir ! Participez à l’élaboration du programme en proposant votre atelier ou votre animation ou en ramenant votre instrument de musique. De la dégustation de succulentes galettes, aux divertissements musicaux en passant par le stand déjanté de molkeuf, vous serez ébloui.e.s, époustouflé.e.s, impressionné.e.s, émerveillé.e.s…

Sans oublier le spectacle loufoque du cabinet des curiosités du tribunal que vous ne saurez rejoindre qu’en traversant avec succès la terrifiante galerie des glaces.

Âmes sensibles, s’abstenir ! Retrouvez-nous plutôt sur notre stand de confection de sushis, végans bien sûr.

P.S. : L’abus d’actions militantes est mauvais pour le contrôle de l’État, révoltez vous sans modération. Ceci n’est pas un message du ministère de l’intérieur.

Pour proposez votre atelier/ animation, vous pouvez nous écrire à lagrandefoire@riseup.net ou débarquer carrément avec sur place.

La grande foire, rassemblement massif et festif devant le tribunal de Bar-le-Duc aura lieu le 23 mai à partir de 14h.

Le petit teaser du jour : un aperçu d’une des attractions les plus terrifiantes : la galerie des glaces !

A tout vite!

 

The big fair, festive and massive gathering in front of Bar-le-Duc’s tribunal will take place on May 23rd at 2pm.

The teaser of today : a preview of one of the most terrifying attraction : the Hall of Mirrors!

[English]

 

Edit of May 10th : another trial of an owl will take place in addition to the 2 others on this afternoon of May 23rd.

During the 2 trials of 6 accused each, 11 owls will face the judge on May 23rd, starting at 2pm at Bar-le-Duc’s tribunal.

Hear ye, hear ye, all ye who pass by,

Activists of all kinds and from all lands,

Peasant militant and militant peasant,

We are pleased to annonce that the big fair will settle down on May 23rd in Bar-le-Duc.

With our fabulous perfomances and curiosities, our incredible games and workshop, we will bend over backwards to amuse you ! Be part of the show, proposing your own workshop or animation or coming with your music instrument. You will enjoy the taste of the delicious crepes and the musical amusements, as well as the molkeuf crazy stand ! You will be , impressed, amazed, blinded, mind-blowed…

We shall not forget the goofy show of the trial’s cabinet of the curiosities.To achieve this, you need first to cross sucessfully the terrifying Hall of Mirrors.

Sensitive people, be careful ! You might prefer joining our homemaking vegan sushi stand.

P.S : Exessive militant actions are bad for State control, revolt without reserve. This is not a message from the Ministry of Interior.

To propose a workshop/animation, you can write to lagrandefoire@riseup.net or even come directly with it.

Maintien du week-end du 9, 10 et 11 mars sur le Kurdistan révolutionnaire et le communalisme ! / The week-end on Kurdistan in Bure is maintained !

Suite à l’expulsion du 22 février par l’Etat, et à tout ce qui se passe quotidiennement à Bure depuis lors, il y a eu de nombreuses demandes pour savoir si le week-end du 9, 10 et 11 mars sur le Kurdistan, prévu de longue date, était annulé et/ou reporté !

Par ce petit article nous souhaitons clarifier que le week-end est plus que jamais maintenu ! Des dizaines de personnes d’un peu partout vont venir pour débattre ensemble, des chouettes projections et cantines se préparent, un concert, des tables d’infos… bref ça va être un beau moment !

Donc faites tourner l’info à vos potes et à toutes celles et ceux qui doutaient : le week-end est maintenu, viendez donc !

Pour la logistique, l’événement va probablement se tenir (en partie en tout cas) dans un endroit à une dizaine de km de la Maison de résistance à la poubelle nucléaire, qui est et a été particulièrement sollicitée depuis 15 jours. Merci de ramener vos sacs de couchage, tapis de sols, et de quoi grignoter à partager notamment pour le dimanche soir, si vous comptez rester jusque là, car la cantine n’a pas nécessairement prévu de repas pour ce soir là. De l’aide sera d’ailleurs nécessaire pour les cantines et de manière générale autogérer l’organisation et le rangement du week-end 🙂 !

Le premier programme du week-end (qui sera enrichi par toutes celles et ceux qui viendront) : ICI.

À ce week-end ! Nous vous espérons nombreux-euses !

Quelques habitant-e-s de Bure qui préparent ce week-end.

ENGLISH TRANSLATION

After the eviction of the 22th of february, and everything that followed in Bure in terms of demonstrations and repression, many people have asked whether the week-end on revolutionary Kurdistan and communalism would be cancelled and/or postponed.

By this little article we want to make clear that, more than ever, this week-end is maintained ! Tens of people from everywhere will come to discuss together, nice projections and collective kitchen are being prepared, a concert, info tables… it’s going to be a beautiful moment.

So share the information to your friends and everyone who had a doubt : come, the week-end is maintained !

For the logistics, the event will probably be held (at list for some parts) in a place 10 km away from the House of Resistance, which has been particularly used and crowded in the last 15 days since the eviction of the occupied forest. Thanks for bringing your sleeping bag and sleeping pads, and also something to eat especially for the sunday night, if you plan to stay until there, because the canteen has not necessarily planned a dinner for this time. Also help will be needed to prepare for the food as well as for the self-organization of the week-end !

The first programme of the week-end is available HERE.

See you this week-end !

Several inhabitants of Bure and around who are preparing this week-end.

Contre la prison : rencontrons-nous les 15 & 16 mars à Bure, le 17 à Nancy!

Parce que le système repose sur le système de dominations en place, et permet de le conserver : racisme, agisme, sexisme, classisme…

Parce que ce système est riche en institutions judiciaires et punitives : tribunaux, comissariats, prisons, établissements pour mineurs, structures psychiatriques, armée…. Et parce qu’en parallèle les rôles de contrôle social et de punition sont donnés et de plus en plus aux structures dites « sociales » : pôles emplois, écoles, maisons de retraites…

Parce que ce système est chargé en histoire pour le développement de nos sociétés impérialistes et capitalistes. Parce que le nucléaire n’a pu se développer que grâce aux institutions de répression.

Parce que ces structures servent à réprimer nos luttes et nos vies. Mais surtout qu’elles sont le quotidien de celleux qui n’ont pas la bonne gueule, le bon accent, le bon âge ou le bon quartier de naissance.

Parce que la justice n’est pas qu’institutions, mais qu’elle se manifeste aussi dans nos façons d’être et de s’organiser (par le système punitif par exemple).

Parce que toute forme d’enfermements est intolérable (pour les humain.es ou les non-humain.es – à bas toutes les cages, laisses et autres zoos).

Parce que la répression ne doit pas être un quotidien (en prison, dans les quartiers, ou autres endroits qui recherchent une indépendance de l’Etat).

A l’heure ou de plus en plus de gravitant.es de la lutte antinucléaire (et pas que) burienne se retrouve incarcéré.es, mutilé.es, privé.es de leurs déplacement. Mais parce que nous voulons élargir l’analyse sur ce système de contrôle, nous invitons à 3 jours de discussions sur ces questions.

 

AU PROGRAMME

*Jeudi 15 et vendredi 16, à la maison de résistance, Bure :

Jeudi
10h Discussion générale sur la taule
13h30 Atelier d’écriture et de dessin sur la question carcérale et/ou à destination des copaines en détention
16h Emission de radio (enregistrement) et/ou continuité de l’atelier précédent
Le soir : Proj (à préciser) & discut sur les femmes en prison

Vendredi
10h Atelier théâtre
13h30 Débat mouvant sur l’enfance & l’enfermement de l’enfance
16h Arpentage (forme de lecture collective d’un texte) de Milot l’incorrigible avec des membres du collectif qui l’a écrit,
Le soir : à préciser

Si tu veux proposer un atelier, une discussion etc, n’hésites pas ! Envoie un mail à aburecross(at)riseup.net

*Samedi 17, au CCAN, Nancy : Convoi depuis Bure, Projection de La mort se mérite à 15h, apéro

*et pour prolonger, lundi 26 mars à 19h au CCAN : projection du documentaire « Le fond de l’air est bleu » qui témoigne de la situation actuelle face à la police, en particulier depuis l’institution d’un état d’urgence qui se prolonge. En présence de 2 personnes du collectif Activideo

et le 28 mars à Nancy à la librairie Quartier Libre, projection du film les 317 (documentaire d’un collectif qui recueille les témoignages de la repression et des 317 gardés à vue en novembre 2015 lors de la Cop 21), en présence d’une personne du collectif

L’absurde procès de la pelle à tarte – 6 mars – Tribunal de Bar-Le-Duc

Les procès des chouettes hiboux de Bure se multiplient ces derniers temps. Et peu importe si les inculpations sont plus absurdes les unes que les autres. Après « le procès de la chute du mur » où 2 personnes étaient inculpées car elles auraient participé à la destruction d’un mur que la justice avait reconnu illégal, le procès d’un copain qui aurait « atteint à l’honneur d’un officier de gendarmerie » en racontant que celui-ci l’étranglait le 18 février 2017 lors de son interpellation, cette fois-ci un copain est ammené devant le juge pour transport d’armes car il avait dans sa voiture : deux opinels, un cable électrique, et … une pelle à tarte.

Ces procès qui se suivent et se ressemblent marquent la stratégie d’intimidation du procureur de la République. La repression semble être la seule solution pour tenter de faire taire les oppositions et ainsi imposer le projet CIGEO. Aux arguments scientifiques qui présentent la dangerosité du projet, l’Etat ne sait opposer que des attaques judiciaires. La liste des procès de hiboux est encore longue, surtout après les évennements de la semaine passée.

Le 6 mars, à 10h30 devant le tribunal de Bar-le-Duc, ramenez vos tartes pour la libération de la pelle!

Montrons leur que ces procès, qu’ils souhaiteraient voir nous isoler, sont plutôt force à nous rassembler!

La cabane Dijon-Bure saisie pendant l’expulsion !

C’est avec regret que nous vous annonçons qu’une grande partie de la cabane Dijon-Bure était déjà dans le bois Lejuc lorsque les gendarmes mobiles l’ont expulsé jeudi 22 janvier. Planches, charpente, bardage, tôles pour la toiture… Tout ceci nous a été volé, détruit par les bulldozers de l’Andra dans le même temps où ils rasaient méthodiquement les cabanes déjà construites à Barricade Nord, Vigie Sud et Vigie Sud-Est.

Plus que les jours et les mois passés à la construction, c’est nos vies, nos énergies et la lutte dans son ensemble que l’État nucléaire a voulu briser dans cette opération destructrice.

Ne nous le cachons pas, le coup est dur. Voir toutes ces cabanes se faire raser, ces hiboux perdre les lieux qu’illes avaient construit et habité depuis un an et demi et savoir 2 de nos camarades derrière les barreaux nous blesse et nous laissera marqué.

Mais il est quelque chose que l’État n’a pas pu briser. Dans la forêt ou aux chantiers, au gré des rencontres, de la joie et du réel partagé, des liens, des techniques et des pensées se sont ancrés, affinés. Et depuis cela, la lutte pourrait bien prendre un tournant plus fou encore.

Nous appelons tous les anti-nucléaires et tous les comités à s’organiser pour renforcer la lutte contre Cigéo et l’Andra par des initiatives concrètes sur les territoires de Bure et partout ailleurs. Nous avons les plans et l’image de la cabane bien en tête, ils nous restent 2000euros des dons que nous avions reçu pour la construire (3500€). Cette histoire n’est donc que partie remise.

À très bientôt !

Comité Dijon-Bure

Week-end du 3-4 mars : point sur la situation et premiers éléments du programme !

Voici un premier texte pour informer un maximum de monde sur la situation à Bure, le week-end du 3/4 mars, son programme, et quelques infos logistiques.

EDIT au 1er mars au soir : actualisation du programme du week-end ! (plus de précisions arriverons au fur et à mesure!)

EDIT au 2 mars : ajout d’une heure pour le point presse à 13h le 3 mars (avec les différentes composantes de la lutte) non loin de la mairie de Mandres.

*Point de situation au 27/02*

Depuis le 22 février, après l’expulsion largement médiatisée du bois Lejuc, de nombreuses personnes ont continué à occuper les arbres en hauteur, à silloner et arpenter la forêt pour surveiller les gendarmes mobiles, à observer si des travaux débutaient, à ravitailler et soutenir les chouettes hiboux perché-e-s dans les cimes. D’autres se sont concentrées sur le suivi antirep pour tous-tes les camarades passées en vérif’ d’identité, en garde à vue, et pour les deux personnes actuellement en détention préventive. D’autres assurent un accueil de plus en plus large pour les personnes qui arrivent à la Maison de résistance, ou dans les différents lieux dans lesquels nous habitons tout autour. Et, surtout, prennent soin les un-e-s des autres après cette épreuve.

Pendant ce temps, la préfecture ne démilitarise pas la zone, et passe des arrêtés hallucinants pour interdire toute circulation autour du bois Lejuc… Lundi 26 février des camions et des pelleteuses ont été vu.e.s travaillant dans la forêt. Cela va probablement continuer dans la semaine. On essaie de vous tenir au courant de toutes les nouvelles via les actualisations régulières sur vmc.camp. La situation est extrêmement mouvante, donc revenez aux nouvelles souvent !

*Maintien du WE intercomités*

Au milieu de tout ça, la date des 3-4 mars tient comme une pierre au milieu du torrent ! Chaque jour nous nous organisons pour préparer l’accueil des centaines de personnes qui viendront ce week-end. La logistique du dodo est en route, ainsi que les cantines collectives. Il y a dans tout cela une bonne dose d’imprévu et d’improvisation, et toutes les énergies de l’autogestion sont et seront les bienvenues pour nous permettre d’organiser ce week-end, et la suite, et faire face à la violence de l’État et ses milices, suite à l’expulsion et au harcèlement policier permanent…

Le 22 février n’a pas été qu’une expulsion : ça a aussi été une chaîne de solidarité incroyable de plus de 70 rassemblements en France et en Europe. 300 personnes à Paris, 200 personnes en manif sauvage à Nantes ou Rennes, 20 personnes bloquant les trams pendant une petite demie-heure à Strasbourg, des vitrines d’EDF étoilées à Toulouse, des tractages sur les places publiques à Lons-le-Saunier, une photo de solidarité à Gorleben et Leipzig en Allemagne et Skouries en Grèce, et tant d’autres moments… De nouveaux comités de soutien créés en Vienne, dans le Finistère, à Metz, etc.  Le gouvernement a communiqué sur l’expulsion d’une « quinzaine » d’occupant-e-s du bois Lejuc mais ce sont des milliers de personnes qui sont sorties dans les rues partout… Ça ils ne pourront jamais l’expulser.

Le week-end du 3 & 4 mars, nous aimerions que ces comités, existants ou en cours de création, ainsi que toutes les personnes qui ont envie de lutter avec Bure partout où elles sont, puissent, à la manière qui leur plaît et si elles le désirent, manifester et visibiliser qu’elles luttent déjà avec Bure depuis de nombreux lieux, rendre tangible cette chaîne de solidarité… On suggère ici des pistes qui sont uniquement à prendre comme des invitations : par exemple, préparer des banderoles créatives symbolisant les villes des comités et les luttes qu’iels mènent (oules banderoles utilisées lors des rassemblements du 22 février), ou tout autres objets et symboles à cet effet, etc. Ou encore rapporter des combinaisons blanches, de la peinture, des beaux masques de hiboux personnalisés et customisés, etc. Nous appelons aussi les gentes qui vont venir à, autant que faire se peut, ramener des tentes, vêtements chauds, bottes, frontales, nourritures, etc, de quoi être un maximum autonome… Nous essayons de prévoir des couchages et logements pour tous-tes mais c’est bien si tout le monde assure au maximum au cas où nous sommes trop nombreux-euses…

Il y a également une première liste logistique des besoins matériels d’urgence : https://vmc.camp/2018/02/22/appel-a-materiel-suite-a-lexpulsion/ , qui sera complétée bientôt. Attention : un arrêté préfectoral interdit le transport de matériaux de construction, entre autres choses. Toutefois, nous avons besoin de matériaux de construction. Si donc vous voulez en amener, soyez prudent.e.s.

* Note sur la prise d’image et de son les 3-4 mars*

En venant ici, il faut prendre en compte que nous venons de vivre un épisode repressif très fort, où les forces de police cherchent à identifier les hiboux pour mieux les enfermer. Nous vous demandons donc votre compréhension lorsque nous exigeons de ne pas prendre d’images ni même de sons. Si c’est vraiment votre dada, contacter l’équipe automédia une fois sur place pour la rejoindre. Nous montrerons une tolérance nulle, par nécessité, à toute image ou tout enregistrement pris en dehors du cadre de l’automédia. Si vous avez de bons appareils que vous souhaitez mettre à disposition, ça pourrait nous intéresser.

*Programme général du week-end*

Le déroulé du week-end est encore en train d’être discuté. Nous avions dit avant l’expulsion que nous voulions absolument prendre un temps de rencontres et discussions largement pour renforcer la lutte en France et en Europe, et nous comptons bien tenir ce temps là parmi toutes les autres choses.

[EDIT: 1er mars au soir, actualisation du programme! D’autres infos encore à suivre!]

[EDIT au 2 mars : ajout d’une heure pour le point presse à 13h le 3 mars (avec les différentes composantes de la lutte) non loin de la mairie de Mandres. Merci à tous les journalistes (presse, radio, télé) de venir à ce rendez-vous. Il ne sera pas possible de prendre des images et du son dans le cortège lors du 3 mars et nous invitons donc les médias présents à venir à ce temps là.]

Pour l’instant les premiers éléments du programme sont : 

Vendredi 2 au soir 

Accueil permanent dans la cuisine de la Maison de résistance de Bure (BZL) pour aider à la répartition des couchages, à l’inclusion dans les tâches d’autogestion etc. À 18h30, un premier temps d’accueil et d’information sera proposé avant de manger ! Repas servi à BZL.

Samedi 3 mars
  • En matinée (À Mandres-en-Barrois) :
    • 08h30 : début du petit déjeuner
    • 09h30 à 12h30 : rencontres intercomités et discussions entre les différents comités de lutte et les différentes personnes désireuses de soutenir la lutte à Bure.
    • 12h30 : REPAS

13h : Point presse devant la mairie de Mandres, merci aux journalistes et

  • Après-midi, 14h : Mandres, départ collectif de la marche vers la forêt et construction d’une vigie en lisière du bois…
  • Soirée :

    • Repas
    • 20h environ : proposition de lectures et discussions tranquilles au coin des braseros, partage de ressentis et d’histoires autour du 22 février, de l’expulsion, des rassemblements partout en France…
    • À partir de 21h – 22h concerts
Dimanche 4 mars : poursuite des activités du samedi !

Les différents rendez-vous :

  • À partir de 10h : rendez-vous à Mandres-en-Barrois pour continuer des discussions, ateliers, en fonction des envies des gentes. Possibilité de proposer tout type d’atelier durant le week-end ! Pour l’instant:
    • Préparation d’une saynète de théâtre sur Bure !
    • Discussion sur l’organisation d’un événement dans le Centre pour l’anniv de Tchernobyl fin avril début mai
    • Discussion sur les prochaines échéances communes à imaginer autour de Bure
    • Pleins d’autres choses à proposer et imaginer !

Merci à chaque comité de bien amener une clef usb de 4go minimum pour qu’on puisse vous partager un dossier de ressources (films documentaires, brochures, documents…).

Il y aura en parallèle du programme sans doute des quantités de choses pas annoncées, un peu de joyeux chaos, beaucoup d’improvisation. Quoi qu’il en soit, nous porterons (et vous encourageons à porter) une grande attention à ce que tout le monde puisse, au maximum, trouver une place et se sentir bien.

Nous vous attendons nombreux-euses lors de ce week-end (et avant, et après) !

On ne nous atomisera jamais !

Quelques hiboux de Bure.

COMMUNIQUÉ DE QUELQUES HIBOUX DE BURE – Appel à résistance, rassemblements, création de comités partout !

Alors que ce communiqué est écrit, les gendarmes tentent maintenant de rentrer dans la Maison de résistance de Bure après avoir chargé dans les rues alentours et fait des sommations. À 11h15 ils sont en train de tenter de forcer les portes de la Maison… À 11h30, ils ont défoncé toutes les portes de la maison, toutes les personnes dans la maison tentent de résister aux flics, se regroupent sur la mezzanine, se tiennent ensemble pour refuser d’être expulsés, les flics montent. À 12h les copain-e-s se tiennent en cercle et chantent pendant que les flics essaient de les exfiltrer… Des personnes dans le jardin de la maison auraient été arrêtés.

La situation est très tendue, en parallèle de l’expulsion en cours de la forêt. Appel à soutien et lutte partout ! Ce texte est un premier communiqué, d’autres suivront, d’autres voix, d’autres témoignages…

Ce matin à 6h15 a débuté l’expulsion du Bois Lejuc par 500 gendarmes avec grand renfort de communication de la part du Ministère de l’Intérieur, et les chaînes d’infos en continu branchées sur les images sensationnelles de blindés militaires massés près de ce bois, de cabanes envahies au petit matin, de gendarmes en cagoule munis de tronçonneuse et caméras embarquées...

L’opération, censée mettre à exécution une décision d’expulsabilité rendue l’année passée par le Tribunal de grande instance de Bar-le-Duc, intervient avant l’épuisement des recours juridiques (notamment sur la propriété de l’Andra sur le bois) et avant la fin de la trêve hivernale alors que plusieurs structures d’habitation et d’occupation avaient été installées aux abords et au coeur de la forêt. Alors même également que l’EODRA (association des élus opposés à l’enfouissement) avait domicilié en janvier son siège social dans la forêt. L’Andra ne pourra légalement commencer aucun de ses travaux dans le bois : l’Autorité Environnementale a prescrit en octobre 2017 a l’Andra la réalisation d’une évaluation environnementale avant tous travaux préparatoire, la période de nidification à la mi-mars empêche tous travaux, et l’Andra n’a pas d’autorisation de défrichement. 

Comme en 2012 à Notre-Dame-des-Landes, les bulldozers suivent immédiatement les gendarmes, on rase au plus vite les lieux de vie sans laisser le temps de récupérer tous les effets personnels. Déjà suite à une première expulsion du bois en juillet 2016 les machines de l’Andra avaient défriché illégalement une partie conséquente des arbres avant que l’opposition ne réinvestisse et ne réoccupe la forêt à la mi-août 2016

À cette heure, des arbres restent occupés par plusieurs hiboux. Une vingtaine de gendarmes mobiles sont en bas. Plusieurs personnes ont été interpellées lors de l’opération, de multiples vérification d’identité ont eu lieu, ou sont encerclées sur des chemins menant à la forêt. Au moins une personne a été placée en garde à vue. Des affrontements violents ont lieu dans le village de Bure même et la police tente, sans réquisition et avec des sommations d’entrer par la force dans la Maison associative de la Résistance.

RÉSISTER PARTOUT

Cette expulsion entérinée par le gouvernement Macron intervient dans un contexte de durcissement dramatique du contexte social à l’encontre du monde du travail, des étudiants, des migrant-e-s, . C’est la mise en place d’un modèle industriel et social à l’américaine qui précarise, piétine allègrement l’environnement et les populations et s’impose par la force et l’intransigeance. Le président Macron marche dans les pas de Margaret Tatcher:tolérance zéro, le message est clair. 

 Cette opération foudroyante est avant tout une manoeuvre politique à la mise en scène minitieusement orchestrée pour empêcher que l’abandon de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ne galvanise la résistance partout en France. Une opération pour tenter d’enrayer tout le soutien national qui s’organise peu à peu, avec comme symbole une petite maisonette crée par le comité de soutien de Dijon qui devait être installée dans la semaine, la première cabane d’un comité de soutien. Dans les mots décharnés de la Préfète, c’est « un projet de construction en dur manifestant la volonté des opposants de s’installer durablement ». Nous disons que c’est un mauvais pari. Nous sommes déjà installé-e-s durablement, dans la forêt et partout autour dans les villages que nous habitons, mais aussi partout ailleurs en France où chaque opération de police multiplie les soutiens. Ce matin l’Etat a choisi d’envoyer un signal très fort qui nous confirme que la résistance doit continuer de s’organiser partout en France et au-delà et que Cigéo est un point crucial dans la pérennité d’une industrie nucléaire qui s’impose par la force sous couvert de concertation

 Lorsque nous avons commencé à occuper le bois Lejuc en juin 2016 nous n’aurions jamais imaginé que nous y serions 1 an et demi plus tard, que l’Andra devrait reculer, que des dizaines de comités se créeraient partout en France. Les ministres auront beau jouer le traditionnel jeu de la dissociation sur BFM entre les « méchants cagoulés » à nettoyer d’urgence et l’opposition citoyenne pacifique, ce discours n’a jamais pris à Bure où nous luttons dans mouvement protéiforme et complémentaire. Tous les médias parlent de la « ZAD de Bure », pour mieux créer le parallèle avec NDDL dans l’esprit des gens. Nous avons toujours dit que s’il y avait une ZAD à Bure, c’était celle de tout un territoire, partout, parce que l’horreur atomique et le rouleau compresseur étatique qui la sous-tend ne connaissent pas de frontières quand il s’agit de broyer les existences des gentes et leurs territoires de vie au nom du profit et du contrôle. 

 La pornographie policière et médiatique des images de destruction et la mise en scène du « retour à l’Etat de droit » ne satureront pas nos têtes et nos coeurs, ne recouvrira pas tout ce qui s’est vécu depuis des années à Bure et tout autour, et ce qui va se vivre dans les années à venir. Expulser le bois Lejuc ce matin, c’est taper et attaquer partout toutes celles et ceux qui sont venu.es sur place par milliers dans les années passées et portent déjà en elleux partout, un morceau de Bure. 

Chaque attaque nous renforce dans notre détermination, on ne nous atomisera jamais !

==> À converger à Bure dés maintenant pour celles et ceux qui peuvent pour soutenir : rassemblement à 16h à Mandres-en-Barrois pour la venue du ministre Sébastien Lecornu et à la Préfecture de Bar-le-Duc à 18h.

==> À ce que partout des comités de luttes continuent de se créer et s’organiser pour amplifier encore plus la résistance.

==> D’autres appels et rendez-vous suivront.

Pour coordonner et lister les appels à rassemblement et autres initiatives : écrire à sauvonslaforet at riseup.net et burepartout at riseup.net .

Autres communiqués:

    – Coordination Stop Cigeo : burestop.eu 

    – Réseau Sortir du Nucléaire : http://www.sortirdunucleaire.org/Expulsion-en-cours-dans-le-Bois-Lejus 

Toutes les infos sur l’expulsion et la résistance sont disponibles sur manif-est.info (en relai quand vmc.camp crash) / vmc.camp 

ALERTE EXPULSION : FIL INFO

EXPULSION EN COURS

 

APPEL A CONVERGER VERS ICI

APPEL À CONTINUER DE CRÉER DES COMITÉS DE LUTTE PARTOUT

FIL INFO

 

Mercredi 28 Février

Fil info de la journée : J + 6 après début d’expulsion du bois

Mardi 27 février

Fil info de la journée : J+5 après la tentative d’expulsion du Bois Lejuc

Lundi 26 février

Les pelleteuses commencent à travailler en forêt au niveau de l’entrée sud.

Fil info de la journée : J+4 après la tentative d’expulsion du Bois Lejuc

Promenades sous escorte en forêt l’après-midi du lundi 26 février

Dimanche 25 février

J+3 après la tentative d’expulsion du bois Lejuc

Samedi 24 février

Nouveau coup de pression à la Maison de Résistance le 24 février

Fil info des expulsions des deux cabanes le samedi 24 février

Vendredi 23 février

18h15 Une info venue de la gendarmerie nous annonce que les deux occupations dans les arbres restantes seront expulsées demain à l’aube. Les potes vont bien ielles tiennent bons malgré le froid!

18h00 Une personne est secretement restée depuis hier dans une deuxième cabane perchée dans les arbres, ce matin deux autres personnes sont venues le rejoindre. La cabane est désormais entourée de flics. Et de deux cabanes occuppées !

16h00 Beaucoup de monde converge, la maison de la résisance se remplit.

14h00 Tout le monde est sorti de garde à vue. 2 personnes en comparution imédiate à Bar-le-Duc, refus et mise immédiate en  détention préventive à la maison d’arrêt de Nancy jusqu’au 19 mars. Bilan Anti-répression à venir…   ACAB

12h00 Plusieurs ballades éffectuées, pas de machine travaillant sur les tracés de défrichements. Les keufs sont par contre bien présent, plusieurs fourgons sur la route centrale de la forêt en stationnements ainsi que des jeeps type « militaire », au moins 2, patrouillent en continu sur la route ainsi que sur les chemins qui contournent le bois. De nombreuses cabanes détruites.

 

 

 

 

11h30 Viste de Lecornu à Bure, il reste 20 minutes dans une mairie aux vitres brisées. Le village est quadrillé par les bleus.

7h01 Une cabane de nouveau occupée en forêt !

Jeudi 22 février

Ce diaporama nécessite JavaScript.

19h19 La plupart des personnes embarquées pour vérifications d’identité sont sorties

16h09 Les gendarmes ont quitté la maison et le village. Les opposant.e.s réinvestissent les lieux.

15h30 BILAN : Interpellations toujours en cours à la maison. Au moins 14 personnes ont été emmenées dans différents commissariats pour vérification d’identité. 5 d’entre elles sont sorties. 7 personnes ont été emmenées en garde à vue et n’en sont pas encore sorties.

15h23 Une personne est ressortie du commissariat de Ligny là où elle avait été emmenée pour contrôle d’identité

14h12 3 personnes de plus embarquées de la maison à priori pour vérification d’identité. Possiblement une quatrième

14h10 2 personnes de plus embarquées de la maison sans qu’on en connaisse la raison

13h42 4 personnes de plus embarquées de la maison sans qu’on en connaisse la raison

13h37 1 personne de plus embarquée de la maison pour vérification d’identité. Cette personne avait été emmenée à Ligny quelques heures avant pour vérification d’identité et en était ressortie.

13h43 Des personnes sortent régulièrement par une ou deux de la maison, et sont emmenées par les gendarmes en vérification d’identité

13h26 Deux personnes ressortent du commissariat où elles ont été emmenées pour vérifications d’identités

13h25 3 personnes sont emmenées pour vérification d’identité aux alentours de la maison

13h13 Les personnes qui s’étaient barricadées sont sorties de force de la maison (elles s’étaient enchaînées et ont été séparé.e.s par des clefs de bras et de matraque) et sont conduites pour vérification d’identité dans différents commissariats (Ligny, Commercy …)

12h50 Deux personnes sont emmenées pour vérification d’identité aux environ de la maison

12h40 Deux personnes sont emmenées en garde à vue pour outrage, dont une à Clermont en Argonne. Bilan actuel : 5 personnes en garde à vue, et 5 autres emmenées pour vérification d’identité. Des copain-e-s sont toujours sur la mezzanine au niveau du dortoir et du freeshop.

12h23 Une 3è personne est emmenée en garde à vue à la gendarmerie de Revigny sur Ornain

12h19 Des personnes sont emmenées dans le jardin et sont arrêtées

12h05 Une personne est mise en garde à vue dans la maison

11h29 Une dizaine de personnes attendant à l’extérieur en soutien

11h16 Les flics forcent les portes de la maison et rentrent pour flagrance de violence caractérisée. Les opposant.e.s se sont barricadé.e.s sur la mezzanine

10h35 Les flics veulent rentrer dans la maison, ils font des sommations

10h33 Une personne emmenée en garde à vue à Saint Mihiel

10h19 Les flics chargent dans la rue de la maison de la résistance

10h10 3 fourgons, une dizaine de GM en ligne dans la rue de la Maison, avec flashball.

9h45 Des flics sont entrés dans le jardin de la Maison de Résistance. Ils ont encerclé trois personnes dans le jardin, et les ont laissées passer au bout de 10 minutes.

9h30 Aucun barrage en cours, les routes pour arriver jusqu’à Bure sont ouvertes. Réquisition pour fouiller les véhicules et contrôler les identités des passagèr.es.

9h20 Drone au dessus de la Maison de la Résistance.Retour ligne automatique
Expulsion en cours du Grand Chêne.

9h00 À la barricade nord : A priori la moitié des personnes à la barricade Nord auraient été interpellées, 4 dont on n’a pas de nouvelles et le reste aurait pu repartir avec vérification d’identité.Retour ligne automatique
La totalité des gentes présentes à la vigie sud-est également. Il n’y a pour l’instant pas de nouvelles de la vigie sud. Une partie des personnes a pu se replier en sécurité.Retour ligne automatique
Plusieurs personnes résistent actuellement dans les arbres, une vingtaine de flics tout en bas.Retour ligne automatique
Sur le chemin du Chauffour une dizaine de personne est encerclée.

08h10 Les flics commencent à détruire la barricade Sud. Deux bulldozers dans la forêt.

7h35 Réquisitions pour fouilles des véhicules et contrôles des passagers à Cirfontaines. Les seules routes bloquées sont celles qui mènent directement à la forêt -Ribeaucourt/Nord, Mandres/Sud.

Un hélicoptère tourne en permanence, voitures banalisées à Bure.

08h00 Les flics commencent à démonter la vigie Sud.

7h05 Deux camions au chauffour, sur la route entre la maison et le bois. des flics entre Ribeaucourt et Nord.

Pas de contrôles depuis Mandres, mais la route vers la forêt bloquée par deu fourgons de GM.

6h35 ils embarquent des gens

6h15 15 camions de GM passent. Les GM rentrent par les vigies sud, sud-est, nord