L’ANDRA, une mafia dans la Meuse

Un réel talent de communication

Non contente de ne pas respecter, une fois de plus, les délais de justice, en faisant une irruption brutale dans le bois ce 23 janvier, avec ses machines et vigiles, l’ANDRA a fait à nouveau la démonstration de son incompétence chronique.

L’été dernier, dans sa précipitation à raccourcir les délais pour les travaux du projet CIGÉO, l’ANDRA avait déjà cru bon s’affranchir de la légalité en défrichant sans autorisation. Une « petite erreur d’appréciation », disait-elle dans son communiqué, après avoir été condamnée en justice à remettre le bois en état sous 6 mois.

Jean-Paul Baillet, le directeur du laboratoire Meuse – Haute-Marne, avait alors cette déclaration surprenante : « Nous n’avons jamais interdit à personne de se promener dans les bois qui nous appartiennent, d’y pique-niquer ou d’y cueillir des champignons. Mais nous devons protéger nos salariés, qui subissent des menaces, et nos matériels scientifiques, qui ont fait l’objet de dégradations. » Difficile, en vérité, de pique-niquer ou cueillir des champignons, quand une armada de gendarmes mobiles empêche l’accès au bois et qu’un mur de 3km s’érige tout autour de celui-ci.

Et pour ce qui concerne la protection de salariés, les vigiles armés de boucliers, manches de pioches, casques et gazeuses, semblaient constituer un rempart pour le moins dissuasif. Après que ces derniers avaient lourdement molesté plusieurs opposant-es, le même J-P Baillet avait alors cru bon de préciser que ses vigiles avaient « très bien fait leur travail ».

Au final, leur travail n’avait pas du tellement plaire à la direction parisienne car ce dernier avait du démissionner très mystérieusement fin août, son départ maquillé en départ en retraite. Nous n’avions alors pas manqué de lui signifier notre regret de le voir partir après quelques années de si bons et laconiques services. En effet, en près de dix années à la direction, il est bien difficile de recenser plus d’une vingtaine de phrases dans ses déclaration à la presse.

Son successeur intérimaire, le commercial Patrick Torres, déjà directeur du centre aubois de Soulaines, n’a pas plus brillé par son talent de communiquant : pour lui, « les centres (de l’ANDRA) ne sont pas la déchetterie du village, on ne frappe pas à la porte pour dire « tiens j’ai quelque chose à livrer » » Nous voilà rassurés d’une telle expertise,digne d’un commercial en produits ménagers.

Le même M. Torres admettait néanmoins que les « opérations de défrichement réalisées dans le Bois Lejuc auraient du bénéficier d’une autorisation de défricher ». Un surprenant mea culpa pour une entreprise habituée à mentir par omission.

Son bref mandat lui aura tout de même permis de s’illustrer dans une émission de France Inter où les interventions des ami-es du réseau Sortir du Nucléaire avaient achevé de démontrer son incapacité à paraître crédible. Sans rancune Patrick ! Tellement remarquable qu’on ne trouve quasiment plus trace de lui sur un moteur de recherche, quelques mois plus tard.

En septembre l’ANDRA accueille son nouveau directeur, David Mazoyer, un ingénieur des mines et ancien bureaucrate du ministère de l’écologie, en charge de la modernisation. C’était avant de passer en 2013 à la direction des voies navigables de France. On ne doute pas que ce pedigree l’aura doté d’une conscience aigüe des problématiques environnementales.

Mais visiblement ce dernier ne montre pas plus de crédibilité comme communiquant. Après la nouvelle irruption de l’ANDRA dans le Bois Lejuc ce lundi 23 janvier, M. Mazoyer bafouillait ainsi sur France 3 Lorraine: « Je m’explique difficilement effectivement cette réaction, alors que nous sommes toujours dans cette logique de remise en état et de remise en ordre et de nettoiement des éléments de béton qui jonchent le bois et qui sont, je dirais, pas très heureux à bien des égards … de laisser ces éléments tels quels. »

On avait sans doute oublié de transmettre à M. Mazoyer, lors de sa prise de fonction, que les murs de béton en question n’étaient pas des vestiges disgracieux d’une fantaisie antinucléaire ou encore les ruines d’une mégalomanie romaine. Il s’agissait bien là de 1,6 millions d’euros d’investissement de l’ANDRA pour « protéger » de ponctuels forages et ravager du même coup 11 hectares de forêt, loin des yeux, loin du coeur et en toute illégalité …

Et lorsqu’après avoir eu la surprise de voir des tractopelles défoncer les travées forestières pour atteindre desi bouts de mur,, nous avons osé dénoncer la violence de l’opération, l’ANDRA s’est fendu d’un tweet de réponse au notre et qui plaidait « juste une opération de remise en état du bois ». Alors à quoi pouvaient donc bien servir les 3 camions de graviers qui suivaient les machines, et pourquoi n’avoir pas choisi d’emprunter la route de remblai créée l’année passée pour amener là ces bouts de mur ? Pourquoi avoir choisi en décembre de nous avertir, lorsque l’ANDRA était venue replanter quelques centaines d’arbres dans le nord de la forêt, et avoir décidé de débarquer aussi brutalement ce lundi sans prévenir ?

Le seul réflexe censé qu’on peut reconnaître à l’ANDRA, dans cette nouvelle péripétie ubuesque, c’est celui de M. Mazoyer d’être entré immédiatement en contact avec la rédaction de France 3 Lorraine, fortuitement présence dans le bois au moment des exactions, pour démentir une opération malavisée. Hélas, M. Mazoyer avait oublié de répéter son texte : on ne peut pas briller sur tous les tableaux, les voies fluviales et le nucléaire ont des enjeux un peu différents …

Un laboratoire de polyvalence

Un autre trait caractéristique de l’ANDRA (pour le site meusien en tous cas), c’est ce don presque surnaturel de ses personnels à l’ubiquité. Être ingénieur à l’ANDRA c’est une réelle opportunité d’épanouissement : on peut tout à la fois faire des relevés de terrain, creuser des galeries souterraines, labourer des champs, menacer d’expropriation les pauvres gens des environs, assurer la communication extérieure, défricher des bois, pour finalement les remettre en état en replantant des arbres.

Prenons M. Emmanuel Hance pour exemple : fils d’une famille d’agriculteurs vosgiens, ingénieur agronome de formation. Bombardé «ingénieur chargé des opérations foncières » ou «responsable opérations extérieures » selon le besoin, il est bien connu des villages environnants Bure. Maître chanteur attitré de l’ANDRA depuis plusieurs années, il manie carotte et bâton pour enrichir le patrimoine foncier de l’entreprise. Vendre maintenant et récupérer des terres plus loin dans le département, ou risquer de ne rien réicupérer plus tard. Une menace assez efficace pour extorquer en quelques années plusieurs centaines d’hectares de terres agricoles et de forêt en Meuse. Et si la résistance se fait trop acharnée, quelques appels dans la même semaine, un peu d’harcèlement moral, des menaces voilées comme « il finira par y avoir un mort à Bure » suffisent à faire céder les plus retors. Un agriculteur avait même fait un AVC après le passage dudit Hance. Bête noire des gens de la région, un agriculteur disait de lui qu’autrefois on l’aurait « chassé à coup de fourche ». Le bonhomme est tellement aimé que lorsqu’une action avait repeint sa maison en vert et recouvert son perron de déjections, des gens de plusieurs villages nous disaient avoir sabré le champagne.

Outre ce talent de bourreau des terres, M. Hance nous a surpris en faisant office de chef des vigiles, postés par exemple de part et d’autre de l’entrée du conseil municipal de Mandres-en-Barrois, lors d’un échange bien malhonnête de bois à l’été 2015. On le retrouvait aussi en supervision des fouilles archéologiques au printemps 2016, toujours au côté des mêmes vigiles, sur un tracteur dans un champ en labour, en train de replanter des arbres dans des sillons au nord du Bois Lejuc en décembre 2016, et cette semaine au volant d’un tractopelle pulvérisant des barricades. Il nous déclare à cette occasion : «Je retire les plaques qui sont cassées. Les plaques qui ont été cassées par les opposants je les retire. Je remets en état. Et vous constatez par vous-mêmes qu’ils nous bloquent le chantier pour retirer les plaques, chose qu’ils décrient. Avec une attitude assez menaçante. ». À défaut de faire l’effort de paraître avenant, le bonhomme a le mérite d’être laconique. C’est le menaçant menacé.

Un autre ingénieur, géologue celui-là, Eric Sutre, divise son temps entre guide touristique du laboratoire, communiquant lors des portes ouvertes et chargé de mission d’acceptabilité sociale qui trimballe sa trombine dans les fêtes de villages pour mettre en œuvre l’acceptabilité sociale.

Ingénieur à l’ANDRA, c’est parfois aussi planquer des caméras de chasse pour surveiller les routes autour de Bure, en toute illégalité, troller les réseaux sociaux, jouer les voisins vigilants avec les antinucléaires ou jouer les agents immobiliers pour l’ANDRA et ses personnels.

Devant tant de polyvalence, on ne peut que s’inquiéter des opportunités d’emploi que promet l’ANDRA, et dont on ne voit pas trop la couleur au bout de 16 ans d’existence. Un ingénieur de perdu c’est dix emplois qui reviennent. À se demander si le GIP Meuse, qui sert à acheter le silence des municipalités autour contre quelques lampadaires rouges, paye les heures sup que ne doivent pas manquer de cumuler nos amis ingénieurs de l’ANDRA. On les sent parfois fatigués, comme lorsque l’un d’entre eux déclare au JT de France 2 du 29 novembre dernier : «aujourd’hui on sait qu’on pourra avoir des incendies et des accidents au fond et c’est pour cela qu’on étudie toutes les solutions possibles. Cette solution reste la plus sûre.». Une précieuse expertise quand on sait que c’est un accident qui a tué un ouvrier d’Eiffage en janvier 2016 et que c’est un « petit incendie » qui a fait fermer le centre jumeau de CIGÉO, le WIPP, au Nouveau Mexique, durant presque 3 ans. Nous voilà pleinement rassurés, la meilleure solution n’en est pas une mais c’est la meilleure que ces apprentis sorciers aient trouvé.

Devant tant d’ostentation des huiles, on se demande où se terre le petit personnel. Il est discret, un peu comme tout ce que l’ANDRA fait en douce … quand elle le fait bien. Quand un ouvrier meurt dans une galerie souterraine et que ses collègues refusent de travailler, c’est l’omerta qui règne. Comme le premier mort en 2002, on ne saura sans doute jamais le fin mot de l’histoire ..

On peut sans doute évoquer aussi ces vigiles qui durant l’été 2016 ont surgi des bois, équipés comme leurs voisins gendarmes mobiles. Seule fantaisie d’équipement, les manches de pioche en bois ayant servi à molester plusieurs militants pacifistes qui avaient eu le malheur de se trouver sur leur chemin.

Après ce léger dérapage, on aurait pu croire que ces vigiles bossant pour l’entreprise EPR (sic) ne reparaîtraient pas de sitôt. Pourtant, ces derniers occuperont le bois durant un mois, dans des huttes de bois tressées, en bon copinage avec les gendarmes mobiles avant de déserter le terrain à la veille de la destruction du mur, fin août. On retrouve exactement les mêmes, à plusieurs reprises au cours des mois de novembre et décembre, en escorte d’un huissier. Et enfin, pour leur grand retour dans le Bois Lejuc, ce lundi 23 janvier, marchant aux côtés de machines de chantier, sous la houlette du terrible Hance.

Bref, ça nous vous rappelle pas un peu les républiques mafieuses tout ça ? Une poignée de chefetons incompétents mais tout puissants qui dilapident les caisses et règnent en toute impunité sur un territoire ; des légionnaires qui sillonnent les bois à l’arrière de leurs pick-up, sous le regard complice de la gendarmaille. Il ne manque que l’odeur de poudre des kalashnikov et les diamants irradiés pour parfaire ce tableau d’une Meuse nucléarisée.

Le roi est mort, vive l’ANDRA !

J. pour l’automédia de Bure

PS : au moment de la publication de cet article nous apprenons le renvoi de l’audience de jugement de Sven Lindstroem, notre ami occupant du Bois Lejuc, à la demande de l’ANDRA. Rajoutons donc une mention spéciale pour l’excellente équipe juridique de l’ANDRA qui ne manque jamais de nous surprendre par ses choix avisés qui nous laissent toujours de bons espoirs de remporter des victoires là où les dés sont pourtant souvent pipés …

 

Un petit détournement de notre ami Mazoyer pour la route :

Aller à la barre d’outils