Défendons la forêt, à Bure et ailleurs!

A une soixantaine de kilomètres de la poubelle nucléaire de Bure (où l’Andra continue à s’accaparer des hectares et des hectares de terres dont des bois et des forêts), la question de l’avenir de la gestion forestière passe en premier plan et anime discussions et repas partagés ! C’est à Velaine-en-Haye, où des personnels de l’ONF occupent le site du campus pour protester contre la vente de leur seul centre de formation national et contre le Contrat d’Objectif et Performance (COP, État/ONF/ FNCOFOR).

En gros, pour l’État, cette nouvelle gestion forestière devrait se faire avec moins de formation, une simplification des aménagements forestiers et une concentration des efforts sur la seule production de bois. La gestion de la forêt, censée être un bien commun qui intègre plusieurs fonctions (environnementale, économique, sociale), est de plus en plus privatisée et menacée par l’ aménagement du territoire qui se fait au service des intérêts économiques et de la spéculation financière.

Drôle de coïncidence et drôle de jeu de mot : se battre contre le COP en pleine COP(21)! La mobilisation à Velaine-en-Haye se déroule en même temps que la COP21 à Paris; l’argument de la « compensation carbone » c’est-à-dire du rôle fondamentale que pourraient jouer les écosystèmes forestiers et leur gestion parmi les solutions à trouver pour faire face aux bouleversement climatiques, a été mise en avant à plusieurs reprises. Souvent la forêt (son exploitation plutôt) est présentée comme la solution au changement climatique et aux émissions de CO2.

Mais de quelle forêt parle t-on?

Les forestiers expliquent bien la différence entre les taillis à courte rotation ou les monocultures d’arbres génétiquement sélectionnés et une forêt diversifiée et ancienne où plusieurs écosystèmes coexistent sur un très long terme!

Tant de bruit pour enfin faire du troc : un peu de carbone contre un peu de biodiversité !

La mobilisation de Velaine s’oppose à une vision purement productiviste de la forêt qui vise entre autre à la récolte d’arbres de plus en plus jeunes et à l’usage de bois en bois-énergie.

C’est ainsi que la poubelle de Bure revient sur la table. A Saudron (à quelques kilomètres de Bure), le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) pilote le projet SYNDIESE de gazéification de bois pour fabriquer du diesel de synthèse. Juste pour donner quelques exemples, ce projet engloutirait chaque année 90 000 tonnes de bois brut, soit 20% de la ressource bois supplémentaire mobilisable en Lorraine. Les forestiers n’ont pas l’air content de voir tout ce travail d’abattage et d’industrialisation…

Protéger la foret aujourd’hui signifie s’opposer au système de spéculation et de lobbying de l’aménagement du territoire. Le productivisme et le court terme de la culture des sapins de Noël nous fait vomir!

Défendons la foret à Bure et ailleurs!

_______________________________________

Plus d’informations :

Au sujet de la mobilisation des forestiers de l’ONF : http://snupfen.org/article1536.html  https://foretsistance.wordpress.com/

Au sujet du projet SYNDIESE du CEA à Saudron : Tract-syndiese-VF

Ecoute sonore au sujet des forêts réalisée pendant les étapes du Convoi de l’Est dans le Morvan et à Tonnerre. On y rencontre des personnes en lutte contre la destruction de leur forêt, et de la vie qui l’accompagne. Avec entre autres le récit de la lutte victorieuse contre Erscia… http://tvnr.noblogs.org/post/category/zarchives-2013-2015/tvnr-10-meme-pas-cop/

Et à venir : durant la prochaine assemblée de lutte à Bure le 23 janvier à la maison de résistance, nous aborderons la question des forêts. Des rencontres de personnes et territoires forestiers en lutte doivent également se derouller prochainement dans les environs de Bure..

Aller à la barre d’outils