Actualités

Manifestation nancéenne du 19 avril, et comme prochain rdv : une assemblée des luttes !

Nous étions nombreux.ses aujourd’hui à Nancy (1200 ?) à prendre la rue pour visibiliser les violences commises par le gouvernement Macron, contre Notre-Dame-des-Landes, les travailleur.e.s (cheminot.e.s, hospitalier.e.s, fonctionnaires, magistrat.e.s…), les étudiant.e.s, les chômeur.e.s, les retraité.e.s…

Cette photo a été prise au départ de la manif pour les copaines de la ZAD, afin de leur montrer que même si nous sommes loin, nous restons mobilisé.e.s et déterminé.e.s à les accompagner dans cette guerre d’usure que le gouvernement a déclaré.

 

PROCHAIN RDV : MERCREDI 25 AVRIL, 18H, À LA FAC DE LETTRES DE NANCY, POUR UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES LUTTES !

Manifestation unitaire contre les violences du gouvernement Macron : le 19 avril, à Nancy !

LE 19 AVRIL, À 14h30, À NANCY

 

MANIFESTATION UNITAIRE CONTRE LES VIOLENCES DU GOUVERNEMENT MACRON

À NOTRE DAME DES LANDES

ET CONTRE TOUS LES MOUVEMENTS SOCIAUX

 

Lundi 9 avril 2018, le gouvernement a ouvert le feu sur la ZAD de Notre-dame-des-Landes. Depuis, des centaines de personnes venues de partout en France ont convergé pour défendre ce territoire, symbole de la lutte et de la victoire que l’État tente, tant bien que mal, d’occulter. Le week-end dernier, ielles sont environ 5000 à se mobiliser sur place contre 2500 militaires armés. On ne compte plus le nombre de blessé.e.s pris.e.s en charge sur place ou emmené.e.s en urgence hors de la zone, tout comme le nombre de grenades lancées à toute heure.

Ce qui se passe aujourd’hui ne concerne pas seulement les personnes qui luttent là-bas : cela nous atteint tous et toutes.

Depuis plusieurs semaines, que ce soit à Bure, au GCO de Strasbourg, à l’Amassada, ou sur tous les autres terrains de lutte, les convocations, gardes à vue, procès, intimidations et pressions policières se multiplient. Et dans le même temps, les réformes universitaires, de la justice, à l’encontre des cheminots, des hospitaliers, des fonctionnaires, des retraités,… font monter la grogne de toutes parts.

L’expulsion violente des facs et des opposant.e.s de Notre-Dame-des-Landes sont le point d’orgue d’une politique du passage en force du gouvernement Macron que nous ne voulons et pouvons tolérer.

Les communiqués et les rassemblements de soutien ne cesse de se multiplier depuis une semaine et demie de toutes parts en France et bien au-delà des frontières nationales : la ZAD est partout et présente en nombre d’entre nous, aussi nous ne la laisserons pas fouler au pied par les gendarmes sans résister sur place, mais aussi partout ailleurs.

Nous appelons donc une fois encore à converger depuis tout le Grand Est ce jeudi 19 avril, pour une manifestation unitaire contre les violences du gouvernement Macron à l’égard des mouvements sociaux !

Que ce soit à la ZAD ou de là où nous sommes : la résistance doit continuer !

RDV dès 12 h 30, place Thiers, pour un barbecue avec les cheminots

Et à 14 h 30, place Simone Veil, pour le départ de la manifestation

 

 

Des collectifs de soutien à la lutte contre Cigéo et l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes du Grand Est

Samedi 14 avril à 14h à Nancy : manifestation unitaire Grand Est contre les expulsions à NDDL !

Pour celles et ceux qui ne seront pas à NDDL ce week-end…

 

LE GOUVERNEMENT TAPE DUR, RÉAGISSONS FORT !

 

Le lundi on gaze et on frappe les étudiant.e.s et les cheminots d’une main, tandis qu’on expulse violemment les opposant.e.s de la Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes de l’autre.

Depuis plusieurs semaines, que ce soit à Bure, au GCO de Strasbourg, à l’Amassada, ou sur tous les autres terrains de lutte, les convocations, gardes à vue, procès, intimidations et pressions policières se multiplient. Et dans le même temps, les réformes universitaires, de la justice, à l’encontre des cheminots et des fonctionnaires font monter la grogne de toutes parts.

L’expulsion violente des facs et des opposant.e.s de Notre-Dame-des-Landes, cette semaine, sont le point d’orgue d’une politique du passage en force du gouvernement Macron que nous ne voulons et pouvons tolérer.

Plusieurs étudiant.e.s se sont vus charger au sol et placés en garde à vue par des cohortes de CRS qui pénétraient dans les bâtiments avec le blanc-seing des Directions universitaires, dans le même temps où des dizaines de blessé.e.s sont à déplorer suite à l’attaque quasi-militaire de 2500 gendarmes et blindés sur la Zone à Défendre.

L’objectif de destruction de 40 lieux de vie et l’expulsion de 100 occupant.e.s et habitant.e.s est surtout l’occasion d’une monstrueuse opération de communication d’un gouvernement qui ne peut digérer d’avoir dû abandonner le projet d’aéroport.

Mais ce qui nous atteint, au-delà de ces images martiales qui tournent en boucle sur les grands médias, ce sont ces appels à l’aide désespérés de personnes de tous âges qui résistent durement côte à côte, pour défendre des lieux de vie et de lutte qui ont redonné un grand souffle d’espoir à nombre d’entre nous ces dernières années.

Les communiqués et les rassemblements de soutien se multiplient de toutes parts en France et bien au-delà des frontières nationales : la ZAD est partout et présente en nombre d’entre nous, aussi nous ne la laisserons pas fouler au pied par les gendarmes sans résister sur place, mais aussi partout ailleurs.

Pour celles et ceux qui ne seront pas à NDDL ce week-end, nous appelons à converger depuis tout le Grand Est pour une manifestation unitaire contre les expulsions à Notre-Dame-des-Landes, ce samedi 14 avril, au côté des étudiant.e.s, à 14h devant la Fac de lettres de Nancy pour une manifestation unitaire contre les violences du gouvernement Macron à l’égard des mouvements sociaux !

Des collectifs de soutien à la lutte contre Cigéo et l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes du Grand Est

Chute du mur et diffamation du commandant du Bois : délibérés des procès

Les délibérés des procès du 13 février 2018 ont été donnés ce matin.

Les deux Christian ont été condamné à 4 mois de prison, avec sursis simple (5 ans), et obligation de payer 3000 euros à la partie civile (l’ANDRA), et 727 euros de frais. Ils ont donc fait appel.
Nous rappelons que le dossier sur lequel ils ont été jugé est vide : on y voit tout au plus deux photos floues hyper pixelisée de deux hommes qui se tiennent près du mur, mais dont il est impossible de déterminer les traits du visage.
Nous nous demandions ce matin si le tribunal irait jusque là… 4 mois de prison et 3727 euros d’amende à payer pour deux individus dont on ne peut en aucun cas certifier la présence lors des faits, mais dont on peut toutefois certifier que celleux qui les ont commis étaient des centaines… Aujourd’hui, nous comprenons bien que le tribuanl ne souhaite pas tant prendre en compte la vérité que de faire taire par n’importe quel moyen les opposant.e.s à CIGÉO.

Quant à Loïc, accusé de diffamation pour avoir écrit dans un article publié sur médiapart qu’un commandant de la gendarmerie l’a étranglé lors de son interpellation du 18 février 2017, il est condamné à payer 800 euros d’amende (pour le commandent et pour l’Etat) et 1000 euros de frais. Apparemment, les marques de strangulation notées par le médecin ne suffisaient pas à prouver la véracité de ses dires, et la liberté d’expression a ses limites lorsqu’elle vise les bras du gouvernement.

L’extrême violence déployée par l’Etat n’est pas seulement visible à Notre-Dame-des-Landes. Elle l’est aussi entre les murs des tribunaux, et dans tous les milieux militants que le gouvernement juge capable d’aller à l’encontre de ses propres intérêts.

Communiqué du réseau Sortir du nucléaire

Déclaration d’un des deux Christian lors du procès

RASSEMBLEMENTS EN RÉGION LORRAIRE POUR NOTRE-DAME-DES-LANDES

ALERTE : EXPULSION À NOTRE-DAME-DES LANDES

 

Certainement pour mieux nous faire avaler la pilule, le gouvernement avait annoncé cette semaine (comme s’il s’agissait d’un spectacle) que l’expulsion du territoire de Notre-Dame-des-Landes aurait lieu le 9 avril 2018. Il n’avait toutefois pas précisé d’heure…

C’est aux environs de 3h30 du matin que les premiers véhicules de la gendarmerie mobile sont entrés dans la zone pour tout d’abord s’attaquer et gazer la fameuse D281 et aller jusqu’aux Fosses Noires (fil info ici)

Gérard Collomb l’a dit « nous maintiendrons, tant qu’il sera nécessaire, des forces de l’ordre pour qu’il n’y ait pas de nouvelle occupation »

Ces derniers mois, le gouvernement a tenté à maintes reprises de semer la désillusion, la discorde, et le sentiment d’impuissance parmi nous. Aujourd’hui, les ami.e.s de la ZAD sont en train de nous montrer à tous.tes qu’il n’y est pas parvenu : des centaines de personnes se battent actuellement contre sa violence pour défendre les terres qu’ielles ont protégées depuis plusieurs années et sur lesquelles ielles sont parvenues à construire une manière de vivre qui fait peur au gouvernement.

C’est pour cette raison qu’il attaque aujourd’hui. Bruno Retailleau l’a dit : « [les zadistes ont gagné, ils ont imposé] la loi de la violence, la loi de l’inégalité (…), le premier ministre, le président de la république, ont cédé, ont capitulé, en rase campagne, devant ces violences devant cette occupation illégale » : pourquoi alors cette opération policière, si le gouvernement a bel et bien capitulé ? Ne serait-ce pas pour faire taire tout espoir de pouvoir continuer à lutter contre le gouvernement et ces projets, contre la violence que Macron tente de nous imposer à travers ses réformes ?

Derrière cette expulsion ne se cache pas seulement la volonté de détruire une lutte : plus que ça, il s’agit d’occulter un symbole, celui de la victoire. Ce qui se passe aujourd’hui ne concerne donc pas seulement les personnes qui luttent là-bas : cela nous atteint tous et toutes.

Rassemblons nous ce soir pour visibiliser notre soutien et discuter de la suite de notre riposte à cette offensive.

De nombreux rassemblements ont d’ores et déjà été annoncés ici.

 

Pour la région Lorraine :

– Nancy PLACE MAGINOT à 19H !

– Bar-le-Duc DEVANT LA PRÉFECTURE à 18H !

– Épinal PLACE DES VOSGES 18H !

– Metz DEVANT LA PRÉFECTURE 18H !

 

SOLIDARITE AVEC NDDL, NON AUX EXPULSIONS !

Zirap – Session De Mars 2018

Voilà les 2 derniers sons du Zirap, avec en bonus un son de Net-Lu! Bonne écoute à tous-tes!
Lien pour le telechargement: http://audioblog.arteradio.com/blog/3048237/zirap/
Les Ateliers Rap sont ouvert à tous-tes (c’est encore mieux si vous avez jamais rapé c’est l’occasion) et ont lieu tous les dimanche à 14h à la maison de résistance, vous pouvez aussi apprendre à gérer un enregistrement et faire le mixage d’un morçeau et bientôt atelier Beatmaking (faire une instru)
Prochain Theme: Prise De Risque Dimanche 8 Avril 14h à la maison de résistance.
Houmous et Rage
->La Rage du Chiendent



Nous irons défendre la ZAD contre… Le néolibéralisme expliqué à mon zadiste

L’Etat semble avoir renoncé à l’idée d’une opération d’expulsion de grande ampleur. Elle susciterait trop de mobilisation de la part de tout le mouvement anti-aéroport et au-delà. Nouveau plan : expulser violemment au coup par coup, en espérant prendre tout le monde par surprise et essayer d’éviter l’embourbement et la résistance. Mais comment seront « ciblés », parmi les 97 squats de la zone, ceux à expulser ?

 Il a d’abord fallu une gigantesque entreprise politico-médiatique de division du mouvement puis de la ZAD elle-même. Maintenant, tou-te-s les occupant-es ne sont plus des jihadistes verts. Il y a d’un côté les gentils, les normaux, les néo-ruraux, les interlocuteurs éventuels, les gens responsables. De l’autre côté, les méchants, les marginaux, les radicaux, les violents, les incorrigibles. Cette construction complètement fantasmagorique doit permettre de justifier l’abandon d’une vaste opération d’expulsion, donc le maintien d’une zone de sécession et l’échec fondamental de l’Etat à faire rêgner sa loi mafieuse sur tout le territoire. Tandis que la fabrication de l’ennemi intérieur (les incorrigibles) doit permettre de déchaîner contre eux toute la brutalité de l’Etat.

 Mais si l’on ne peut pas expulser cette zone du non-droit, alors tentons au moins de la pacifier et normaliser. La préfète de la Loire-Atlantique l’a affirmé : ne seront pas expulsés les zadistes capables de présenter et « défendre un projet individuel », qui puisse s’inscrire dans un statut officiel (un travail).  Que dit au fond la voix doucereuse et ferme de l’Etat ?

toi, petit zadiste… oui, oui ! je m’adresse à toi seul petit zadiste : si tu ne veux pas te faire expulser par mes Robocops et voir ta petite maison rasée de la surface de la terre, toi, petit zadiste, tu dois faire un Choix. Car enfin, dans ce beau pays, tout le monde est libre, ce n’est que parce qu’il l’a choisi qu’un individu finit à la rue ou en prison. Donc, tu as toi aussi le Choix. Tu dois devenir un Vrai Individu. Pas cet espèce d’être-lié, qui cohabite au milieu du bocage et des bois, avec des frères et des sœurs, des outils et des armes, des blés semés et des mûres sauvages, des chiens fidèles et des poules vagabondes, des toits végétaux et des puits d’eau fraîche, des écureuils-voisins et des oiseaux-nicheurs… Pas cet être pétri par la pâte qu’il pétri, parcouru des chemins qu’il arpente, aimé des murs de sa maison ouverte… Pas cet être qui œuvre à plusieurs, qui joue, qui jouit, qui trébuche, qui se bat, qui râle, qui invente, qui découvre, qui aime et qui souffre à plusieurs.

 A cet être-lié, tu dois renoncer.

 Car, enfin ! cet être-là appartient au passé, dans cette fange impure où rien n’est clairement séparé, cette fange où tes anciens amis radicaux t’ont entraîné. Tout comme tu as du écouter ton Père qui t’a dis un jour : « Tu seras un Homme, mon fils », aujourd’hui, tu dois m’écouter, moi, l’Etat qui te dis : « Tu seras un Individu, mon Citoyen/ma Citoyenne ». Tu as peut-être oublié tout le bonheur qu’il y a à être un Individu-Citoyen…?

  En redevenant Individu, tu pourras à nouveau gagner ta vie, tu pourras à nouveau profiter de tous les fruits de notre belle civilisation marchande et du loisir universel. Tu pourras de nouveau investir dans le temps plutôt que de simplement le vivre ; tu pourras trouver le travail qui correspond le mieux à tes compétences, trouver le hobby qui correspond le mieux à tes envies, le sport le plus adéquat à tes besoins énergétiques et à ton bilan-santé. Tu pourras même recommencer de nouvelles et vraies relations : des relations de travail, ou d’amitié, ou de famille, ou d’amour. Tu pourras enfin être toi-même ! Et si tu vas mal, ne t’en fais pas ! il y aura toujours des professionnels que tu pourras payer pour qu’ils accompagnement sans danger ta dépression : nos médecins, psychanalystes, coachs, présentateurs TV, personnels Pôle emploi, vendeurs de Smart-box, écrivains, producteurs de cinéma, etc, etc.

Ne me dis pas que ça ne te fais pas envie ?

Pour acquérir tout cela, il te suffit de me faire confiance, à Moi et aux entreprises qui voudront bien t’accompagner dans ta transition. Si tu suis bien les démarches administratives, légales, professionnelles et médiatiques que nous t’indiqueront, tu ne seras pas expulsé. Tu pourras rester dans ta maison ou ta cabane, et même – car je sais que tu feras un excellent Citoyen engagé – tu pourras donner l’exemple, tu pourras montrer ta vie comme une vie écologiquement propre, quotidiennement éthique et passionnément rurale. Nous sommes certains que d’autres Individus-Citoyens pourront s’inspirer de ta vie pour inventer de nouveaux concepts, de nouvelles formes de travail, de nouveaux hobbies…

Que pourrais-tu espérer de mieux ?

le contexte anti-nucléaire de l’affaire tarnac

« Plus près de nous, hier au petit matin, des centaines de flics en armures sont venus déloger les occupants du site de Bois-Lejuc à Bure dans la Meuse, site qu’ils occupaient en protestation contre la construction d’un site d’enfouissement de déchets nucléaires ultimes. Aujourd’hui donc, ce fait passé sous silence par tout le monde à l’époque mérite d’être rappelé : les sabotages de caténaires de voies TGV dont la police a voulu nous faire porter le chapeau, participaient d’une action coordonnée à l’échelle de la France et de l’Allemagne tout le long du chemin du train de déchets nucléaires CASTOR qui se rendait cette même nuit du centre de retraitement de déchets de La Hague au centre d’enfouissements de déchets nucléaires ultimes de Gorleben dans le Wendtland, en Allemagne. Et ces crochets dont l’image est devenue célèbre après nos arrestations et leur indécente médiatisation n’étaient pas les armes ridicules de terroristes nihilistes cherchant à mettre la France à genoux en faisant dérailler des trains mais bien le symbole bien plus ancien de la résistance opiniâtre du mouvement anti-nucléaire allemand qui au terme d’une lutte acharnée combinant toutes sortes de moyens de lutte des plus pacifiques aux plus offensifs est parvenu à arracher la sortie du nucléaire en Allemagne. »

Extrait du texte lu par Manon et Benjamin, à l’occasion de la soirée de soutien « Le bal des inculpés » du 23 février 2018 au Villard (Royère-de-Vassivière). https://tarnac2018.noblogs.org/interventions-diverses/

Pourquoi les médias en parlent ils si peu? parce que l’état nucléaire !

Aller à la barre d’outils