Actualités

VMC.Camp c’est fini

Ce site a été créé pour le camp vmc en résistance à la poubelle nucléaire comme support d’automédia. Ayant toujours servi collectivement, l’appareil judiciaire en voit d’un autre oeil et souhaite le relier à certaines personnes.

Ainsi pour raison de sécurité contre la répression de l’Etat a été décidé de clore vmc.camp. Cependant la lutte continue, et son automédia aussi.

En attendant l’ouverture du prochain site internet, les publications liées à la lutte auront lieu sur manif’est qui est le média libre de l’est de la France. Que tu souhaite publier ou recevoir les informations sur Bure tu peux aller par ici:

https://manif-est.info/+-Bure-+.html

Des astuces générales pour publier de manière sécurisée sur un média libre:
https://paris-luttes.info/publier-sur-paris-luttes-avec-une-811?lang=fr

Il existe aussi un flux rss des opposant.es à Cigéo par ici: http://www.stopcigeo-bure.eu/publications-des-opposant-e-s-a-cigeo/

Début septembre à Bure : une semaine pour se retrouver et se préparer!

L’ANDRA (Agence Nationale de gestion des Déchets RAdioactifs) s’apprête dès l’automne à commencer les travaux des infrastructures de la poubelle nucléaire Cigéo à Bure, alors même que la demande d’autorisation du projet n’est toujours pas déposée. Ainsi, les études préalables devraient continuer (fouilles archéologiques, défrichement du bois Lejuc, forages…) et des travaux pourraient commencer (voies ferrées et routes pour le transport des matériaux de construction et des déchets radioactifs; transformateur électrique pour l’alimentation de Cigéo, …). Commencer à construire alors même que le projet n’est pas encore autorisé est d’ailleurs une pratique courante pour les GPII (Grands Projets Inutiles et Imposés), on force l’acceptation en mettant devant le fait accompli.

Il nous semble donc important d’organiser la résistance sur le terrain pour pouvoir, le moment venu, s’opposer efficacement physiquement à l’avancée des travaux des infrastructures et au défrichement du bois Lejuc. Plein de choses peuvent être également organisées depuis ailleurs qui permettent d’enrayer la progression du projet de poubelle nucléaire CIGEO (campagne contre les sous-traitants lesmonstresdecigeo.noblogs.org ; organisation de concertations autogérées sur le nucléaire en réaction à la concertation entamée par l’Etat ; …).

Nous souhaitons donc rassembler nos forces lors de la semaine du 3 au 10 septembre. Ce sera l’occasion de se retrouver, d’échanger sur les stratégies locales et décentralisées à venir, tout en continuant à partager nos savoirs et savoirs-faire. Il s’agit également de montrer à l’Etat, par cet évement inoffensif, que sa répression ne nous empêchera pas de nous organiser et de continuer à faire vivre ce territoire qu’il souhaite tuer.

Si nous préparons quelques discussions et ateliers, nous avons pris soin de laisser des temps libres pour que puissent naître de nouveaux temps d’échanges. Dans une même volonté d’appropriation de l’espace et des outils, la cuisine sera autogérée du lundi au vendredi. Lors du week-end du 8-9 septembre, une cantine sera organisée, pour nous laisser le temps de nous retrouver, de passer du bon temps ensemble et pour celleux que ça tente de faire la fête! Par ailleurs nous souhaitons accueillir toutes les générations et nous amménagerons un espace pour les enfants.

Prenons donc un peu d’avance et anticipons les attaques à venir de l’ANDRA et retrouvons nous du 3 au 10 septembre à côté de Bure, à Mandres-en-Barrois, à l’Affranchie (1 rue de la Croix 55290 Mandres-en-Barrois). Nous sommes en train de préparer les dortoirs pour pouvoir accueillir tout le monde. Prévoyez une lampe torche, une bouteille d’eau, et vos draps ou votre sac de couchage.

Petit point légal :
En venant autour de Bure, même pour une semaine et dans les meilleures conditions, vous vous exposez à une répression de plus en plus forte. Il est important de s’y préparer en se briefant pour connaître ses droits et savoir réagir face aux différentes situations. Nous sommes en train de vous préparer un article que l’on vous recommande chaudement d’étudier avant votre venue. (Publication du brief légal avant le 26 août sur vmc.camp).

Arrestation de Loïc Citation

Hier, après plusieurs semaines de cavales, notre ami Loïc Citation a été retrouvé par la police et placé en garde à vue. On imagine qu’il va être envoyé en détention pour une durée indéterminée, jusqu’à ce que son procès arrive.

Cette arrestation fait suite à un mandat d’arrêt européen qui avait été déposé à son encontre pour des faits qu’il aurait commis lors du G20 à Hamburg. Loïc a alors choisi la cavale, objectant qu’il n’accepterait de se rendre que si la justice acceptait d’annuler 3 de ses procès « qui sont illégitimes au regard de la vérité et de [ses] principes légalistes. »
Voir ce texte qu’il a écrit pour les personnes qui ignorent sa situation : https://blogs.mediapart.fr/…/bl…/140618/je-choisis-la-cavale

Voir ce message écrit par sa soeur :

 

« Loïc est en garde à vue. Il était rentré quelques jours à la maison pour voir la famille, tout en gardant pas mal de précautions.
ça n’a pas suffit. on a sous estimé les caméras et les écoutes téléphoniques.
Ils sont rentrés comme d’habitude, à 15 minimum, de façon violente et déterminée (je veux bien que ce soit le processus, mais si t’es cardiaque, tu meurs direct…)
Même pas le temps de respirer…
La porte est abimée.
C’est sans doute la dernière garde à vue… d’autres infos arrivent dès qu’on en sait plus. »

Face à cet acharnement judiciaire, il nous est impossible de rester silencieux.ses !

Soyons aussi fort.e.s que Loïc a pu l’être durant ces dernières mois !

Il a été pour nous tous.tes à Bure un exemple de sagesse et de courage que nous ne devons pas oublier, et surtout pas aujourd’hui.

 

 

Yesterday, after several weeks of runaways, our friend Loïc Citation was found by the police and placed in custody. We imagine that he will be sent to detention for an indefinite period, until his trial arrives.

The arrest follows a European arrest warrant issued against him for alleged acts committed at the G20 in Hamburg. Loïc then chose the caval, objecting that he would not accept to surrender unless the court agreed to annul 3 of his trials « which are illegitimate with regard to the truth and [its] legalistic principles.  »
See this text he wrote for people who are unaware of his situation: https://blogs.mediapart.fr/…/bl…/140618/je-choisis-la-cavale

See this post written by his sister:

« Loïc is in custody. He had returned home a few days to see the family, while keeping a lot of precautions.
it was not enough. we underestimated the cameras and wiretapping.
They returned as usual, to a minimum, in a violent and determined way (I want it to be the process, but if you’re heart, you die direct …)
Not even time to breathe …
The door is damaged.
This is probably the last custody … more info arrive as soon as we know more.  »

Faced with this judicial relentlessness, it is impossible for us to remain silent.

Let’s be as strong as Loïc could have been during these last months!

For us all, Bure was an example of wisdom and courage that we must not forget, and especially not today.

Infotour Bretagne et alentours

Quelques chouettes hiboux ont décidé de partir en infotour vers l’ouest les deux premières semaines du mois d’août. Ce sera l’occasion d’échanger avec celles et ceux qui s’intéressent à ce qui se passe à Bure ! Quelques dates pour l’instant :

– le 2 août à La Verrière (78), 4 rue Louis Lormand, à 19h30 (repas partagé) http://dedaleasso.org/blog/bure/

– le 4 août à La Ronce, près de Questembert (56), 1 Besperué 56230 Larré, à 19h30.

– le 5 août au café de la pente, Rochefort en terre (56), 18h.

– le 9 août à Trémargat (22), au Tremargad Kafe à 20h30.

Info-tour Bure le jeudi 9 Août à 20h30

– le 11 août à Douardenez (29) – le Local, 5-7 rue Sébastien Velly, à 17h.

– le 13 août à Nantes (44), au local B17, 17 rue Paul Bellamy, à 20h.

– le 15 août à Poitiers (86) au Plan B, à 20h

Si vous souhaitez nous joindre : tatou@riseup.net

A bientôt si vous êtes par là-bas !

Tournemire : le retour

On s’en souvient, il y a quelques mois des chouettes hibou aveyronnais rendaient visite à l’IRSN (l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, rien que ça !) à l’occasion de portes ouvertes.

Ils ont remis le couvert il y a quelques semaines, puisque l’IRSN a décidé de participer à la compet’ de qui-fera-le-plus-de-portes-ouvertes, pour l’instant dominée haut-la-main par l’Andra !

Oui à l’enfouissement des éoliennes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

14 au 17 juillet : Atelier d’été Technologos

Technique et nucléaire : comment sortir du culte de la puissance et de la destruction ?

Pourquoi la lutte contre le centre de stockage de Bure est-il un enjeu pour Technologos et ceux qui critiquent globalement la technique telle qu’elle se développe aujourd’hui (déferlement, moteur et fin de l’histoire).

Cette prétention à gérer efficacement les déchets  produits par une industrie qui ne devait pas en faire, à les gérer sans l’homme (sûreté passive), en nous faisant croire que l’on fait « comme si on maitrisait la nature » via la technique, ne permet pas de sortir de cette fiction technolâtre qui façonne notre monde, dont on ne se réveillera que par une catastrophe, et encore…

 

La suite et le programme sur le site de Technologos.

 

Perquisition, arrestations : une compilation d’articles

Pour y voir un peu plus clair sur tout ce qui a été publié depuis le 20 juin dernier, sur la nouvelle phase de l’enquête d’instruction pour association de malfaiteurs, une compilation de quelques articles et communiqués publiés sur vmc & ailleurs

Synthèses et analyses

Communiqué de quelques chouettes hiboux de Bure suite à la vague de perquisitions et d’arrestations

Vague de perquisition et arrestations : tentative de synthèse

Fil info du 20 juin

Communiqués de presses communs et tribunes

Nous ne laisserons pas Bure devenir la nouvelle affaire Tarnac !     Communiqué commun du réseau Sortir du nucléaire, Bure Zone Libre, BureStop55, Cedra 52, EODRA, ACDN du 22 juin

Avec Bure, nous sommes toutes et tous des malfaiteurs !

Un témoignage

Après perquisition, je me décline : exilé de l’état

Des rassemblements de soutien

Soutiens spontanés le 20 juin

Rassemblements du 27 juin : photos et liste

Communiqué de quelques chouettes hiboux de Bure suite à la vague de perquisitions et d’arrestations

Bure, le 28 juin 2018

« On est à Bure, on fait ce qu’on veut! »

(entendu lors d’une perquisition du 20 juin 2018 de la bouche d’un gendarme)

Entre le mercredi 20 et le jeudi 21 juin 2018, 14 perquisitions ont eu lieu dont 12 simultanées dans des lieux de vie de militant.e.s anti-CIGEO. Ces perquisitions, parfois menées dans la plus complète illégalité, (en l’absence de mandat présenté aux occupant.e.s,) semblaient cibler des personnes particulières afin qu’elles soient auditionnées ou placées en garde à vue. Ainsi plus d’une douzaine de convocations pour des auditions ont été distribuées, et 9 interpellations ciblées ont eu lieu. Après des gardes à vue de 36 à 60h, 2 personnes sont relâchées sans suite pour le moment, 2 personnes obtiennent le statut de témoin assisté et 5 personnes sont mises en examen avec un contrôle judiciaire. Ce contrôle comprend des interdictions de territoire, des interdictions de se voir entre personnes concernées par l’instruction et une interdiction de quitter le territoire national.

L’État et son lobby nucléaire ont montré une fois de plus que la seule réponse qu’il savent apporter aux critiques légitimes des opposant.e.s à CIGEO, la méga poubelle de Bure, est une réponse répressive. Cet acharnement répressif se manifeste au travers de l’ouverture d’une instruction pour association de malfaiteurs, pilotée par le juge d’instruction Kevin Lefur . Ce dernier, obéissant aux logiques des nucléocrates, peut ordonner des perquisitions de tous lieux et des arrestations, des écoutes et des filatures de toute personne étant liée de près ou de loin avec la lutte contre CIGEO, et ce jusque la fin de l’instruction qui devrait durer au moins un an et s’étendre plus probablement sur plusieurs années. Une première vague de perquisitions avait déjà eu lieu dans ce même cadre le 20 septembre 2017.

La peine, c’est la procédure

Quand l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) pointent du doigt les risques énormes liés au projet CIGEO, quand près de 3000 personnes se retrouvent dans les rues de Bar-le-Duc pour dénoncer ce projet absurde, demander la fin du nucléaire et affirmer leur solidarité aux militant.e.s locales, l’État abat sa dernière carte pour imposer sa poubelle nucléaire : la répression. Pour les personnes vivant à Bure et dans les environs, la vie est déjà rendue complexe par une présence policière accrue : plusieurs patrouilles par heure, contrôles et fouille de véhicules et des personnes… Sortir sans sa carte d’identité, c’est risquer une vérification d’identité de 4h; laisser traîner un couteau suisse (et même une pelle à tarte) dans la portière de sa voiture, c’est risquer une garde à vue et des poursuites pénales pour transport d’arme. Quand on parle d’État d’exception à Bure, on fait état de toutes ces mesures qui rendent pénible la vie au quotidien afin que ce bout de territoire se vide toujours plus de ses habitant.e.s et surtout de ses opposant.e.s à la poubelle nucléaire.

L’’instruction ouverte pour association de malfaiteurs décuple les activités répressives contre les militant.e.s, et, en brisant des vies, tente de broyer cette lutte. Ainsi, des personnes installées depuis des années, se retrouvent avec des interdictions de territoire qui les privent de leur vie sociale tissée sur la durée. Des personnes qui luttent depuis des années contre ce projet se retrouve dans l’interdiction de se voir, cassant toute possibilité d’organisation politique. En recherchant jusqu’aux personnes participant aux approvisionnement de nourriture et en mettant en place des filatures et des écoutes généralisées, l’État diffuse la peur parmi tou.te.s les opposant.e.s et tou.te.s les habitant.e.s. La défense collective contre cette attaque judiciaire est d’autant plus compliquée que les personnes concernées n’ont pas le droit de se voir et que le dossier d’instruction est protégé par le « secret d’instruction ». La procédure en cours est chronophage, mobilise des personnes pour la parer, diabolise les mis.e.s en examen aux yeux de voisin.e.s et des personnes qui découvrent les chefs d’inculpation. Elle prend ce temps si utile pour lutter. Cette instruction a pour unique but de paralyser la lutte et d’imposer le projet mortifère de la poubelle nucléaire à Bure.

Mais la lutte n’est plus une lutte locale : avec des comités de soutien et d’action qui se forment et se consolident partout en France et au delà, la résistance prend une tournure internationale. Ainsi, 55 rassemblements ont eu lieu mercredi 27 juin 2018. Ielles veulent museler l’opposition locale à CIGEO, mais ielles n’ont pas compris que cette opposition est totale! Les comités de soutien et d’action, les milliers de personnes présentes lors de la manifestation du 16 juin à Bar-le-Duc, sauront boycotter la concertation organisée par les pouvoirs publics autour du nucléaire à la rentrée pour organiser leurs propres concertations autogérées; sauront suivre l’exemple des MONSTRES de CIGEO (campagne lancée sur le site lesmonstresdecigeo.noblogs.org) et prendre pour cible partout où ils sont atteignables les sous-traitants et soutiens de CIGEO; et saurons enfin se retrouver nombreu.x.ses du 3 au 10 septembre autour de Bure pour une semaine d’ateliers et de mobilisation afin de stopper la construction de la voie ferrée qui servira aux transport des déchets, l’installation du transformateur électrique qui alimentera CIGEO et le défrichement du bois Lejus.

Mise à jour du 10 juillet : on dénombre en fait (au moins) 15 perquisitions.

Aller à la barre d’outils