Fil info

Fil info du 1 au 7 août

 

Week-end 6-7 août

  • Ca s’active entre la Maison et la Gare de Luméville pour préparer l’accueil lors de toute la semaine à venir, et bien sûr le grand week-end de résistance et de « remise en état » de la forêt de Mandres le 13/14/15 août ! Rangements, réunions, bouffes collectives, bains de poussière (et de soleil) !
  • Samedi matin : en amont de la vigie les gendarmes contrôlent systématiquement les allers et venues, les identités, les véhicules. Un ami passé par les champs et n’ayant pas sa carte d’identité a été emmené au poste de Ligny-en-Barrois pour vérification d’identité. Il a été relâché près de deux heures après.
  • Dimanche : rangement intensif de la Maison de la résistance en prévision de l’afflux de la semaine à venir. Des barnums sont installés du côté de la gare de Luméville. Ca s’active de tous les côtés.

Vendredi 5 août

karaoke_mandresLa vigie continue d’être occupée, ce soir un karaoké s’y organise pour fêter comme il se doit l’anniversaire d’un ami.

Après-midi : les gendarmes mobiles contrôlent et fichent systématiquement les opposants et les habitants. Fouille de voiture, vérification d’identité. 3 personnes sont bloquées au carrefour de Mandres alors que la route est publique.  Des camions de BTP ont accédé au bois.

16h : l’ANDRA a sorti son communiqué, on travaille à y répondre, mais ici tout le monde est consterné d’un argumentaire aussi minimaliste et inconséquent : « L’Agence reconnaît une erreur d’appréciation ». L’ANDRA reconnaîtra-t-elle aussi une simple erreur d’appréciation pour 100 000 ans de pollution radioactive ?

Soirée : une chouette soirée tout en joie malgré la forte présence gendarmesque pour assurer « que tout se passe bien ». On retiendra la mémorable danse « Je mets l’ANDRA devant, je mets l’ANDRA derrière » devant la ligne de keufs. Un super récit ici.

 

 

 

Jeudi 4 août

2016-08-02 12.13.24

 

8h : Réveil humide pour ceux qui ont dormi à l’orée du bois : il pleut des cordes mais il y a bien longtemps que les caprices de la météo lorraine ne nous font plus peur ! On continue la vigie !

10h  : Livraison de café, de petits déj’ et de bâche pour la vigie. Les flics contrôlent les voitures, qui ne font que se déplacer sur un chemin communal. Les gendarmes demandent aux gens d’ouvrir les coffres des véhicules et contrôlent les voitures. A la maison de la résistance, on coupe du bois pour l’hiver.

12h : Le repas de midi se prépare à la maison de la résistance pour être déposé à la vigie sous l’oeil de la cinquantaine de gendarmes en faction devant notre abri de fortune !

16h : Deux camions sont sortis du bois chargé de quelques engins de chantiers. Pendant ce temps là, on joue au tarot, on bouquine, on écrit, on cherche à s’abriter un peu plus de la pluie, on discute… et bien sûr, on surveille !

Toute la journée, la stratégie de la tension s’est accentuée. Alors que nous sommes à peine une dizaine autour de notre petite construction en palettes, on a vu défiler un nombre incalculable de forces de polices : autour du bois, c’est pas moins de 5 fourgons, 4 voitures banalisées, une cinquantaine de flics qui sont mobilisés. L’hélico a survolé de façon rasante pendant une bonne demi-heure, faisant des allers-retours entre la vigie et la maison de la résistance. Les encravatés ont même fait le déplacement dans leur rutilante berline. On ne fait même pas mention des vigiles qui nous surveillent, de loin, du coin de leur cabane ! Mais on ne lâche rien ! On reste dormir à la vigie ce soir !

Mercredi 3 août

Au programme : à 11h, édification d’une vigie en bordure sud du Bois Lejuc pour surveiller que les travaux ne se poursuivent pas dans la forêt.

11h : effervescence à la maison de la résistance, on finit de préparer le repas tandis qu’à la Gare de Luméville la vigie achève d’être chargée pour rejoindre bientôt son emplacement en lisière de forêt.

13h : Fin de la construction à l’orée du bois, à quelques dizaines de mètres des vigiles et des gendarmes mobiles. On mange, chante et danse au pied de leur mur de béton. Des ouvriers de chantier sont toujours présents dans le bois, ils consolident le mur.

16h : lecture collective de la supplication ( témoignages sur la catastrophe nucléaire de Tchernobyl) à l’ombre de la vigie.

Toute la soirée, contrôle des identités et des voitures, à plusieurs reprises pour certains, verbalisation pour des infractions anecdotiques ( insuffisance du nombre de gilets jaunes dans la voiture), le fichage et les menaces se poursuivent mais on lâche rien !!

Cette nuit, une petite dizaine de personnes a dormi à la Vigie, éclairée par le doux projecteur des forces de police…

Politis4

 

 

Mardi 2 août

9h : une vigie a été mise en place pour surveiller les allées et venues autour de la forêt et s’assurer qu’aucun engin de chantier et de camions de matériaux n’entrent dans le bois, conformément à l’ordonnance prise hier par le TGI de Bar-le-Duc

12h : un camion transportant des pans de murs nous a été signalé, nous nous rendons à deux voitures à la forêt pour signifier aux gendarmes, ordonnance en main, qu’aucun chantier ne doit plus avoir lieu dans les bois, qu’aucun camion n’est plus censé acheminer quoi que ce soit, ni même sortir du bois coupé de la forêt. On nous répond que c’était la dernière livraison de pans de murs, que les prochaines ne seront pas faites dans la forêt et que tous les engins de chantier ont quitté les lieux ce matin, à l’exception d’un tracteur agricole et du camion qui a livré les pans de mur.

Lundi 1er août

15h : première historique  : le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc a rendu un jugement en notre faveur qui interrompt provisoirement tous travaux dans le Bois Lejuc et qui demande la remise en état des lieux dans un délai de 6 mois si aucun arrêté préfectoral ne vient autoriser les défrichements d’ici là.

16h : ça fuse dans les médias, on reçoit de nombreux appels de journalistes. Un communiqué unitaire entre toutes les associations à l’initiative de la plainte vient d’être publié. Rappel, on peut nous suivre sur twitter (@ZIRAdies] et facebook

18h : nous nous sommes rendus à l’entrée sud du Bois Lejuc pour nous assurer que les travaux avaient bien cessé et questionner les gendarmes sur les justifications de leur présence en protection d’un chantier jugé illégal. Une trentaine de gendarmes mobiles restent stationnés en permanence dans le bois, aux côtés de vigiles qui, à défaut de manches de pioches à la main, n’abhorrent toujours pas le nom de leur entreprise.

Soirée : fête à la Maison de la résistance ! Première victoire juridique en 20 ans de lutte ça se fête !

Fil info – Semaine du 18 au 24 juillet 2016

Dimanche 24

  • Un dimanche calme entre départ et arrivée de militant.e.s, quelques notes d’instruments de musique animent la maison de la résistance. Des personnes viennent de débarquer ce dimanche en pensant passer quelque temps dans la forêt, nous ne sommes malheureusement plus dans le bois.
  • Ce sont pour le moment les gendarmes qui l’occupent. Mais rien n’est perdu, soyons nombeu.ses.x le 12, 13 Août (prochaine date de mobilisation à Bure) et dès maintenant pour bloquer les travaux !
  • Pendant la préparation du repas du soir se déroule une AG pour échanger sur les perspectives de la lutte.
  • Au niveau des chantiers, à la gare de Luméville, le support pour la tonne à eau est presque terminé.

Samedi 23

Nous partons à midi en ballade avec les naturalistes en lutte vers le bois. Nous sommes une soixantaine, certain.e.s sous un masque de hibou.

Nous espérons passer par l’entrée sud de la forêt grâce à l’invitation « porte ouverte » de l’ANDRA ci-dessous via la magazine papier glacé que chaque foyer meusien et haut-marnais reçoit dans sa boite-aux-lettres.

photo1

À une centaine de mètres de l’entrée, les gendarmes se déploient juste derrière le commandant Dubois. S’ensuit un long échange, où s’opposeront arguments juridiques contestant les travaux de l’ANDRA, et parole d’un commandant aux abois, qui semble affaibli.

Pour des prétendues « raisons de sécurité » que le Commandant Dubois refuse d’expliquer, seuls les naturalistes en lutte et l’avocat pourront rentrer dans le bois, le reste de la ballade repart en arrière pour tenter un passage vers la vallée d’Ormançon. Jusqu’en fin d’après-midi, l’équipe naturalistes et autres spécialistes (cartographe, géologues…) pourront relever, photographier, échanger lors d’un long parcours en forêt, et ceci peut-être pour la dernière fois sans avoir à passer par un fastidieux processus de demande d’autorisation pour faire des contre-expertises (si premières expertises il y a vraiment eu de la part de l’ANDRA…).

Pendant ce temps en longeant la vallée, tirant notre petite charrette dans laquelle se trouve le repas de midi, nous arrivons sur un chemin carrossable. Deux voitures de gendarmes se déploient sur notre gauche, nous nous engageons à droite sur le chemin de pierre où s’établira bientôt la suite du mur qui englobe chaque jour un peu plus le bois Lejuc.

photo2

La vision de cette saignée dans les bois… Quelques semaines auparavant s’élevaient ici des arbres que l’ANDRA a abattus.

Les gendarmes finissent par nous rattraper, impossible de les prendre de vitesse, il y a des enfants avec nous. C’est une trentaine de gendarmes qui nous escorterons jusqu’à l’entré du chemin d’où nous sommes arrivé.

Nous pique-niquons dans une clairière en bordure, les gendarmes resterons mobilisés pendant tout le repas. Après mangé, un groupe repart vers la maison, l’autre arrive à rejoindre l’équipe naturalistes en passant par le vieux chêne du Bois Lejuc au grand damne du Commandant Dubois : Nous n’avons « pas le droit d’être dans cette propriété privée » qu’est cette magnifique forêt pourtant encore non grillagée à cet endroit.

Heureux de nous retrouver, les naturalistes sautent sur le repas et improvisent tout de suite un coin pique-nique en installant des troncs pour s’asseoir sur le bout de ce chemin carrossable encore en chantier. Échanges de chips et de noms savants, on se raconte nos ballades, avec le Commandant Dubois à côté qui attend que nous ayons fini de manger notre camembert.

Nous sommes ensuite escortés jusqu’à la sortie du bois et sommes contraints de passer à travers champs en longeant « le mur » dont seule la vue suffit exprimer le mélange de notre malaise, notre dégoût et notre légitime colère :

photo3Le dîner est autour d’un maffé à l’ancienne gare de Luméville (autre lieu militant). Un peu de musique et de danse animeront la soirée. La gare est actuellement en chantier avec le collectif des Scotcheuses qui file un coup de main, les dernières tuiles du préau ont été posées.

 

 

Vendredi 22 juillet :

  • Après une période intense de mobilisations, d’actions, d’occupation et de réoccupation depuis le mois de Juin, alors que la fatigue se fait ressentir en plein #Eted’urgence, nous avons à nouveau marqué notre présence et détermination ce matin en érigeant une barricade à l’entré sud du bois.
  • Quelques minutes s’écoulent, 3 camions de GM sortent du bois vers notre position. Nous enflammons la barricade et repartons calmement.
  • L’après-midi, après de chaleureux échanges autour d’un repas collectif, un nouveau départ vers la forêt s’organise. Armé de tambours et de casseroles, la déambulation musicale descend la pente entre le petit bois du chaufour et le bois Le Juc. Le vent se lève, le ciel s’obscurcit, une vingtaine de gendarmes se déploient. Nous sommes à quelques dizaines de mètres de la ligne de gendarmes mobiles, quelques mercenaires de l’ANDRA sont visibles à l’extrême droite des gendarmes, près de l’entrée du bois. Un éclair déchire le ciel, certain-e-s crient leur colère face à ces forces d’un ordre nucléarisé. Cinq gendarmes repartent vers leurs véhicules, nous nous avançons de quelques mètres, ils reviennent, la situation se fige, le tableau est noir. Les premières gouttes de pluie tombent sans sommation, l’orage est au-dessus de nous, nous repartons vers le chaufour en musique.
  • Ne laissons pas l’ANDRA détruire le bois communal de Mandres-en-Barrois
  • Lors de cette balade, la pensée que nous soyons des milliers amène l’espérance d’une réoccupation victorieuse. Encore une fois, notre seule limite, c’est le nombre.
  • Soyons nombreu-ses-x à converger dans les semaines à venir pour stopper les travaux et des milliers le 13 et 14 août pour reprendre le bois !

 

Jeudi 21 juillet : (suite…)

Fil info – Semaine du 11 au 17 juillet 2016

Dimanche 17 juillet

  • 7h : dans le bois, la nuit a été calme et les occupant.e.s n’ont été réveillé.e.s que par le chant des oiseaux !
  • 8h50 : la milice de l’Andra est de retour. 20 vigiles se mettent en position près de la barricade sud.
  • 9h25 : une dizaine de fourgons de gendarmes mobiles et deux voitures de polices viennent d’être vues à Joinville, roulant en direction de Bure.
  • 9h45 : 5 fourgons et une voiture de police ont dépassé Saudron.
  • Des soutiens sont partis devant les gendarmeries où sont les personnes actuellement en cours d’audition. Appel à faire entendre notre soutien aux camarades à l’intérieur => gendarmeries de Bar-le-Duc (1 gardé à vue), Commercy (2 gardés à vue) ; ces trois personnes sont entendues actuellement ! À Void-Vacon, la personne a déjà été entendue.
  • 10h30 : les gardes mobiles sont arrivés sur le site et se déploient, notamment vers la barricade sud.
  • 15h38 : assaut éclair, puis repli des flics, au niveau de la barricade sud. Des vigiles parcourent le bois.
  • 16h20 : nouvelle charge.
  • 16h30 : il semble que les gardes mobiles soient en train de tester la résistance des occupant.e.s du bois. Envoi massif de gaz lacrymogènes.
  • 17h15 : tentative d’expulsion. Une pelleteuse défonce les barricades, mais elles seront reconstruites à nouveau plus loin.
  • 21h15 : la forêt est toujours occupée. Le repas du soir a lieu sur place.
  • 23h50 : les 4 personnes en garde-à-vue viennent d’être libérées sans être poursuivies !

Samedi 16 juillet, le grand jour !  (suite…)

Fil info – Semaine du 4 au 10 juillet 2016

Sam 9 juillet : le wk pas de travaux 🙂

  • Ce qui est chouette le WK c’est que les gens ne travaillent pas. diverses ballades dans la journée en forêt ont confirmé qu’il n’y a pas de travaux dans le bois le jus aujourd’hui. par contre beaucoup de bleus à l’horizon ..
  • Pleins de dates d’INFOTOUR au sujet de la mobilisation dans le bois de Mandres contre la poubelle nucléaire et de la manif de réocup du 16 juillet : Dijon : ce soir et demain aux lentillères / Nancy : merc 19h au CCAN, 69, rue Mondesert / Paris : Lundi 19h, Place de la république / Notre Dame des Landes : tout le weekend pendant le festival de l’ACIPA / Reims : jeudi 19h au temps des cerises, rue de la cerisaie /
  • Des premieres precisions sur le WK du 16/17 : dés vendredi soir un concert se prépare.. plus d’info à venir !

8 juillet… (suite…)

Expulsion de la forêt occupée – Le suivi de la journée

BURE_Lejuc-5Page helloasso, pour nous aider financièrement !

L’appel à matos, pour aider matériellement !

7 JUILLET : ALERTE ROUGE EXPULSION A BURE  !!!!! Cette fois c’est pour de bon !! Besoin de soutiens massifs sur place, RDV à Bure puis ré-orientation en fonction de la situation !! Tels infos : 0758654889 et 0758131861.

  • 6h : ENORME convoi de CRS et de gendarmes mobiles suréquipés en direction de Mandres, un véhicule bulldozer aurait été vu. Pas d’infos précises sur le nombre exact de fourgons pour l’instant mais apparemment dispositif énorme
  • 6h30 : Entrée côté bois de Mandres bouclée, pas d’infos sur la situation à l’entrée Ribeaucourt pour l’instant. Sur place tout le monde est réveillé et s’organise.
  • 6h30 : Les deux routes d’accès depuis le village de Mandres sont bloquées au niveau des carrefours et des exploitations agricoles par plusieurs véhicules de gendarmerie. En contre-bas du village de bure il y a aussi quelques fourgons qui, visiblement empêchent le passage (à reconfirmer).
  • 6h45 : Une demie-heure que les casqués sont là, l’assault a commencé ! La charge a été ultra rapide, aucune volonté de temporisation. Après première sommation et une deuxième sommation ultra-rapide ils ont commencé à avancer, le dispositif est visiblement énorme. Le tracteur a l’entrée a pu sortir, les occupant-e-s reculent progressivement derrière les barricades enflammées. Ielles sont au niveau de la tranchée sur le chemin d’accès principal, après « La Rue Rale ». Les casqués passent également dans les bois. Il y a de nombreux tirs de gazs lacrymogènes, apparemment aussi le flashball est sorti. D’autres occupants, dont des enfants, ont pu se replier dès le début de l’arrivée.

(suite…)

Fil info – Semaine du 27 juin au 3 juillet 2016

3 JUILLET : magnifique journée dans la forêt !

  • 10h tranquil réveil, on s’offre un peu de répit après la semaine précédente… Des dizaines de personnes sont venues dormir sur place, la forêt bruisse de cris et de jeux d’enfants, c’est génial de voir le bois comme ça !
  • Toute l’aprèm, pleins de chantiers se sont déroulés dans une super ambiance : poursuite de l’opération « Reboisement de la plateforme », un jeune arbuste planté pour chaque jour d’occupation, pour l’instant on a un peu de retard mais il y a déjà une dizaine de jeunes arbres qui remettent de la vie et de la couleur sur leur désert de remblais ! Renforcement du sleeping collectif de la Rue Rale ! Poursuite d’un chantier cartographie, poursuite des constructions du côté nord… Sans oublier une très grande balade pour que tout le monde repère et s’approprie la forêt !
  • Inauguration de la cabane des enfants, toute jolie dans le coin d’une petite clairière :).
  • 18h : grande discussion de mouvement, nous sommes une soixantaine rassemblés près du préau pour faire un retour sur le week-end, sur la question des médias, mais surtout préparer activement les possibles expulsions dans les jours à venir, et les perspectives de réoccupation ! Beaucoup de gens très différents, et surtout pleins de nouvelles têtes. Il y a un potentiel assez fou dans ce qui se joue en ce moment, et ce n’est que le début !
  • Soirée tranquille au coin du feu, lecture collective de textes et discussion enflammées jusque tard dans la nuit : un peu de répit, bien mérité, après la semaine de folie qui s’annonce et les menaces d’expulsions qui se précisent !
  • Pour celles et ceux qui souhaitent un bon apreçu des travaux effectués par l’ANDRA, ce super doc permet de se rendre compte pas à pas de toutes les zones de defrichement : Lejuc_Défrichements_16_06_20

2 JUILLET : banquet partagé à Mandres et après-midi en forêt

  • Préparation collective d’un bon repas au lavoir de Mandres, une trentaine de personnes présentes dans une chouette ambiance. Un long point d’information juridique est fait avec les avocat-e-s du mouvement pour faire l’état des lieux des procédures engagées, et réfléchir à en poser d’autres. D’ores et déjà, l’avis d’expulsion est en cours de contestation avec une assignation auprès du TGI de Bar le Duc : l’audience est prévue le 6 juillet à 9h30. Vont-ils décider d’expulser avant ou avoir le souci, classique, de « faire ça dans les règles » ?
  • A partir de 15h30 – 16h, balades et chantiers de construction dans la forêt !
  • Le soir, discussion collective et soirée en forêt / ou sinon présence au festival RENAISSANCE à Bar-le-Duc, intensément subventionnés par le GIP et d’autres « partenaires » peu reluisants.

1er JUILLET : Un peu de répit sur zone

  • Matinée à nouveau calme.
  • 10h : une petite équipée a été devant le laboratoire de l’ANDRA accueillir comme il se devait, avec huées et slogans, une délégation de 11 nucléocrates fraichement arrivée du 2ème Salon Mondial du Nucléaire (WNE World Nuclear Exhibition) qui se tient en ce moment même au Bourget.
  • Sur place on se prépare pour le week-end du 2 & 3 juillet et on se réjouit d’accueillir pleins de nouvelles personnes curieuses de ce qui se vit dans la forêt ! N’hésitez pas à venir dormir sur place, apportez de quoi être autonome niveau couchage et un peu de quoi manger !
  • L’offensive continue sur le plan juridique : la contestation de l’avis d’expulsion est en cours, une audience sera tenue le 6 juillet 2015 au TGI de Bar-le-Duc pour contester l’avis ; d’autres recours sont déposés pour contester des manoeuvres litigieuses de l’ANDRA ou des autorités préfectorales…

30 JUIN : Toujours pas de présence des casqués, stratégie de la tension continue

  • Pas d’expulsion ce matin, l’occasion de tester à nouveau le dispositif de résistance…
  • Un communiqué a été rédigé pour dénoncer les stratégies de tension et d’intimidation de l’ANDRA, qui passent un nouveau cap ces derniers jours en s’en prenant directement, cette fois, à des paysans du coin !
  • La forêt est toujours ouverte et accueillante à toutes et tous, ce week-end des choses se préparent, besoin de l’énergie de tout le monde !

29 JUIN : Préparation en cas d’expulsion, matinée calme pour l’instant. 

  • 6h : pas de traces d’hélico ou de fourgons de casqués à l’horizon, matinée calme qui s’annonce sur Bure… Tout le monde est sur le qui-vive. Une fourgonette de gendarmes présente, comme d’habitude, au carrefour Mandres-Bure en contrôle d’identités.
  • 8h : visiblement il n’y aura pas d’expulsions ce matin.
  • 9h : deux voitures de gendarmes sont venues en renfort, mais elle repartent rapidement.
  • L’appel à manif de réoccupation doit commencer à tourner : s’ils nous expulsent, on reviendra encore plus déterminé-e-s le samedi suivant ; et dès le lendemain de l’expulsion blocage des travaux à 6h !

28 JUIN : Menaces d’expulsion dans la forêt de Mandres occupée – Besoin de soutien immédiat.

  • 9h30 : l’huissier accompagné d’une voiture de vigiles et plusieurs véhicules de gendarmes est venu notifier l’expulsabilité de l’occupation de la forêt de Mandres. L’ordonnance d’expulsion a été déposée au pied d’une barricade d’entrée est visible ici.
  • 10h : l’huissier est revenu, accompagné de vigiles et d’une voiture de gendarmerie, demander si les occupant-e-s acceptaient ou pas l’ordonnance d’expulsion, ce à quoi il n’a rien été répondu sinon « nous avons besoin de temps ». La voiture de vigiles et les véhicules de gendarmerie sont ensuite reparties. Une expulsion pourrait donc arriver très vite. Pour l’instant il n’y a pas de traces de véhicules de gendarmes mobiles dans les villages alentours ou dans l’enceinte du labo, mais rien n’empêcherait une probable expulsion le 29 juin au matin ou dans les jours à venir.
  • Depuis ce matin, sur le terrain, tout le monde est à pied d’oeuvre pour empêcher l’expulsion, résister en cas d’arrivée massive des flics, et préparer une contre-attaque : des appels vont être publiés dans la journée, restez en ligne et préparez vous à faire tourner et à venir massivement en soutien dans les jours à venir ! Dans tous les cas, l’expulsion ne serait absolument pas la fin d’une parenthèse mais une étape dans de multiples formes de blocage des travaux !
  • Rappel : dès le 22 juin une plainte contre l’illégalité des travaux dans le bois Lejuc avait été déposée.
  • Les soutiens contre la menace d’expulsion sont en cours : un communiqué du Réseau Sortir du Nucléaire est sorti , l’avocat est en train de préparer une réponse à l’ordonnance de requête d’expulsion…
  • Si ils nous expulsent, on revient encore plus déterminé-e-s ! APPEL A MANIF DE REOCCUPATION EN CAS D’EXPULSION.
    • Le lendemain de l’expulsion, blocage dès travaux dès 6h du matin ! Rendez-vous à Bure !
    • Le samedi suivant l’expulsion, MANIF’ DE REOCCUPATION, on reprend la forêt. Rendez-vous à 11h au lavoir de Mandres-en-Barrois !
  • APPEL URGENT À VENIR SOUTENIR ET EMPÊCHER L’EXPULSION !
    Dans l’immédiat, pour tous ceux qui le peuvent, vous êtes attendus sur place le plus vite possible et éventuellement pour y rester dormir. Il faudra du relai ce soir et les jours d’après. Toutes les présences seront des freins à l’expulsion. Chaque jour qui passe est une victoire contre Cigéo.
  • 15h : grosse tension à la barricade d’entrée de la forêt « La Rue Rale ». Une voiture avec 5 vigile a débarqué, et a eu le temps de démonter une petite barricade à l’entrée avant de se faire chasser par plusieurs occupant-e-s déterminée. La voiture a battu en retraite et est retourné derrière les gendarmes en faction au carrefour une centaine de mètres plus loin. Quelques minutes plus tard une fourgonette de gendarmerie est venue en renfort. Il semblerait que la stratégie de la tension de l’ANDRA et de la préfecture a commencé. Son but principal : susciter l’essouflement du mouvement dans les jours à venir pour mieux pouvoir amorcer une évacuation avec grands renforts. en le faisant se replier, en interne, sur les seules nécessités d’autodéfense au détriment du lien avec le reste du mouvement ; et à l’extérieur, en apeurant les autres personnes se rendant sur les lieux, et à terme les habitant-e-s alentours en communiquant sur la « violence » supposée des possibles altercations. Pas de bol : on est parfaitement conscients de ces stratégies minables, quoi que raffinées, et on saura attendre vos vigiles comme ils se doivent : avec de quoi se protéger, mais aussi les filmer et retransmettre tous leurs agissements en direct. Un communiqué sur cette stratégie est disponible ici.
  • 15h30 :
    •  Stratégie de la tension, deuxième épisode, autres dispositifs. Au point de contrôle des gendarmes, un paysan impliqué dans l’occupation se fait alpaguer par Emmanuel Hance, le M. « relations humaines » et accaparemment de terres de l’ANDRA, un sale type, craint et/ou détesté par une majorité des habitant-e-s qui fait la loi dans la région auprès des paysans et autres propriétaires de terres agricoles et de forêt. La discussion dure un bon quart d’heure. Le ton général : « Je comprends votre engagement lors des 200 000 pas, mais là vous allez trop loin, parmi les gens impliqués dans la manifestations de dimanche il y en a 50 qui n’ont que leur sac à dos, quand ils partiront vous vous retrouverez tout seul… » Le but : susciter la désolidarisation et la dissociation au sein du mouvement de lutte et d’occupation.
    • Encore un autre épisode pour la fabrique de la dissociation : hier 20 juin, un autre paysan participant à la journée du 19 juin s’est fait alpaguer, toujours par Hance. « Hé, je t’ai vu dimanche dernier, t’étais masqué avec ton père ! ». Rien de tel pour faire monter les choses en pression.
  • 16h : les constructions et les installations continuent sur place. De nombreux événement se préparent dans les jours à venir, en premier lieu la grande Fête de libération du bois de Mandres le dimanche 26 juin !!
  • 21h : ce soir, une discussion avec des paysan-ne-s soutien est prévue ! Mais aussi la une fête de la musique, de nombreuses personnes sont arrivé-e-s avec des victuailles et de quoi boire ! N’hésitez pas à passer !

Fil info – Semaine du 20 au 26 juin 2016

26 JUIN: FETE DE LA LIBERATION DU BOIS DE MANDRES

  • Un récit de la journée, et de la semaine ici
  • En parrallèle, à Notre dame des Landes, le référendum n’atteint pas le programme du WE de refaireundome, nouveau batiment pour l’organisation des assemblées et autres réus. Un soutien à l’occupation de Bure est affiché! Une vidéo où l’on cause de Bure dans les actu interlutte, nddl, bure, même combat: http://videos.leparisien.fr/video/notre-dame-des-landes-oui-ou-non-nous-serons-toujours-en-lutte-27-06-2016-x4ii33i20160626-220730_refaire_un_dome_zad_nddl_cc_valk-0d081

25 JUIN: BLOCAGE A LA CRAVATE

  • En parallèle des scande de l’assemblé nationale, on apprend aussi que  le vendredi 1er juillet, au lendemain du World Nuclear Exhibition http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/> – deuxième salon international de la filière nucléaire qui aura lieu à Paris du 28 au 30 juin – seront organisées des visites de sites nucléaires partout en France, et évidemment, les nucléocrates passeront à Bure pour visiter le laboratoire de l’Andra ainsi que le CSA (Soulaines) et le CIRES (Morvilliers).*
    Ils partiront en bus depuis Paris le matin, et arriveront à Bure à 10h, à
    Soulaines à 10h aussi, puis à Morvilliers à 14h.Contre les nucléocrates, blocage à la cravate.

http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/En-parallele/Visite-de-sites-Andra1/
<http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/En-parallele/Visite-de-sites-EDF-chantier-EPR/>

  • A écouter: emmission radio bure – moronvillier : http://lechatnoir.perso.sfr.fr/radio/20160620-De-Bure-a-Moronvilliers.mp3

23 JUIN : Quatrième journée, on continue de construire ! 

  • Tout les matins rendez-vous petit déj’ à 9h, point collectif pour la journée à 9h30
  • Pleins de chantiers de construction se mettent en place, le week-end prochain et la grande Fête de la libération du bois dimanche 26 se préparent !
  • Pendant ce temps là, l’ANDRA s’est mangée dans les dents une plainte contre l’illégalité des travaux (+d’info ici), un petit scandale autour du conflits d’intérêt de la nomination de Christophe Bouillon, président du CA de l’ANDRA, comme rapporteur de la loi CIGEO à l’Assemblée National (+ d’info ici )… et ce n’est que le début.

22 JUIN : Troisième journée d’occupation, la vie sur place dans la forêt libérée s’organise !

  • Aujourd’hui, un immense soleil nous accueille au réveil : ça fait un bien fout après une journée et demi de pluie quasi continue et d’ambiance très humide. Le soleil transforme toute l’atmosphère : on commence à réaliser que, oui, on est bel et bien en train d’occuper cette forêt, de bloquer les travaux depuis plusieurs jours ! Les bleus sont toujours en faction au carrefour à 500 m et se cantonnent à un rôle de surveillance.
  • Un long temps de débrefing collectif se tient en fin de matinée, l’occasion de prendre le temps de faire le tour des ressentis, des perceptions et de commencer à se projeter ensemble dans cette forêt libérée après les nécessités urgentes de défendre le lieu. De longs échanges exposent les différents objectifs de l’occupation et creusent les complémentarités (et les tensions) entre trois grands enjeux : défendre le lieu ; le construire ; et faire le lien avec l’extérieur (accueil, médias et automédia…). Quoi qu’il en soit, l’objectif commun est clair : bloquer les travaux de CIGEO, et par conséquent du projet en son entien, par tous les moyens nécessaires et dans une perspective stratégique !
  • Vers 15h, un avion « civil » survole pendant de longues minutes et de manière très insistante la base du campement et finit par s’éloigner…
  • Toute l’aprèm, un début de chantier pour barder une partie du préau est lancé.
  • Toute la journée, quelques habitant-e-s de Mandres viennent se promener. Les gendarmes en faction essaient de continuer leur minable stratégie d’intimidation envers l’une d’entre elle : « Mais vous n’avez pas peur d’aller dans cette forêt ? Toute seule en plus ? » « Ben non, ces gens ils sont comme tout le monde ! » Malgré les premières tentatives de division et de dissociation, il n’y a jamais eu autant de passage d’habitant-e-s du coin.
  • 18h : un paysan du coin passe faire ses affouages, et quelques personnes viennent lui filer un coup de main. L’occasion de mieux découvrir la forêt et ses secrets.

21 JUIN: Musique et résistance en forêt occupée

  • 9h20: Ce matin, on prend un peu notre temps, après un peu de repos. Pas de bleus à l’horizon ni dans le ciel, plutôt humide comme temps, des chausettes sèches seraient utiles!
  • 9h30: Annonce ce soir 19h  fête de la musique dans le bois,  ramenez vos instruments . Aussi, rendez vous dimanche prochain 26 juin pour une grande journée populaire dans la forêt, programme à venir
  • 10h20: Nouvelle déclaration de l’Andra, le foutage de gueule à l’état pure: « Il s’agit de travaux préliminaires permettant de déposer la demande d’autorisation de construction. Nous sommes bien obligés pour calculer les fondations des batiments de surface ». Des travaux pour demander une autorisation de travaux, hein? Quand on dit qu’on ne veut pas de travaux, c’est pas de travaux du tout, préliminaires compris.
  • 13h: toujours l’organisation matérielle sur place, et besoin de soutien (à venir sur place, à apporter du matériel, ou financier
  • 13h40: recu une video sur la journée du 19 juin et appel a occupation

20 JUIN: DEUXIEME JOUR D’OCCUPATION, L’#EtéDurgence continue !

  • 7h: Depuis 6h l’hélico fait ses tour, on prend le petit dej
  • 9h20: Il fait beau, ca s’active a préparer le terrain et la conf de presse, pas de grosse présence polière, seulement 4 breaks de gendarmerie
  • 10h50: Depuis une heure, arrivée de 6 véhicules de gendarmerie, ils bloquent les accès, font des contrôles d’identité pour faire pression pour que l’huissier puisse venir constater l’occupation et les dégat sur la plate-formen. Va donc constater les dégat des travaux illégaux de l’Andra. BESOIN DE SOUTIEN EXTERIEUR!
  • 11h20: La conférence de presse risque d’être déplacé à cet après midi (plus d’info précise en fonction de la situation – à venir)
  • 12h: La Conférence de presse se tiendra à 14h30, à l’entrée du bois de Mandres en Barrois
  • 15h40: La conférence de presse se tient. Pas mal de passage de journalistes, mais aussi de personnes venant soutenir , dont beaucoup de locaux. Les flics sont plus en retrait, l’hussier de l’andra se fait discret.
  • 16h20: Ce soir rdv 18h30 pour discution / pic nique toujours interminable. Rappel: on a toujours pas mal de besoins matériels!
  • 17h30: On apprend que l’ANDRA a déposé un permis de construire pour des travaux autour de leur première base historique: le laboratoire (à 3km de la foret). http://www.meuse.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Participation-du-Public/Suites-consultations-du-public/ANDRA-Permis-de-construire-reamenagement-zone-du-carreau-laboratoire-de-Bure-Mise-a-disposition-du-public-par-voie-electronique

En gros c’est un permis de construire pour : halls/ateliers + garage d’engins, bureaux, vestiaires, réfectoire, réserve à carburant de 20m3, locaux abritant un groupe électrogène et la préparation du béton, bassins de rinçage des eaux chargées en béton, hall métallique qui abritera un quai béton, aire de stockage des huiles neuves et des déchets spéciaux, local pour les déchets assimilés ménagers, aires en béton pour le parc des bennes à déchets, pour le stockage des pièces et équipements, voiries et trottoirs
Total surfaces: 4968.39 m2 + parking de 2 065 m2 réservé aux visiteurs (extérieur du site) Il est prévu un accroissement du volume des déblais stockés sur le site 12m par rapport au terrain naturel (contre 8 actuellement)

  • 20h:  les locaux du CLIS (comité local d’information) dans lesquels se trouve un responsable de l’andra se font entourer des barbelés coupant coupés dans la foret.
  • 21h: On apprend dans la presse des déclaration de l’Andra: « Il ne s’agit pas du tout de travaux pour faire Cigéo, il s’agit
    simplement de travaux pour permettre la demande d’autorisation de
    Cigéo »*, a répondu Jean-Paul Baillet, directeur du Labo. Il a souligné que « l’Andra est chez elle et bien chez elle »* dans ce bois et elle a l’intention de porter plainte. …. L’andra se crois chez elle partout depuis 20 ans en irrigant de pognons les départements, aujourd’hui elle mange une grosse claque, et fait des caprices, on reprend a cesar ce qui n’appartient pas a Cesar.
  • 22h: soirée détendue, beaucoup d’habitants de Mandres et alentours viennent passer la soiré dans la foret, boire un coup, discuter, certains n’étaient jamais venus auparavent lors des discutions publique. Le bois se transforme en un véritable couarail, lieu de rencontre villageois où l’on discute de nos quotidiens et de nos communs. En cela un tel lieu ne colle pas avec la définition bornée et enfermante qu’entendent certains journalistes dans le mot « ZAD », qui dans leur interprétations, figent les identités, ghettoïsent l’espace, et donnent l’illusion d’un anti-monde coupé et hostile à ce qui lui serait extérieur.
  • 22h15: RDV massif demain mardi 21 à 6h à l’entrée du bois, pour petit déj, blocage des travaux et des expulsions, n’oubliez pas l’appel a matos et / ou don

Dans la presse:

https://lundi.am/Bure-debut-d-occupation-et-mise-a-sac-du-chantier-de-l-Agence-Nationale-pour-la

http://5minutes.rtl.lu/grande-region/laune/922790.html

http://www.ouest-france.fr/lorraine/meuse/meuse-des-opposants-au-stockage-de-dechets-nucleaires-occupent-un-bois-4313616

Fil info – Semaine du 13 au 19 juin 2016

  • Pour toutes celles et ceux qui viennent pour le 19, avant, après, ramenez de quoi être un maximum autonome du point de vue couchage (tentes, matelas de sols, sac de couchage, etc) ; un peu de bouffe, votre bonne humeur et votre détermination ! Tel info : 07 58 65 48 89 !
  • Une chronologie des travaux de l’ANDRA dans la forêt de Mandres depuis mai a été réalisée et est disponible ici.
  • L’appel pour la journée du 19. D’autres infos à venir dans la semaine : tracts A5.
  • Lundi 13 : A 13 h ce lundi, quatre personnes ont été pris à partie par des vigiles protégeant les installations de chantier de l’ANDRA lors d’un repérage dans la forêt. Poursuite en 4×4 et violents coups de pied dans leur voiture…. Plus de détails lire l’article ici.
  • Mardi 14 : les tranchées dans la foret pour clôturer le bois se poursuivent, des piquets commencent à être plantés sur tout le linéaire en bordure de forêt que l’agence déboise depuis plusieurs jours. Un récit de l’action de samedi aprèm est disponible ici.
  • Mercredi, jeudi et vendredi : les préparations de la grande journée du 19 se poursuivent, tandis que des repérages permettent de contaster l’avancée des travaux de piquetage de l’ANDRA !

19 JUIN: MANIF PIQUE-NIQUE DANS LA FORET DE MANDRES

  • 11h: Une soixantaine de personnes sont en marche depuis Bure en direction de Mandres, accompagnés de 3 tracteurs en tête! Les flics tournent, sans mettre de pression, attention quand même aux contrôles routiers. Départ prévus à 12h depuis Mandres vers le bois.
  • 12h: On est 200 personnes à Mandres, habitant.e.s, assos, toutes les composantes sont présentes et de nombreuses personnes qui ont fait le déplacement de plus loin. Cortège coloré (le noir est aussi une couleur), oiseaux masqués, tracteurs en ouverture et fermeture de la marche qui s’apprêtent a partir pour le pique-nique en forêt ;). Pas de pression policière pour l’instant.
  • 13h05: Le cortège est devant le bois, aucune présence policière, seulement des vigiles stressés. La barrière posée depuis peu a l’orée du bois vient de sautée, et la manif scande « on veut pic niquer dans la forêt », pendant que les (déjà nombreuses) clôtures en cours d’installation commencent à être cisaillées.
  • 13h45: C’est la folie!! le cortège entoure la plateforme, dans laquelle sont retranchés une dizaine de vigiles. TOUTES les grilles tombent, se tordent au sol, les plot en béton partent en éclat, les barbelés sont cisaillés, sous les slogans de « ANDRA DÉGAGE SABOTAGE ET AFFOUAGES », que les habitants de Mandres ont coutume d’exercer historiquement sur ce bois. Une tentative de contenir les vigiles dans un rond de barbelés les font s’écarter du groupe de 250 personnes maintenant. Le pique-nique peut commencer.
  • 15h30: Les flics on rendu visite, précisant qu’ils n’interviendraient pas tant qu’il n’y auras pas de violences physiques adressées aux vigiles, mais on quand même ordonner aux vigiles de s’en aller! Pendant ce temps là, dans les bois, plusieurs ateliers s’installent: une centaine de personne s’affaire a se réapproprier la plateforme, une autre cinquantaine prend de temps de démonter toutes les clôtures du bois, et d’autres se baladent. Le pic nique est et sera interminable.
  • 15h45: Nouvel atelier barricade à l’entrée de la forêt, avec de nombreux habitants, à partir du démontage général. Les clôtures continuent d’être assaillies.
  • 17h30: TOUT L’APRÈS MIDI UN PRÉAU / PRESIDIO S’EST CONSTRUIT SUR L’EMPLACEMENT DE LA PLATEFORME, ON RESTE LA!!!
  • 17h45: UN APPEL A OCCUPATION EST LANCE , BESOIN DE MONDE A VENIR SOUTENIR, RISQUE D’EXPULSION
  • 19h20: besoin de relais pour soutenir l’occupation en cours, surveillance rapprochée des flic en hélico
  • 20h30 : Seul 5 flic sont posté avant l’entrée du bois près de la grande antenne en venant de Mandre, toujours possible de passer. On finis la charpente du presidio, l’apero débute et bientôt se lance une discussion générale.
  • 22h30: un communiqué de presse commun entre les participant.e.s de l’occupation, habitant.e.s de mandres et nouveaux habitant.e.s du bois, associations est disponible ici. Annonce d’une condférence de presse lundi 20 juin à 11h – Entrée de la forêt de Mandres-en-BarroisRappel tel presse 07 58 65 48 89
  • 23h10: Demain lundi RDV à 6h à la foret de Mandres en Barrois, entrée depuis Bure / Mandre pour empecher les travaux et l’expulsion (une carte à venir..). Puis RDV à 12h30 pour continuer le pic-nique interminable! L’appel circule et se relaye partout, des tweets de la parisienne libérée à occupy-france, alons y on se lache! Si je serais vous (les flics) j’oserais pas maventurer en foret avec tout ce monde qui vient, + l’euro +  loiTravail! + +++ ca fait beaucoupcarte emplacement occupation
  • Avant d’aller se coucher: Appel a matos (talkie walkie, telephones lyca, recharges mobiles lyca, pilees AA et AAA et lampes frontales, paires de jumelle et autre idées pratiques comme des chargeurs solaire, groupe elec…, venez surtout avec de quoi bouffer, se coucher. Ici la nuit s’organise, autour du presidio-préau « la Salle-à-Mandre », et de la premiere barricade « la rue rale ».
  • Un echo nous parvient de proches de salariés de l’andra; qui « n’aurait pas prévu, et s’est trouvée dépassée par le regain de viacité des opposants depuis 2 semaines ». La sécu du labo-andra voisin renforce les consignes de sécu au labo. On vous souhaite une bien mauvaise gestion de crise mr le prefet (ancien de corse) et mr responsable de la com ANDRA

Fil info – Semaine du 06 au 12 juin 2016

  • Après les 200 000 pas à Bure on enchaîne toute la semaine avec la préparation et début du tournage de notre film d’anticipation post-apocalyptique avec les Scotcheuses !
  • ALERTE : mercredi des arracheuses attaquent la foret de Mandres et ont déboisé une parcelle d’environ 200 m sur 15m de largeur. Immédiatement, des réactions ont suivi.
  • Jeudi 9 : 60 personnes ont bloqué les travaux lors d’une matinée mémorable, l’article est disponible ici.
  • Vendredi 10  : les blocages continuent dans la détermination et la multiplicité des pratiques, une équipe d’environ 30 personnes est allée rendre une petite visite aux vigiles et en a surpris un tout seul au milieu de la forêt. Après une petite échauffourée, l’équipée est allée faire un petit
  • Samedi 11 : Encore une belle présence, des copain-e-s qui rappliquent d’un peu partout pour l’aprem’, ça fait chaud au cœur. Nouvelle ballade en foret, chacun-e a envie de se rendre compte de l’ampleur du chantier… Et  les grilles du chantier sont tombées !  Un récit de la ballade est disponible ici.