Automedia

Radio Active 88 FM : VMC sème ses ondes

DSC00147Depuis dimanche soir, une antenne autogérée émet sur la fréquence 88 MHZ, audible dans un rayon d’action de quelques kilomètres autour du campement VMC. Annonces info-traflics, interventions ponctuelles et spontanées sur la vie du camp, reportages et témoignages réalisés par l’équipe Automedia… Un outil que chacun.e peut s’approprier au cours du rassemblement, en apostrophant les copines et copains de l’automedia.

Ceux qui ont quelque chose à dire, n’hésitez pas à venir nous voir. Pour les autres, à vos transistors !

Jour J : Fil d’info à couper le Bure…

DSC_9055Nous y voilà, le camp est dressé ! Des copains et copines s’installent, toujours plus nombreux-ses, et des tentes poussent comme des chardons (ardents) dans l’espace camping. Les nouveaux arrivant.e.s gagnent la tente info où on leur explique le fonctionnement du campement, les différents groupes qui se réunissent entre eux pour éviter de faire des assemblées générales trop souvent, les tâches du quotidien qui tournent entre ces groupes… Autant dire que ça fourmille dans tous les sens car une partie du montage et du défrichage du terrain reste encore à faire, mais pas d’inquiétude, on ne manque pas de bras et de bonnes volontés. Un atout pour le moral des participant.e.s : la nourriture est toujours aussi bonne. L’Est Républicain, pour sa part (édition du 2 août), sort sa prose bucolique en parlant d’un « repas frugal, végétarien et véganien [sic] ».

Pendant ce temps, le camp des Ami(e)s de S!lence s’achève dans la bonne humeur. Surtout que certain.e.s ont décidé de rester pour nous tenir compagnie. Chouette!

DSC_9075
Cet après-midi, la grande AG de lancement a rempli le chapiteau principal. Le collectif VMC et les différentes commissions ont été présentés, avant d’aborder une longue discussion sur les perspectives de ce rassemblement qui nous a occupé jusqu’à 20 heures. Nos ami(e)s non francophones ont pu les suivre et y participer grâce au matériel du collectif de traduction BLA, et surtout grâce à des participants volontaires polyglottes qui ont traduit les propos de l’assemblée en simultané.

La tente ciné a été installée ce soir, et le vélo projecteur inauguré par la même occasion — un tandem bricolé pour fournir du courant 24 V et assurer l’alimentation d’un ordi portable et d’un vidéoprojecteur. C’est « Bouh! », un documentaire qui retrace la vie collective du squat grenoblois « Les 400 couverts », qui a ouvert la première séance de projection (une quinzaine de films seront projetés durant toute la durée du campement).

Sur les routes et alentours, la maréchaussée est sortie de sa réserve ce dimanche. Quelques contrôles sporadiques ont eu lieu à Ligny et Houdelaincourt, sur des axes de circulation empruntés par toute personne venant nous rejoindre. Pour éviter les mauvaises surprises, un collectif local, La Graine, assure depuis samedi une vigie permanente, dès six heures du matin, à l’entrée du village de Mandres-en-Barrois, situé à moins de six km de nos bases. En fin de journée, ils ont reçu la visite d’un fourgon de gendarmerie qui s’est arrêté quelques instants. Une visite de courtoisie, semble-t-il…

DSC_9086Lundi 3 août, c’est l’ouverture des discussions. Cette première journée sera dédiée à la lutte locale contre Cigéo. Dès le début de la matinée, les associations de la région regroupés dans le collectif Bure Stop, qui s’échinent depuis bientôt vingt ans contre ce nuisible projet d’enfouissement des déchets nucléaires, viennent faire un historique de la lutte passée . Ensuite, une petite balade sera proposée pour découvrir les environs (la première d’une grande série). Nous ferons une halte à Mandres au moment du repas du soir et regagnerons le camps en empruntant d’autres itinéraires qui restent encore à construire…
DSC_9069

[Conférence de presse] 03/08 à 12h30 à la Maison de Bure

Un rassemblement politique se prépare à Bure du 1er au 10 août 2015.

De nombreuses informations concernant ce campement sont accessibles sur le site http://vmc.camp/

Ce campement a été organisé depuis plus d’un an par des personnes et des collectifs de toute la France.

Les enjeux de ce campement sont multiples et les raisons d’en parler tout aussi nombreuses.

C’est pourquoi, afin d’éviter les confusions de tous ordres, tout en prenant le temps de présenter publiquement nos motivations et objectifs, le groupe media/automedia du campement a prévu une conférence de presse le LUNDI 03 AOUT 2015 à 12h30 à la Maison de la Résistance, 2 rue l’Église à Bure.

Nous vous invitons à rejoindre cette conférence de presse pour avoir toutes les informations nécessaires à la compréhension des enjeux de ce campement et du contexte local.

En attendant, nous sommes joignables au numéro suivant : +33(0)7.58.23.08.97

L’équipe communication/automedia du Collectif Vladimir, Martine & Co (VMC).

J-6 : Fil d’infos à couper le Bure n°3

Après une journée de vendredi pour le moins tendue, où les gendarmes ont pris possession des routes le temps d’une matinée et de deux interpellations, la tension est retombée progressivement. L’ami interpellé pour un contrôle positif sur un joint fumé la veille est ressorti au bout des 4 heures de la vérification d’identité; on attend les suites pour son permis. À trois reprises nous sommes passé-es à la gendarmerie de Ligny-en-Barrois où on refusait de nous confirmer la présence de notre autre ami. Il a finalement été libéré après une comparution devant le juge des libertés à 10h dimanche matin, à l’issue de 48h de garde à vue. Ce qui lui était reproché : de ne pas pouvoir justifier son identité à l’aide d’un document, au cours d’un contrôle routier, alors qu’il n’était pas conducteur du véhicule. Verdict : un contrôle judiciaire d’interdiction de la Meuse et de la Haute-Marne, en attendant la date de son procès … le 11 août à Bar-le-Duc (comme les choses sont bien faites !) Le juge a conseillé de ne pas forcer le diable, que les contrôles comme celui de vendredi allaient se systématiser et qu’il serait difficile de passer au travers. Saurait-il quelque chose que le préfet nous cache (cf. ci-après) ? Voilà qui briserait notre idéal de justice indépendante.

635615948418347349-3-11Sinon il semblerait que la préfecture démente la présence d’un drone, il faudrait qu’elle accorde ses violons avec les gendarmes de la Brigade de Recherche (BR) de la Meuse qui ont procédé à l’interpellation. Au passage on se demande ce que la BR vient faire sur des contrôles routiers alors qu’ils sont censés s’occuper des investigations de cambriolages et autres crimes. La préfecture dément également avoir convoqué une conférence de presse pour ce lundi 27 juillet, la Voix de la Haute Marne (dans le § « Forces de l’ordre ») a du l’inventer. À défaut on pourra lire une interview du préfet dans l’Est Républicain qui souhaite « que ce rassemblement se passe dans un climat apaisé et respectueux des autres » mais qu’il n’y a « aucune volonté de faire plus que les missions et activités habituelles de la gendarmerie du secteur ». Tout au plus ce sont « quelques dizaines de personnes » qui constitueront le dispositif de surveillance avec des « moyens et matériels adaptés au terrain et à la circulation dans les environs de l’ANDRA ». On sort des épouvantails de l’antiterrorisme pour un discours policé qui laisserait presque croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes démocratiques, un monde où la loi pour le renseignement ne viendrait pas d’être adoptée et où Valls ne promettrait pas quotidiennement d’agir « avec la plus grande fermeté ». Un bel arbre bien touffu pour cacher la forêt de Mandres, attendons de voir ce qui sort du bois (pendant que l’ANDRA n’y est pas) …

L’agacement et les inquiétudes des gendarmes de Ligny (que notre ami a eu 48h pour partager) suite à l’opération de vendredi dernier, doivent aussi être le fruit de notre imagination : ils se disent peut-être que ce sont eux qui devront continuer à vivre avec la population qu’ils auront empêchée de circuler et inquiétée 3 semaines durant, sur ordre de leur hiérarchie. Quatre heures de contrôles intensifs sur route en période de moissons ça ne crée pas la sympathie…  Sinon, si jamais on vous dit que c’est nous, nous nions par avance toute responsabilité dans ça.

mezzanineEn attendant le retour de l’armada, on a retrouvé un peu plus de tranquillité sur les routes autour de Bure. Ça a permis à pas mal d’amis de nous rejoindre sereinement sur le chantier. Nous sommes à présent plusieurs dizaines à oeuvrer à la mise en place du campement. Ça commence à fourmiller et s’organiser, avec quelques petites émotions ici et là. Comme par exemple, jeudi soir, cette histoire de récup.  de légumes à l »Intermarché de Joinville qui a failli tourner mal parce que le gérant a tenté de séquestrer nos ami-es. Samedi dernier, un concert était organisé en soutien au campement à la Maison de la Résistance, l’occasion pour tous, permanent-es, associatifs, Ami-es de Silence et autres trublions du terrain de Luméville, de partager une soirée en musique (et en cris, comme dans toute soirée qui se respecte).

Côté presse, on a de plus en plus de contacts sur le téléphone et par mail, bons et moins bons. Des ami-es et d’autres dont on se passera bien. Une conférence de presse est prévue pour le 3 août, à plusieurs voix, pour tenter, en quelques mots, d’expliciter notre présence et notre projet (lieu et heure à préciser dans un communiqué imminent). Et certain-es continueront à n’écrire que ce qu’ils en pensent, perçoivent ou comprennent. Comme cet article de Rue89 qui nous a tellement peu fait plaisir que nous avons pris un peu de temps à le décortiquer (dans l’espoir un peu fou que ça pourrait contribuer à ce que toutes les publications futures soient plus rigoureuses et de meilleure qualité).

Quoi qu’il en soit, nous sommes heureusement surpris du nombre de personnes qui nous écrivent, soutiennent et nous promettent bien de belles choses pour ces 10 jours à venir ! C’est pour nous de très bon augure. Nous n’aurons pas trop de têtes, bras, épaules, sourires et connaissances pour construire ce campement et le faire vivre dix jours durant.

[Communiqué] Bure, comment la préfecture fabrique la tension !

Mise à jour (25/07/2015) : Sur les deux personnes arrêtées, une a été relâchée avec suspension de permis de conduire, l’autre est en garde à vue et passe devant le juge des libertés dimanche 26 juillet. Un appel à rassemblement devant le tribunal de Bar-le-Duc à partir de 10h a été lancé.

Mise à jour (27/07/2015) : La personne passée devant le JLD a été placée sous contrôle judiciaire avec interdiction de territoire étendue au département de la Meuse et de la Haute Marne, en attente d’une comparution devant le juge le 11 août.

Alors que la préfecture projette une conférence de presse lundi prochain pour nous expliquinterpellationer comment le territoire va être consciencieusement quadrillé sur 30 km à la ronde autour de Bure, sur place on en a eu un avant-goût en ce matin ensoleillé.

Toute la fin de matinée, les voitures de gendarmes, civiles, militaires ou conventionnelles se sont démultipliées sur les routes. Sur réquisition du procureur, on contrôle à tout va, à chaque carrefour autour de Bure, en quête d’explosifs, d’armements, de produits de recel et d’individus dangereux et recherchés. À défaut, on embarque sur le moindre prétexte : deux interpellations ont ainsi eu lieu à Bure à 11h. Quand on leur demande ce qui justifie tout ce remue-ménage, on nous répond qu’on aurait vu « un drone survoler l’ANDRA ». Un drone invisible pour le groupe de musiciens (les Bure-Haleurs) qui campe paisiblement devant l’ANDRA depuis lundi [1]. Sans doute un drone policier furtif..

Alors que tout seIMG_5915 passait paisiblement dans le sud de la Meuse depuis une semaine, on a du mal à voir dans cette débauche de moyens policiers autre chose qu’une fabrication de la tension. Si on voulait créer un climat de conflit on ne s’y prendrait pas autrement. Ce n’est pas faute d’avoir anticipé cette situation dans un précédent communiqué [2]. Il faut croire que les autorités continuent à reproduire, délibéremment et partout, les mêmes schémas [3] d’escalade du conflit et d’intimidation des populations locales.

Nous appelons tous nos ami-es à être vigilant-es sur les routes en venant et à dénoncer cette mise sous tension injustifiée à une semaine du campement qui se tiendra entre Mandres-en-Barrois et Luméville-en-Ornois du 1er au 10 août prochains. Nous espérons que les jours prochains retourneront au calme qui nous avait accompagné jusqu’alors sur notre chantier de préparation du campement.

L’équipe automédia de préparation du campement VMC

vmc+presse@riseup.net

Contact presse : 07.58.23.08.97

 

[3] Voir l’article d’analyse des stratégies policières et politiques produit suite à la manifestation du 22 février 2014 à Nantes : https://paris-luttes.info/manif-du-22-fevrier-a-nantes-3-3

 

J-8 : Fil d’info à couper le Bure

L’échéance se rapproche très rapidement et nous sommes à présent plus d’une vingtaine à nous activer sur le chantier du futur campement VMC et tout autant pour celui des Ami-e-s de la revue Silence. Des barnums, dômes, abris, douches, tentes font peu à peu leur apparition un peu partout.

Un échaffaudage s’est érigé au long du bâtiment principal en vue d’y fixer une gouttière, tandis que nous avons reçu le bois destiné à construire une mezzanine à l’intérieur. Le gros oeuvre débute ce jeudi et devrait s’achever en début de semaine prochaine. Nous pourrons ainsi héberger le centre automédia sous la charpente et laisser l’espace au sol disponible pour un grand infokiosque.

farandole

Folle farandole devant l’ANDRA

title

La Zone À Protéger pour la Paix

Depuis lundi soir nous avons eu la surprise de voir s’installer une ZAPP, une zone à protéger par la paix, devant les grilles de l’ANDRA. Le groupe de musique des Bure-Haleurs a planté sa tente sur les pelouses qui bordent l’entrée principale du centre d’enfouissement. Des banderoles ont recouvert les buissons devant le centre tandis que des messages tracés à la craie recouvrent les routes d’accès. Hier soir un concert improvisé a réuni autour du groupe les Ami-e-s de Silence et un certain nombre d’ami-e-s venus nous aider sur le chantier. Un grand moment surréaliste, entre les enfants qui font des percussions sur les grilles de l’ANDRA, une farandole endiablée qui a défilé devant les gendarmes et vigiles, des pistolets à eau qui les arrosent et ces derniers, sidérés, qui filment avec leurs téléphones portables [1] . Dans un premier temps les autorités alertées avaient mobilisé avant-hier plusieurs véhicules de gendarmerie et des rochers ont été déposés tout au long de la pelouse pour y dissuader l’extension de la ZAPP. Mais en fin de compte, hier soir, les deux derniers gendarmes, rassurés sur l’absence de risques terroristes ont quitté le terrain et l’ont abandonné au public du concert.

Ce matin, réveil au son des cloches médiatiques : les journalistes en mal de sensationnalisme ont décrété une ZAD dans la Meuse, France Inter y voit « un nouveau Sivens », France Info le futur « épicentre de la lutte anticapitaliste ». Le tout assaisonné dans une soupe confuse au possible : on y apprend que trois camps s’installent début août (source : un article sur démosphère Alpes de Hautes-Provence), on y rajoute une citation du député Denis Baupin et une petite chanson des Bure-Haleurs. Bref, la mauvaise presse a encore de beaux jours devant elle.

panneau_mandres

Panneau de Mandres-en-Barrois

Côté flics, ça tourne sur les routes, un peu d’hélico dans l’air mardi soir et des voitures qui se relaient devant l’ANDRA pour surveiller la ZAPP. On a eu le droit à une petite visite sur le terrain d’un duo de gendarmes qui nous demandaient de veiller à la bonne circulation des agriculteurs sur la route devant notre campement. Si ce n’est que ça qui les inquiète, pas de soucis, nous entretiendrons une relation courtoise avec les moissonneuses. Nous avons tout de même signifié aux gendarmes, surpris de ne pas se voir accueillis chaleureusement, que le terrain était privé et qu’on ne tenait pas à particulièrement à leur visite. Pourtant nous ne sommes pas les seuls à ne pas apprécier leur ballet incessant dans les villages : plusieurs habitants s’en sont plaints et se sentent intimidés délibérément par la bleusaille. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu la préfecture que trop de policiers visibles ça fait mauvaise impression et ne contribue pas à dorer le blason de la maréchaussée. D’autant que ça n’empêche pas des panneaux de signalisation de militer sur les routes …

Pour ce qui nous concerne, en revanche, nous avons poursuivi notre porte à porte dans les villages des environs et nous avons, à quelques rares exceptions près, accueillis avec bienveillance et curiosité. Il faut dire que nous nous comportons plus courtoisement que M. Hance qui, d’après des témoignages concordants (y compris au sein de l’ANDRA) a un caractère peu avenant. Menacer nos pacifiques ami-e-s de la ZAPP d’évacuation ou les habitants alentour d’expropriation quand ils ne veulent pas vendre ça ne doit pas être un boulot facile, il faut dire … [2]. Mais nous saluons néanmoins les efforts louables de l’ANDRA pour se faire bien voir auprès des corrompus, de ceux qui ne veulent rien voir et rien entendre, par des campagnes publicitaires d’un sens humoristique indéniable. Les autres savent à quoi s’en tenir depuis 15 ans.

com_andra_journeaux

Publicité parue dans la Voix de la Haute-Marne du 17/07/15

[1] le ministère va encore devoir se fendre d’une note sur le devoir de réserve sur les réseaux sociaux

[2] avant de nous honnir et nous menacer à notre tour, nous conseillons à ce monsieur de se renseigner sur l’effet Streisand (du nom de la chanteuse).

[Communiqué] Bure : un campement peut en cacher un autre

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : (en pdf)

Le ton est donné dans les médias ce 23 juillet : France Inter s’interroge sur « un prochain Sivens dans la Meuse » tandis que France info voit dans Bure le futur « épicentre de la lutte anticapitaliste ». La valse des épouvantails est engagée: on plante des ZAD comme on sème du maïs, en long, en large et surtout de travers. 

Une information rapide n’est décidément pas gage de qualité : une fois n’est pas coutume, on noue trois bouts de ficelle ensembles et on ligote l’actualité avec. Un reportage très lacunaire d’une correspondante locale, un mélange d’informations vite et mal glanées sur un moteur de recherche, le tweet d’un député et hop, on tient le buzz du matin.

Alors que personne n’a jamais appelé à une « ZAD » dans la Meuse, on agite le spectre des hordes zadistes qui déferleraient cet été pour occuper les terres comme à Notre-Dame-des-Landes. Chaque réalité est singulière et celle de la Meuse ne date pas d’hier: la contestation n’a pas attendu que le mot zadiste soit inscrit dans le dictionnaire par l’Académie française pour s’ancrer localement. Depuis dix ans une maison de la résistance, achetée et restaurée à Bure par les opposants au projet d’enfouissement nucléaire relaie les initiatives très diverses qui concourent à dénoncer et empêcher le projet CIGÉO. Et les campements de cet été (au nombre de deux, pas trois) viennent s’inscrire dans la continuité de cette dynamique: installés sur un terrain acquis il y a près de dix ans par des sympathisants de la lutte locale, le campement des Amis de la revue Silence (du 20 juillet au 3 août) et celui, anticapitaliste (du 1er au 10 août) du collectif VMC sont pensés comme des moments de rencontre et de renforcement de la lutte locale. 

À ces initiatives est spontanément venue s’ajouter celle d’occupation du terrain devant l’ANDRA, par un groupe de musiciens engagés, les BURE Haleurs. Et s’ils proclamment une Zone à protéger par la paix (ZAPP), c’est dans une démarche ironique qui n’aura pas échappée à toutes les personnes présentes. Le meilleur succès de la dérision c’est quand ses interlocuteurs se prennent trop au sérieux. Que les journalistes voient dans nos 7 amis qui campent joyeusement devant les grilles du laboratoire, un nouveau Sivens, la ZAD de demain, nous laisse penser qu’il doit y avoir bien peu de sujets croustillants à se mettre sous la dent en Lorraine en cet été ensoleillé.

Qu’un journaliste, isolément, puisse se laisser aller à quelques approximations dans un format toujours trop étroit pour retranscrire les réalités, on le déplore mais on peut le concevoir. Mais que la presse nationale s’en empare, le répète, l’amplifie et le déforme davantage, c’est à se demander si c’est l’information ou son apparence qui prime. Si nous avions eu autant de contacts téléphoniques ou physiques que nous lisons d’articles qui prétendent nous donner la parole, on s’épargnerait quelques raccourcis et confusions qui frisent la malhonnêteté intellectuelle et journalistique. Il nous semblait pourtant qu’un des fondements du travail d’enquête reposait dans la vérification de ses sources. Notre site internet en est une : il est alimenté quotidiennement en informations et précise nos intentions à travers plusieurs textes. Et si des questions subsistaient après lecture, nous avons mis à disposition un contact téléphonique dédié aux médias.

Dans ces temps où l’information circule à la vitesse d’un tweet, les conséquences d’une mauvaise presse peuvent s’avérer regrettables et difficilement réparables. 

L’équipe automedia du campement autogéré qui se déroulera du 1er au 10 août

www.vmc.camp

Tel : 07.58.23.08.97

vmc+presse@riseup.net

Note Bene : Notre campement commençant le 1er août, nous sommes joignables par téléphone jusqu’à cette date et ne sommes donc ni présents sur le terrain de Luméville-en-Ornois, ni à la Maison de la Résistance, ni même devant l’ANDRA, auparavant. 

 En bonus, une analyse détaillée de l’article de France Inter :

 

analyse_article_france_inter_230715

à télécharger ici

J-10 : le fil d’info à couper le Bure

A 10 jours avant le campement nous sommes quelques un-e-s à être déjà présent-e-s sur place pour préparer la semaine de chantier collectif qui débute ce lundi 20 juillet sur le terrain de Luméville-en-Ornois en même temps que le montage du campement des Ami-e-s de la revue Silence!. Ces derniers ont commencé à déposer les premiers matériaux et nous avons libéré les espaces où ils s’installeront durant les jours qui viennent, jusqu’à la fin de leur campement, le 3 août. De notre côté nous attendons impatiemment les premières arrivées du chantier pour engager les mille et unes choses qu’il nous reste à faire pour que nous soyons prêts à accueillir les centaines de personnes que nous attendons. Avis aux petits mains et bonnes volontés …

J-10_vmccampHier et aujourd’hui nous avons fait connaissance avec les cyclistes de l’Altertour qui ont fait une escale de deux jours à Bure, à la Maison de la Résistance. Une quarantaine d’entre eux, après un passage devant les portes de l’ANDRA, sous surveillance des gendarmes, nous ont rejoint sur le terrain pour partager le repas et découvrir les lieux. Chouettes moments de discussion et de repas en musique.

Plusieurs d’entre nous étaient passé-e-s plus tôt dans la journée dans les villages alentours pour y diffuser une invitation à nous rejoindre sur le terrain et à soutenir notre effort de lutte. Une fois encore, nous sommes surpris du bon accueil que nous recevons : si beaucoup ont renoncé à voir le projet annulé, ils sont nombreux à nous soutenir. Nous avons déjà reçu un certain nombre de matériaux de leur part et avons des promesses de nouveaux dons pour les jours à venir. Une dizaine d’entre eux, des villages de Mandres et Luméville-en-Ornois, nous ont rendu visite au goûter que nous avons organisé cet après-midi sur le terrain.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ANDRA n’est pas aimée, bien au contraire : elle a réussi à diviser les familles, les voisins, monter les un-e-s contre les autres et créer un climat de délation, de trahison et de culpabilité détestable. Pour beaucoup, notre venue apporte une inconnue dans le paysage social dégradé par les manigances politiques. On nous observe avec une curiosité plutôt bienveillante mais néanmoins prudente.

flics_andraDu côté des bleus, les routes sont dégagées, les gendarmes font des tours en voiture (et en hélico) et continuent à relever les plaques qui ne sont pas dissimulées, à contrôler les voitures isolées lorsqu’ils trouvent un prétexte pour le faire et à nous prendre copieusement en photo, lors des manifestations qui sont organisées aux abords du site de l’ANDRA. On ne doute pas que le régiment devrait s’étoffer assez prochainement … on a notamment pu voir que les gendarmes s’étaient dotés de motos cross et d’un véhicule tout-terrain pour les excursions dans les champs.

Nous recevons beaucoup de mails de propositions et de questions concernant le campement, c’est très encourageant : le programme des discussions, ateliers et évènements se densifie et se précise.

Du côté des actualités, il paraît que Ségolène Royal serait contre l’enfouissement, après que le 49.3 ait entériné la possibilité pour le projet de se lancer. Nous sommes déçus qu’elle n’ait pas pensé à appeler à rejoindre le campement cet été et nous saluons évidemment la sincérité désintéressée de ses déclarations alors qu’en mai dernier son ministère réaffirmait son soutien au processus d’enfouissement des déchets nucléaires. Pour BFMTV, nous agaçons la population ; il faut croire que nous ne rencontrons pas la même population. Il est toujours bon d’avoir une presse non-partisane pour soutenir l’effort de lutte et rétablir les réalités que vivent les français qui ne « supportent plus les barbouillages sur leurs murs ». Il nous semblait que seuls les murs de l’ANDRA et ses partenaires, des meules de foin et des panneaux de signalisation avaient été relookés. Attention, une malhonnêteté journalistique peut en cacher une autre dans la Meuse … On retiendra tout de même des déclarations du directeur adjoint de l’ANDRA, Jean-Claude Baillet que « les habitants n’ont pas à être inquiets, des essais à blanc seront faits avec des colis factices … » (et une irradiation factice ?).

 

Communiqué : un préfet averti en vaut deux !

(en pdf)

Depuis maintenant plusieurs mois nous sommes un certain nombre à être présentEs à Bure pour préparer collectivement notre arrivée sur le campement qui se déroulera du 1er au 10 août 2015 à 5 km de Bure, dont le but est de permettre la rencontre de groupes en lutte et de renforcer la lutte contre Cigéo. Cet événement aura lieu sur un terrain situé sur la commune de Luméville-en-Ornois, mis à notre disposition par ses propriétaires : une ancienne gare ferroviaire qui couvre près de 8 hectares de terrain et pourra accueillir les innombrables amiEs qui nous ont déjà annoncé leur venue, ainsi que celles et ceux que nous ne connaissons pas encore. En effet, après une cinquantaine de soirées d’information en France et dans les pays voisins, nous sommes très contentEs de constater que notre projet prend vie et forme, donnant envie à d’autres personnes de découvrir les vertes vallées, les belles forêts et les habitant.es de la Meuse et de la Haute-Marne et d’y mettre leur grain de sel. Nous sommes notamment heureusement surprisES que deux grandes rencontres internationales aient choisi notre camp comme point de ralliement et nous nous préparons à d’autres sollicitations. Les retours que nous avons dépassent toutes nos espérances.

Afin de préparer au mieux toutes ces rencontres, nous avons déjà entamé des démarches localement pour informer de notre projet de cet été, en complicité avec les dynamiques locales existantes. De plus, si le camp constituera une base centrale, des discussions et animations auront également lieu en dehors du camp, dans des villages, rond-points, place, afin de favoriser les rencontres.

En revanche nous sommes très surprisES que la préfecture (l’une d’entre elles en tous cas, puisqu’il semblerait qu’il y ait une sous-préfecture spécialement dédiée au laboratoire de l’ANDRA) n’ait pas jugé bon de prendre contact avec nous malgré son intérêt ostensible pour notre initiative. Pourtant, après avoir relevé nos plaques d’immatriculation, nous avoir photographiéEs et contrôléEs au long de ces dernières semaines, tous les indices concordent à nous laisser entrevoir une belle convergence policière début août à Bure. Le bon sens voudrait que la préfecture nous précise un peu mieux son projet estival pour éviter que la promiscuité n’entraîne des désagréments collatéraux. Et nous déplorons par avance les nuisances auprès de la population qu’un télescopage intempestif pourrait susciter.
Bien entendu, dans ces conditions, s’il devait advenir de fâcheux contretemps dans notre projet, des démarchages anxiogènes auprès des habitantEs, et si nous devions constater des débordements intempestifs de la part des forces de l’ordre lors et en amont du campement, nous en tiendrions les autorités pleinement responsables.

Mais nous nous doutons que ces dernières sauront faire preuve de la bienveillance et la tolérance qui les caractérisent, afin que ce moment de rencontre, essentiel aux mouvements de lutte qui prévoient de s’y retrouver, se déroule sans un dispositif martial ostensiblement provocateur. Notamment, nous sommes certainEs qu’elles voudront éviter les contrôles et la présence policière sur les routes qui entourent notre campement, et épargner ainsi des tensions superflues dont nous nous passerons touTEs fort bien. Transformer le laboratoire en camp retranché et entourer les sites sensibles attenant au projet d’enfouissement CIGÉO et ses connexes (SYNDIÈSE & co) d’une armada de robocops devrait amplement suffire à signifier de quel côté se situe la menace.

En tout état de cause, nous ferons en sorte que la présence policière ne nous empêche pas de vivre de riches moments et construire ensemble durant ces dix jours et dans les temps qui suivront.

Vladimir, Martine & Co
vmc@riseup.net
vmc.camp
Téléphone presse : 07.58.23.08.97

 

Mandres cède son bois à l’ANDRA

COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF BURE-STOP :

Mandres-en-Barrois a cédé aux sirènes de l’Andra, bafouant l’avis défavorable des habitants consultés en janvier 2013. Le conseil municipal a accepté -par 7 votes pour / 4 votes contre- une tractation d’échange de forêts, afin de faciliter l’installation du projet CIGEO à Bure (centre d’enfouissement de déchets nucléaires).

jeudi 2 juillet 2015

Communiqué Coordination BURESTOP (BURESTOP 55 + EODRA + BZL + HABITANTS VIGILANTS + MNE + MIRABEL LORRAINE ENVIRONNEMENT)
auquel l’ASODEDRA a demandé à être associé

A 5h30 du matin, des opposants devant la mairie
Une trentaine d’opposants à Cigeo se sont rendus ce jeudi 2 juillet devant la mairie de Mandres-en-Barrois (à 4 kms de Bure) où se tenait une séance de conseil municipal à 6 h du matin. Munis de nombreuses pancartes aux slogans explicites : « Cigeo n’est pas fait, gardez votre forêt » ou « Vos terres et vos forêts contre un désert nucléaire, dites-non ! », ils ont accueilli les 11 élus locaux et ont assisté ensuite à la séance et au vote. Le soir précédent, des tracts expliquant une nouvelle fois l’enjeu et invitant les habitants et les élus à résister, avaient été distribués dans le village.

Les habitants s’étaient prononcés contre le projet d’échange, en 2013
L’enjeu était de taille car le 13 janvier 2013 à Mandres-en-Barrois s’était déroulée une consultation de la population, à propos de l’échange de 220 hectares de forêt communale sis sur le territoire de la commune, contre 370 hectares situés dans différentes communes entre 5 et 11 km de distance.
Le résultat sur 86 suffrages exprimés était : NON : 50 – OUI : 35 – NUL : 0.
Le conseil municipal s’était alors engagé à suivre ce vote consultatif lors de sa délibération du mardi 15 janvier.

Les élus municipaux désavouent les habitants majoritairement hostiles au marché et engagent l’avenir du territoire
Ce jeudi matin, les conseillers ont renié leur engagement, en cédant aux pressions et chantages exercés par l’Andra.
En acceptant, par vote manuscrit à bulletin secret, une nouvelle forêt, située à quelques kms, sur la commune de Bonnet, ils ouvrent un boulevard à la construction de la poubelle nucléaire souterraine, quasi sous leur village. Boulevard aux nuisances multiples à venir et dont l’Andra se garde bien de parler : dégradation de l’environnement, mutation totale de leur cadre de vie, lente contamination radioactive de la région, risques d’accidents de transports nucléaires et d’exploitation du stockage, dévaluation immobilière, etc.

Nul doute que cette forêt communale de substitution tombera elle aussi aux mains de l’Andra, si Cigeo se fait !
Pour installer Cigeo, un très vaste territoire est en cours d’annexion entre les 4 villages, dont Mandres et Bonnet, soit un futur désert entièrement dédié à la poubelle nucléaire. L’Andra aura aussi besoin un jour de cette forêt, objet de l’échange -de dupes ?- de ce 2 juillet 2015.

A l’heure où le projet Cigeo se heurte à de multiples difficultés : problèmes technologiques majeurs à résoudre pointés par des organismes tels IRSN et ASN*, incapacité à prévoir le dimensionnement et le coût du centre etc., la Coordination BURESTOP regrette vivement cette grave entorse au respect de l’avis citoyen.
Elle condamne les méthodes de l’Andra, qui joue un rôle décisif dans de telles prises de position. Elle déplore l’omniprésence des forces de gendarmerie dans les villages lorsque l’on parle de Cigeo et, au passage, le relevé systématique des plaques d’immatriculation des véhicules, ce qui n’incite pas forcément à une liberté d’expression saine et revendiquée.

La mobilisation ne faiblit pas et se poursuivra tout l’été notamment dans le sud du département meusien.


IRSN et ASN* : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire / Autorité de Sûreté nucléaire

————————————–

Une lettre qu’on pouvait trouver dans les boîtes aux lettres de Mandres avant les tractations :

lettremandres