Action

Retour sur les Semis radieux du 15 novembre 2015 !

Avant de remettre le couvert lors du Printemps des luttes paysannes le 16 & 17 avril à Bure, retour sur les Semis Radieux du 15 novembre 2015 ! …

_____________________________________________________________________________________________________

IMGP0232

Figure 1 : Les tracteurs ouvrent la marche en direction du laboratoire de l’ANDRA

Les cris enthousiastes des manifestants retentissent dans le calme dominical du village de Saudron. « Les tracteurs avec nous ! » : douze engins arrivent en conquérants sur la place de l’église, munis d’outils de travail du sol et de généreux sacs de semences. Dimanche 15 novembre, malgré la tristesse post-attentats et les interdictions de manifester, près de 200 opposants au projet CIGEO (Centre Industriel de Stockage Géologique) se sont réunis pour occuper temporairement les terres de l’ANDRA lors des « Semis radieux », sous un soleil qui ne l’est pas moins.

« L’ANDRA a dépensé près de 15 millions d’euros et s’est accaparée environ 3000 ha de terres agricoles et forêts en sept ans pour nettoyer le territoire de ceux qui y vivent et y cultivent. » explique Romain Balandier, le porte-parole de la Confédération Paysanne de Lorraine. « Depuis la fin de l’été les travaux se sont intensifiés avec le début de fouilles archéologiques. 300ha ont déjà été retirés à l’usage des agriculteurs qui en bénéficiaient auparavant au titre de prêts gratuits. A terme, c’est près de 600 ha qui seraient rasés par la poubelle nucléaire ! Il faut réagir en occupant le terrain ! »

« Des semis radieux, pas des champs irradiés ! »

Le top du départ est donné : les tracteurs ouvrent la marche direction l’ANDRA, suivis par les manifestants, fourches et pioches brandies vers le ciel. Les chants révolutionnaires des chorales se mêlent à la batucada et aux slogans offensifs. L’ambiance est joyeuse et la présence policière discrète. Au loin, on aperçoit le site du laboratoire : une excroissance urbaine bardée de grillages, de caméras et de vigiles, qui a surgi de terre depuis 10 ans pour préparer le projet de poubelle nucléaire.

Après 1km, le cortège s’empare d’une parcelle située à un jet de pierre des locaux de l’agence. La foule effervescente contraste avec le triste paysage environnant : derrière les grillages du bâtiment, les tractopelles à l’arrêt sont gardées par des vigiles. Les engins reprendront le lendemain leur chantier en creusant les centaines de tranchées en contrebas. Mais pour l’heure, les manifestants se mettent en ordre de bataille et emboîtent le pas aux tracteurs qui avancent de front.

IMGP0250

Figure 2 : l’arrivée du cortège sur les terres de l’ANDRA. En arrière plan le site de « l’espace technologique » où les tractopelles de chantier sont garés.

« Ca me rappelle ma jeunesse ! » Yves* (les prénoms des manifestants ont été changés), ancien agriculteur octogénaire habitant un village voisin, fait virevolter son poignet d’un geste sûr. Les graines de la résistance pleuvent sur le lit de semailles légèrement travaillé. Devant lui, de jeunes enfants, seaux de graines à la main, apprennent à leur tour le geste universel du semeur. Derrière eux, d’autres plantent des rangées d’arbrisseaux. « On comprend mieux pourquoi ils n’ont toujours pas réussi à creuser leur poubelle en 22 ans ! » plaisante Michel Marie, opposant historique du CEDRA, qui creuse avec effort un trou dans la terre sèche et rocailleuse pour y planter un jeune pommier.

« C’est vrai que la terre est dure, il n’a pas plu et elles sont confisquées à l’usage agricole depuis plus de deux mois. Mais peu importe… La terre à ceux qui la travaillent ! » lance Romain Balandier, bravache, du haut de son tracteur. « On sème de l’orge, du blé, de la moutarde, de l’avoine, et on fait même de l’agroforesterie avec des arbres fruitiers, des arbres de haies, et des plantes d’ornement : cette diversité est à l’image du mouvement de lutte ! »

IMGP0282

Figure 3 : les semeurs en herbe à l’oeuvre !

Résistance populaire et paysanne

Enfants et adultes, anciens et nouveaux militants anti-CIGEO, membres d’associations, d’AMAP, squatteurs des villes et des ZADs, habitants du coin : la foule est hétéroclite. « L’ANDRA menace la terre, qui est notre bien commun. Le semis collectif réunit beaucoup de gens différents pour se réapproprier des savoir-faire qui touchent tout le monde. Et puis la lutte de Notre-Dame-des-Landes a donné une nouvelle force à ce geste d’occupation vieux comme les luttes paysannes ! » explique Simon, animateur d’un groupe de maraîchers.

Les paysans, justement, sont venus en nombre : de la Meuse, de Haute-Marne, des Vosges et même d’Alsace. La douzaine de tracteurs présente est quasiment un record dans l’histoire des 20 ans de la lutte contre CIGEO : ils étaient 7 lors des 100 000 pas à Bure le 7 juin. « Il y a un département qui disparaît à cause de l’étalement urbain et des projets inutiles tous les 8 ans, et ici l’ANDRA s’accapare 850 hectares de terres agricoles ! » explique un éleveur venu d’Alsace. « Du coup les prix augmentent et ici comme ailleurs les jeunes ont du mal à s’installer, tout ça avec la complicité de la SAFER {Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural, organisme chargé de favoriser l’installation et/ou la consolidation des exploitations agricoles} ! » proteste-t-il.

A ses côtés, Paul hoche la tête. Ce jeune agriculteur d’un village voisin est directement impacté par les accaparements fonciers. Il cultivait une dizaine d’hectares parmi les 300 que l’agence a retiré à la fin de l’été. « La SAFER refuse systématiquement mes demandes d’obtention de terres, et le prix grimpe d’année en année à cause des échanges de l’ANDRA ». Pour inciter les propriétaires à céder leurs parcelles, l’agence fait monter les enchères des terres agricoles jusqu’à 7000 euros l’hectare, tandis que des forêts grimpent jusqu’à 11 000 euros, soit deux à trois fois le prix du marché.

Beaucoup d’autres agriculteurs directement impactés ont peur des représailles et préfèrent ne pas s’impliquer lors des manifestations. « L’ANDRA menace les propriétaires récalcitrants d’expropriations ou de contrôles d’exploitation pour les faire plier si les propositions d’échanges ne suffisent pas » explique Thierry Jacquot, éleveur venu des Vosges. Beaucoup des agriculteurs mobilisés viennent du reste de la sous-région, à 20km et plus. « Les échanges fonciers nous concernent moins directement, on se sent plus libre de soutenir les agriculteurs menacés et leur montrer qu’il ne sont pas seuls. Que c’est possible de résister tous ensemble. »

Ce soutien populaire et paysan commence à se faire sentir localement : c’est l’une des première fois que Paul participe à une manifestation contre CIGEO, tout comme de nombreux habitants des villages alentours. Un autre agriculteur du coin, qui a du échanger ses terres avec l’ANDRA il y a quelques années, a prêté pas moins de 4 tracteurs pour la manifestation…

IMGP0307

Figure 4: Les manifestants sous la lumière du crépuscule, avant de repartir…

« Cet été on fait les récoltes radieuses ! »

L’autre défi, pour Romain Balandier, c’est de mobiliser encore plus largement et placer les organisations professionnelles devant leurs responsabilités. « Je me demande bien quelle est la position des Jeunes Agriculteurs (JA) ou de la FNSEA sur le projet ? Pourquoi la semaine dernière les JA d’Alsace ont semé 40 ha de terres contre la construction d’une zone commerciale et aujourd’hui ils ne sont pas là ? Il y a des contradictions !».

Les forêts sont aussi dans la ligne de mire des opposants au projet. L’ANDRA reste très évasive sur la finalité des 2000ha de bois qu’elle s’est appropriée : compenser les futurs déboisements liés aux travaux ? Sécuriser ses financements ? Ou, pour Pascale Combettes, présidente de Mirabel Nature Environnement, « servir de ressource au projet opaque du CEA SYNDIESE, à 2km en contrebas, qui vise à transformer des forêts de Lorraine en biocarburant » ? L’agence a d’ores et déjà fait des coupes rases et des coupes préventives de grands arbres dans certaines parcelles. « C’est peut-être pour y empêcher la construction de cabanes en hauteur… » suppose Sylvie, habitante de la Maison de résistance à la poubelle nucléaire.

Au soleil couchant, manifestants et tracteurs quittent leur champ de lutte et laissent derrière eux 2ha de vie dans le désert nucléaire. « On sait que tout sera probablement détruit par les tractopelles dans quelques semaines. Mais depuis 1998 les agriculteurs n’étaient plus revenus occuper les terres de l’ANDRA. Et il fallait se retrouver pour ne pas céder à l’impuissance et la sidération, pour continuer à se réapproprier nos vies ensemble, pour semer la vie contre les semeurs de morts des industries de l’armement et du nucléaire. Ce qu’on a semé aujourd’hui c’est l’espoir et le renouveau de la lutte ! » proclame Claude Kayser, un opposant historique du collectif BureStop, très ému. Au retour à la Maison de résistance à Bure, devant un concert et une soupe chaude, Paul l’interpelle : « Alors cet été on fait les récoltes radieuses ? Et cette fois j’amène ma moissonneuse !

_____________________________________________________________________________________________________

Avant les récoltes radieuses à l’été, il y aura bien un Printemps des Luttes Paysannes ! Toutes et tous à Bure le 16 & 17 avril !

C’est le printemps à Bure, demandez le programme !

Le programme en pdf

L’hiver, à l’Est et ailleurs, a été très intense : début des travaux préparatoires de l’ANDRA (voir le fil info et un article résumé sur le site Reporterre), résistance grandissante des habitant-e-s de Mandres-en-Barrois à l’échange de leur forêt communale, action d’occupation agricole des terres de l’ANDRA lors des Semis Radieux le 15 novembre 2015, convoi de l’Est des territoires en lutte jusqu’à la COP21, mobilisations de la COP21 et résistances à l’état d’urgence, soutien au mouvement de résistance des agent-e-s de l’ONF en lutte sur leur campus à Velaine-en-Haye mi-décembre, assemblées de lutte et coups de mains aux copain-e-s de l’ancienne Gare de Luméville en septembre, octobre et janvier… . Sans parler de l‘effondrement d’une galerie le 26 janvier qui a coûté la vie à un travailleur d’Eiffage, et blessé un autre – « un simple accident » selon les nucléocrates, la structure mortelle même de l’industrie nucléaire en réalité.

Du coup, on attaque le printemps avec la gnaque et pleins de moments collectifs à venir. Voici un premier programme à faire tourner, qui sera détaillé au fur et à mesure !

A très bientôt !

Quelques habitant-e-s de l’Est en résistance…

Sam 5 et Dim 6 Mars – Assemblée de lutte à la Maison de Résistance à la poubelle nucléaire. Assemblée du mouvement le 5 à partir de 14h, puis reunion des groupes de travail le 6

Continuons à faire du lien, c’est notre force ! Voyons-nous pour échanger sur les initiatives des un-e-s et des autres, voir le chemin parcouru et préparer la suite. A la suite, travail en petits groupes le dimanche. « C’est une Assemblée pour toutes et tous, habitant-e-s des environs, ami-e-s de plus loin, associations en lutte, toutes les personnes qui se sentent concernées et souhaitent se renseigner, prêter main forte ! … Soyons nombreus-e-s à montrer notre détermination. Nous avons besoin de nous voir pour être plus forts, nous connaître, se nourrir du travail des un-e-s et des autres. Cette assemblée nous appartient à tout-e-s, faisons-la vivre ! »

Dimanche 13 mars – Réunion du groupe de travail « Foncier / reprise du territoire »

Exceptionnellement la réunion du groupe de travail ne sera pas le lendemain de l’assemblée de lutte mais le dimanche 13 mars à 14h. Contact: reprendreleterritoire@riseup.net

Les 19 et 20 Mars – Rencontre de personnes et collectifs en lutte contre la destruction des forêts

Le 7 Août à Bure, lors du campement VMC, des personnes de Gardanne, de Bure et du Morvan ont pu échanger ensemble sur laquestiondes forets lors de la discussion: «ça gronde dans les sous-bois». Entre nouvelle gestion des forets, diagonale du vide, ouvriers du bois, histoire du peuplement d’essences depuis le début du siècle, mais aussi place de l’imaginaire, se sont tissées des histoires qui nous rassemblent autour d’une même inquiétude sur le devenir des forets.

Image forêtQue nous vivions proches de centrales biomasse (SYNDIESE du coté de Bure, Tonnerre), de la création de CenterPark (Roybon, Poligny, etc),d’unités de production de bois (Morvan,…), que nous soyons forestier-e-s de l’ONF, nous constatons une attaque sur ce commun, entre fantasmes (nature sacralisée) et productivisme (rentabilisation des forêts).

Nous sommes plusieurs à penser qu’il est pertinent de continuer à mieux nous connaître afin d’élaborer des stratégies communes de lutte face à ces nouvelles politiques de gestion forestière. Retrouvons-nous entre territoires forestiers en lutte, les 19 et 20 Mars dans les environs de Bure ! Selon le temps, rendez-vous à l’ancienne gare de Lumeville-en-Ornois ou à la Maison de résistance à la poubelle nucléaire ! Lien vers l’appel complet ! Contact : luttedesforets@riseup.net

Du 21 Mars au 3 Avril – Chantier participatif à l’ancienne gare de Lumèville-en-Ornois organisé avec des copain-e-s de Roybon !
En mars!

Plus d’infos ici !

Samedi 26 mars – Repas et ballade sur les lieux potentiels de stockage des remblais à la poubelle nucléaire (A confirmer)

Puisqu’il va bien falloir stocker les 10 millions de m3 de remblais du chantier quelque part, autant en profiter pour engloutir au passage une jolie vallée ! Arpentons ces terres pour y découvrir ses secrets, les vies chuchotantes, chuintantes, résistantes, que l’ANDRA voudrait raser !

Samedi 16 et Dimanche 17 avril – Printemps des luttes paysannes et occupation agricole des terres de l’ANDRA

Accueil à partir du du 15 au soir entre la Maison de Résistance et l’ancienne Gare de Luméville. Samedi, café paysan sur la crise agricole et rencontre et discussions sur les luttes contre l’accaparement des terres et l’agriculture industrielle. Dimanche, ramène ta bèche : on sème la résistance sur les terres de l’ANDRA ! Plus d’infos à venir prochainement. Contact : reprendreleterritoire@riseup.net

IMGP0307Pendant les Semis Radieux du 15 novembre : Terre et Liberté !

3 & 4 juin – Rencontre des chorales révolutionnaires & des luttes anticapitalistes à l’ancienne Gare de Luméville

La Chorale des Sans Nom s’associe à la mobilisation des habitant.e.s et des militant.e.s anti-nucléaires en organisant des rencontres de chorales anticapitalistes. Divers syndicats, collectifs, associations ou groupes anticapitalistes et des chorales viendront de partout pour débattre et construire les résistances à ces projets, au monde qui les engendre et à celui qu’on cherche à nous imposer.

Programme:

  • Vendredi 3 juin : Accueil et soirée festive.
  • Samedi 4 juin : Répétitions des chorales et rencontres anticapitalistes (ateliers, tables de presse, débats, etc.)
  • Dimanche 5 juin : Marche le matin avec les habitants et concert des chorales l’après-midi pour la journée de mobilisation des « 200 000 pas » contre la poubelle nucléaire

Plus d’infos : http://nancy-luttes.net/bure-anti.k-2016/            Contact : bure-anti.k-2016@nancy-luttes.net

5 juin – Grosse rando-active des 200 000 pas à Bure !

Toutes les infos ici : http://100000pasabure.over-blog.com

200 000 pas à Bure

RADIEUSE !

Journée du dimanche 15 Novembre devant l’espace technologique …

semis_15_nov6Ce fut un beau dimanche. Près de 200 personnes et 11 tracteurs, ont convergé vers le petit village de Saudron en Haute-Marne, à quelques km de Bure.. Derrière la banderole « Des semis radieux – contre l’accaparement des terres par l’ANDRA, CIGEO et la SAFER », le cortège s’est ébranlé, sous le soleil, vers un champ à l’abandon aux abords de l’espace technologique de l’ANDRA. Derrière les tracteurs, les gens ont semé du blé, de l’orge, de l’avoine, de la moutarde; d’autres ont planté des arbres ..

L’Article de l’Est Républicain : http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2015/11/16/meuse-les-opposants-a-bure-sement-des-plantes-pour-protester-contre-la-politique-fonciere-de-cigeo

L’Article sur le site de BURE STOP : http://burestop.free.fr/spip/spip.php?article674

61 photos de la journée ! : http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2015/11/15/meuse-en-images-200-personnes-labourent-et-sement-la-vie-sur-les-terres-de-l-andra

Le tract de la mobilisation : Affiche:appel semis radieux recto verso léger

 

semis_15_nov13

 

Appel à soutien des Anonymous au procès du 9 novembre à Nancy

9nov_opgpii-a48e4Trois personnes présumées hacktivistes du mouvement Anonymous seront jugées pour des attaques informatiques bénignes, survenues en décembre 2014 et janvier 2015, contre des sites institutionnels : celui du ministère de la Défense, celui du Conseil général de la Meuse, du Conseil régional de Lorraine, et de l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (ANDRA). Ces trois derniers étaient visés par l’opération contre les projets inutiles et imposés (OPGPII) d’Anonymous, afin de dénoncer notamment la politique d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure. (suite…)

On enracine la résistance à Bure le 15 novembre : semis collectif et occupation des terres de l’ANDRA !

 

Les semis radieux sont maintenus demain, dimanche 15 novembre.

Nous sommes tout-e-s conscient-e-s du drame qui a eu lieu à Paris.
Nous nous sommes beaucoup questionné-e-s sur la forme à donner à la journée de demain, compte tenu des ces évènements. Il en est resorti une volonté commune de maintenir cette mobilisation, car la lutte contre la politique nucleaire et pour notre avenir doit continuer.

Soyons nombreus-e-s et determiné-e-s demain, dès 14h à Saudron, pour aller semer, ensemble, et donner vie à une terre condamnée par l’ANDRA, CIGEO et la SAFER.

Notre détermination à contrer les projets mortifères ne faiblit pas.

__________________________________________________________

 

Bonjour à toutes et à tous !

Depuis fin septembre l’ANDRA intensifie ses travaux préparatoires à la poubelle nucléaire avec des fouilles archéologiques qui lacèrent des dizaines d’hectares de terres agricoles (http://vmc.camp/2015/10/02/sur-les-travaux-en-cours/)… Nous, nous répondons par une occupation collective et joyeuse des terres pour enraciner notre résistance !

Soyez nombreux.euses vers Bure le dimanche 15 novembre ! Rendez-vous à 14h dans le village de Saudron (Haute-Marne), à 2 km de Bure, pour une déambulation festive suivie d’un semis collectif et d’une plantation d’arbustes sur les terres de l’ANDRA ! Ramenez des semis d’hiver et des plants d’arbres (fruitiers ou de haies) ! Après l’action, direction la Maison de résistance à la poubelle nucléaire de Bure pour une soirée conviviale (bouffe, chansons, chorales, …) !

Semis-radieux-recto

 

Lien vers l’affiche et le texte d’appel en format A4 recto/verso, à faire tourner dans tous vos réseaux :

Mail contact : reprendreleterritoire@riseup.net

A très bientôt !

Quelques un.e.s de l’Est.

 

 

Une action contre l’accaparement des terres par l’ANDRA

Ce matin l’automédia a reçu un communiqué d’action qui réjouira certainement du monde (téléchargeable ici) :

Réduisons l’ANDRA et Hance à l’impuissance !

Dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 août, nous avons rendu une petite visite de courtoisie à Emmanuel Hance, négociateur des acquisitions foncières de l’ANDRA et salarié de l’Observatoire Pérenne de l’Environnement. Souvent surnommé « le bon Dieu sur terre » par les habitant.e.s qu’il harcèle depuis des années pour obtenir leurs terres par des échanges opaques, il nettoie sans ménagement le territoire de celles et ceux qui y vivent et cultivent pour y implanter la pire des poubelles radioactives.

Pour lui rappeler le harcèlement quotidien qu’il inflige aux habitant.e.s et paysan.ne.s de la région depuis plusieurs années et lui manifester tout le respect qu’il nous inspire, nous avons joyeusement déversé des litres d’excréments sous ses fenêtres, sur son paillasson et devant son salon. Nos quelques crottes dans son jardin ne pèsent toutefois pas bien lourd par rapport aux 100 000 m3 de déchets radioactifs que Hance cherche à enfouir dans le sud-Meuse.

stockage de surface

Stockage de surface

Nous avons également pris au mot la politique de greenwashing de l’ANDRA, mise en œuvre par Hance à travers l’O.P.E. (le machin destiné à sauvegarder la mémoire de la nature pré-nucléaire pour mieux étudier sa destruction), en aspergeant abondamment sa façade d’un gros vert qui tache. Rien de tel qu’un petit nettoyage vert pour se remettre les idées en place, pas vrai Manu ?

encore un peu

L’ANDRA se met au vert

Cette petite escapade nocturne n’est que le début d’une résistance collective. Car au vu de la colère qu’Emmanuel Hance inspire partout où il traîne sa moustache et son 4×4 noir, la riposte contre le système qu’il sert pourrait être beaucoup plus forte.

Hance fait de la région un désert social, permettant à l’ANDRA d’acquérir, avec la complicité des SAFER, près de 3000 hectares en Meuse et en Haute-Marne, sans compter les autres départements où aucune donnée n’est disponible. Pour un projet dont l’emprise des installations au sol est d’environ 400ha, on se demande bien à quoi rime tout ce gavage foncier, si ce n’est accentuer un peu plus la désertification du territoire en faisant grimper les prix et en empêchant les jeunes de s’installer. Certains habitants se préparent même à ce que leurs villages soient rasés d’ici à 20 ans…

Hance méprise la volonté populaire quand, accompagné de deux vigiles, il interdit l’accès au conseil municipal de Mandres-en-Barrois en juillet pour échanger le bois communal de Lejus avec le bois de la Caisse en dépit du refus déjà fermement exprimé lors de la consultation des habitant.e.s en janvier 2013.

Hance négocie bien au-delà de toute limite éthique, en n’hésitant pas à harceler les personnes âgées pour s’emparer de leurs terres, à appeler inlassablement jour après jour pour vaincre toute volonté de résistance, à brandir la menace d’expropriation pour intimider ses interlocuteurs. Beaucoup ont tenté de résister mais ont cédé ou déménagé par peur des contrôles. Il se raconte même dans le village de Saudron qu’un jeune agriculteur aurait fait un AVC suite à un échange conflictuel.

Hance divise pour mieux régner, en accentuant les rivalités déjà fortes entre agriculteurs et familles pour arriver à ses fins, en profitant du climat de résignation et d’isolement si fort dans ces villages en dépeuplement. En effet beaucoup ont peur, certains culpabilisent, quelques un.e.s ferment les yeux et surtout, tout le monde se suspecte et s’accuse.

reversibilité

Mise en oeuvre de la réversibilité.

Mais cette atmosphère de résignation, d’isolement et de rancœurs a assez duré. Par ce geste, nous voulons mettre en évidence le fait que face à celles et ceux qui sont décidé.e.s à ne pas laisser s’installer l’horreur radioactive, Hance et le système qu’il sert sont vulnérables.

Nous invitons les habitant.e.s, paysan.ne.s, propriétaires de terres à cesser d’avoir peur de celui qui incarne le cynisme de l’ANDRA, à tirer un trait sur leurs divisions et s’allier pour refuser collectivement cet accaparement des terres. Il est plus qu’urgent de réagir et s’organiser : d’ores et déjà de nombreux agriculteurs ont perdu l’usage de plusieurs centaines d’hectares de terres de l’ANDRA dédiées aux futurs chantiers. Ces terres qui ne peuvent plus être cultivées, c’est l’aménagement par le vide et la fabrique du désert orchestrés par l’ANDRA qui prennent corps et réclament des réponses. Notre colère n’est pas réversible.

Résistons ensemble face à l’accaparement des terres et la désertification de nos lieux de vie !

un peu de green bashing

Qui sème des radiations récolte des étrons !



La simulation d’accident de Void-Vacon fait jaser

accident_void3

Visiblement nous sommes les seuls à ne pas nous prendre trop au sérieux dans cette histoire de simulation d’accident nucléaire de Void-Vacon : l’Est Républicain titrait ce matin « Bure : piratage du site de la Mairie de Void-Vacon » (téléchargeable ici en cas de modif/disparition de cet article)

Et la préfecture elle-même semble avoir pris l’évènement très (trop) au sérieux si on en juge son communiqué :

CP-Incident-de-transport-de-déchets-radioactifs

 

Balade à travers champs

    Ce texte a été transmis à l’équipe automédia du camp VMC de Bure (juillet 2015), et est retranscrit ici tel que.

7284586042_2d997e213b_o

Il est 13h et quelques. Le thermomètre affiche mille degrés à l’ombre, et on est une cinquantaine à se rassembler au point info : le programme indique « Balade à travers champs », et il paraît qu’il s’agit en fait d’une balade aux pieds de pylônes du coin, ça donne envie ! Le mot tourne que c’est « départ à 13h30 PÉTANTES », mais une partie des personnes qui ont préparé la balade ne sont pas encore là, alors on les attend. Assez vite il est proposé de faire un petit point, lors duquel on apprend que l’objectif de cette balade est de transmettre des savoirs et des expériences qui viennent notamment de luttes contre des lignes à Très Haute Tension (THT), et en l’occurrence des pratiques de déboulonnage et autres sabotages de pylônes. Il nous est rappelé de bien rester groupéEs, de porter attention aux potentielles présences de keufs, de ne surtout rien toucher sans gants, de ne pas prendre nos téléphones portables (géolocalisation, écoute…), et de ne pas prendre de papiers d’identité si on décide ensemble de refuser en bloc les contrôles d’identité, etc.
Comme d’hab, l’inertie de groupe nous fait décoller avec un peu de retard, mais ça y’est, c’est parti !
On croise très vite une estafette de gendarmerie, aucun doute sur le fait qu’ils aient été renseignés, d’ailleurs on en croisera bien d’autres plus tard…
PlusieurEs retardataires nous ont rattrapéEs dans les dix premières minutes de marche, mais ça y est, le binôme équipé de talkies chargé de clore le cortège est à l’arrière, et on traverse des champs, plein de champs ! Du blé coupé ras sur des dizaines d’hectares s’étalant sur les collines jusqu’à l’horizon, avec quelques îlots d’arbres bien touffus parsemés par-ci par-là, et c’est plutôt stylé comme endroit en fait! Le petit village avec ses toits de tuiles en contrebas fait très pittoresque, on se croirait dans « La petite maison dans la prairie » !!
Au bout de genre quarante minutes de marche, les personnes qui portent un peu la promenade nous proposent une pause dans un bois, lors de laquelle illes nous montrent quelques outils (clef à douille de 46, 35, 27, bras de levier, scies à métaux), en nous rappelant de bien toujours utiliser des gants pour les manipuler et de les nettoyer à l’acétone. On décide aussi qu’on ne fera aucune manipulation réelle si on estime qu’il y a trop de flics, ce qui en rassure plusieurEs 😉
Une personne questionne l’objectif du déboulonnage : est-ce pour faire tomber le pylône ? À quoi bon déboulonner pour le symbole ? L’explication tombe sous le sens, il s’agit là d’apprendre à se solidariser, à se sentir fortEs ensemble, à apprendre à se déplacer à plusieurs dizaines, à partager des savoirs et des pratiques, de plus, il s’agit aussi clairement de faire chier Rte en leur coûtant de l’argent et en faisant parler de la lutte.
C’est assez chouette, on papote, des personnes traduisent en anglais et en espagnol, et après un quart d’heure on repart en marche tranquille le long des bois et à travers champs. C’est assez agréable de voir qu’il y a une attention portée aux personnes qui marchent moins vite : on entend régulièrement l’équipe qui clôt le cortège dire à l’équipe qui ouvre de ralentir, on resserre le groupe, et on s’assure que tout le monde va bien.
Le groupe arrivant en haut d’une colline, on a le loisir de pouvoir observer les pylônes à quelques centaines de mètres. Au pied d’un, deux points noirs se déplacent dans les champs, on les identifie rapidement comme étant des moto-cross de keufs. Mais pas d’autres flics à l’horizon! L’avantage de ce coin, c’est que les pylônes sont au milieu des champs, inaccessibles en véhicule, les flics déploient donc des motos, mais c’est pas évident de transporter un car de CRS en moto 😉
Il fait toujours grave chaud!!
Au fur et à mesure qu’on avance, les deux motos bougent, mais ne tentent évidemment rien, juste nous observent. On vise donc le pylône, et en s’en rapprochant on voit débarquer au loin quatre ou cinq véhicules de gendarmerie, genre deux estafettes, une voiture banalisée, et deux camionettes. Pas la chance, la route passe loin du pylône! On trace donc tranquillement vers notre cible, qu’on atteint en une quinzaine de minutes. On commence alors la « leçon » par l’observation de la plaque d’identification, laquelle nous indique le numéro du pylône, la commune dont il dépend, le transformateur source, le transformateur de destination, et la tension dans les câbles (en l’occurrence 400 000 V). Puis on apprend quoi déboulonner, où scier, le rappel des gants pour ne pas laisser d’empreintes, et de nombreuses techniques et précautions : pour les boulons, il faut une douille de 46 à la base, puis 35 quand on remonte et 27, 26, 25 plus on va haut. Il est parfois utile d’avoir avec soi du dégrippant et de chauffer l’écrou avec une lampe à souder : ça facilite le travail! Il est d’ailleurs plus facile de déboulonner en maintenant l’écrou d’un côté avec une clé plate et en dévissant de l’autre côté avec une clé à cliquet et une rallonge (genre barre de métal). On apprend qu’il y a environ 700 boulons par pylône. C’est donc une sacrée entreprise de se mettre à tous les dévisser, et ça oblige à grimper et se rapprocher des câbles sous tension, ce qui peut être plutôt dangereux… De toutes façons on ne peut pas enlever tous les boulons, le poids de la structure pesant sur les boulons restants, les derniers seront coincés en force, et on ne pourra pas du tout les sortir. Par contre, si on enlève tous les boulons de la partie basse du pylône, il y a un endroit particulier qui peut lâcher si on exerce une pression dessus, sympathique n’est-ce pas?! Il y a aussi parfois l’opportunité de déboulonner des pylônes qui sont en cours de montage, à terre (ils sont d’abord assemblés au sol en trois ou quatre parties puis élevés et fixés en hauteur à l’aide d’une grue ou d’un hélicoptère), et dans cette situation on peut encore plus s’en donner à coeur joie, à très nombreux-ses, et disperser tous les éléments dans les espaces alentours! Remettre des boulons ne coûte pas bien cher à Rte, mais s’ils ne savent pas quels pylônes ont été déboulonnés, ils sont obligés de tous les vérifier, ça leur prend du temps et leur coûte de l’argent. Habituellement les installations sont vérifiées environ une fois par an.
En dehors du déboulonnage, il est aussi possible de scier la base des pieds, juste à la limite du plot en béton. Jusqu’à maintenant il a été remarqué que Rte se contente alors de ressouder les parties sciées, apparemment ça ne les oblige pas à reprendre toute la structure. Par contre s’il y a plusieurs points de sciage et plusieurs points de soudure il est possible qu’au bout d’un moment ça devienne plus compliqué pour eux.
Aussi, quand des cornières ou des barres ont été déboulonnées, on peut les tordre à la main jusqu’à une certaine taille de section. Ça oblige Rte à faire venir des éléments de rechange depuis un dépôt de matériel pour les remplacer, en plus de reboulonner.
On peut aussi retenir que si un pylône tombe, il va probablement entraîner dans sa chute les deux pylônes qui lui sont rattachés, provoquant possiblement un énorme arc électrique, très dangereux voire mortel pour qui se trouve à portée.
Tout le long de cette session, des personnes ont tenu un drap entre nous et les flics stationnés à environ 600m. Les 5 véhicules s’étant rapprochés sur une petite route, on peut se douter que ces enfoirés prenaient des photos, voire plus (on apprend d’ailleurs qu’il existe des moyens de capter les sons à très longue distance, même sans voir sa cible…), photos qu’ils auront plaisir à utiliser lors de procès (ce que nous ne souhaitons pas!). De l’autre côté les motards nous ont surveillés à cinquante mètres, mais se sont vite-fait barrés quand quelques-unEs d’entre nous sont alléEs vers eux… Je crois que certaines personnes ont été rassurées que ces motards ne soient pas insistants et que les voitures de keufs restent loin, cependant, on a choisi de ne rien mettre en pratique à ce moment, mais plutôt de continuer la marche vers le prochain pylône… Toujours sous un million de degrés au thermomètre, tout le monde avec un tissu sur la tête, voire devant le visage pour éviter les photos, on a fait une nouvelle pause de plusieurs minutes après 200 mètres de marche, afin de décider ensemble de la suite : la masse de flics s’était déplacée et mise entre nous et notre lointain objectif… On en a profité pour s’échanger encore quelques trucs et astuces, des histoires de procès, des lieux de chourre de matos, l’avancée de l’histoire du déboulonnage (qui a donc commencé avec des pylônes pas encore debout, que l’on pouvait déboulonner à la main, puis debouts mais pas en service, puis en service, etc), et d’autres anecdotes. On a fini par décider de rentrer au camp, sans prendre et faire prendre de risque. Le retour s’est fait sans encombre, les flics sont restés loins, tant mieux! On a fait le dernier kilomètre assez éparpilléEs mais pas trop, et avons fini sur un debrief apportant quelques nouveaux détails ainsi que des récits d’actions assez chouettes. J’ai l’impression que tout le monde a passé une bonne aprem, malgré le soleil qui frappait vraiment fort!
Vivement la prochaine !

À visiter : https://antitht.noblogs.org