Action

Communiqué : mais qui sont les complices de la poubelle nucléaire ?

lundi18juillet

Lundi 18 juillet, de bon matin, un groupe de 15 personnes s’est positionné devant l’entreprise Vichard Frères, située 58 Grande rue à Suzannecourt, juste à côté de Joinville. Cette boîte participe à la construction du projet d’enfouissement de déchets radioactifs.

Leur objectif était d’empêcher les camions de sortir de l’entreprise et cela tombait bien puisqu’une main rebelle avait auparavant pris soin de cadenasser la grille. Les personnes ont ensuite déployé une banderole « entreprise complice de la poubelle nucléaire » sur la route. À chaque voiture qui passait a été distribué de l’information sur le projet CIGEO et des explications sur la raison du blocage, à savoir la participation régulière de l’entreprise Vichard frères aux travaux de l’ANDRA, à Bure et ailleurs.

La même matinée, des ouvrier-e-s de Cattanéo SAS, (suite…)

Communiqué de presse des équipes médicale et juridique du mouvement d’occupation du Bois Lejuc sur les violences subies par les manifestant.e.s

Dimanche 17 juillet 2016, Bure.

Ce samedi 16 juillet 2016, des habitant.e.s, des paysann.e.s, des militant.e.s, des familles et des soutiens internationaux, ont participé à la manifestation de réoccupation de la forêt de Mandres-en-Barrois. Ce bois tricentenaire, ayant déjà subi les dégâts causés par les premiers travaux illégaux de l’ ANDRA, est voué à disparaître pour laisser place au projet insensé d’enfouissement des déchets nucléaire CIGEO.

Ce cortège d’au moins 400 personnes, unies par le désir de défendre ce bois et d’empêcher la poursuite de ce projet et de ces travaux illégaux, a convergé vers la forêt. Cette manifestation joyeuse et déterminée s’est achevée par un grand repas et par une nuit au sein du bois Lejuc.

Au lendemain de cet événement, les équipes médicale et juridique du mouvement, ayant pris en charge les personnes blessées et recueilli de nombreux témoignages, en tirent un constat alarmant.

Tout au long de la journée du 16 juillet, les participant.e.s ont rapporté les innombrables agressions commises par le service de sécurité privé de l’ANDRA. Equipés de boucliers transparents, de casques, de matraques, de sprays lacrymogènes, de manches de pioches et de frondes, ces soi-disant « vigiles » chargés de la sécurisation du site se sont en réalité constitués en une véritable milice mobile, allant au contact et pourchassant dans les champs et dans les bois les manifestant.e.s pour les passer à tabac et voler leurs affaires. (suite…)

Pourquoi nous réoccupons le bois Lejuc ?

Pourquoi nous réoccupons le bois Lejuc ?

C’est l’histoire d’un territoire colonisé depuis 20 ans par la mafia nucléaire, son argent facile, ses façades ravalées, ses jolis lampadaires et ses vigiles patibulaires, ses caméras et ses visites scolaires, sa fabrique de la résignation et du consentement mou, ses morts de chantiers, sa catastrophe à petite dose.

C’est l’histoire d’un projet qui, sous couvert de « rendre service aux générations futures », organise et pérennise la dépendance à une filière moribonde, creuse des trous interminables pour une accumulation de déchets interminable.

C’est l’histoire d’une lutte de plus de 30 ans, ici, ailleurs, contre l’implantation d’une poubelle nucléaire, combat qui sinue de lieux en lieux, refus assumés, massifs, à coup de manifs monstres, de foules en colère, de goudron et de plumes contre l’ANDRA.

C’est l’histoire d’une forêt occupée et, pour la première fois en 20 ans, d’un lieu libéré du joug de l’ANDRA et de ses travaux, l’histoire de la possibilité, même fugace, d’une prise contre un ennemi partout insaisissable et inatteignable.

C’est l’histoire d’une agence qui, sous couvert de « projet de territoire » ou « d’intégration territoriale », organise l’occupation policière, la surveillance diffuse et la paranoïa des habitant-e-s. Le projet dingue, inédit, prométhéen, sur des centaines d’années, de la reconfiguration (suite…)

Communiqué de presse (16 juillet à 16h00) – On a repris la forêt! On ne nous atomisera jamais!

Samedi 16 juillet, plus de 350 personnes de tous les âges et tous les horizons sont entrées dans le Bois Lejuc, à Mandres-en-Barrois et viennent de le libérer une nouvelle fois de l’emprise de l’Andra.

Des paysans sont sur place avec leurs tracteurs, des enfants se promènent dans le bois, une cantine vient de s’installer, des chaînes humaines se forment pour acheminer le matériel tandis que l’accordéon commence à jouer.Les occupants se réjouissent du succès de cette action, qui a largement rassemblé les différentes composantes du mouvement contre Cigéo.Ils dénoncent toutefois une attaque violente menée par la milice privée de l’Andra lors de son repli sur des militants assis à terre. Voilà les méthodes de l’Andra pour imposer Cigéo !

Les occupants appellent à rejoindre massivement le bois libéré dès ce soir, demain et dans les jours à venir!

Cette occupation-libération pour empêcher la progression des travaux de l’Andra se situe dans le prolongement de 20 ans de lutte contre Cigéo. C’est une nouvelle étape déterminante dans la résistance contre le rouleau compresseur de l’Andra qui veut imposer Cigéo par la force.

 

Infos : vmc.camp/fil-info  / vmc.camp / burestop.eu / burezonelibre.noblogs.org

Contact : sauvonslaforet@riseup.net    /  Tel (médias) 07 58 65 48 89    Tel (infos relais urgence) 07 58 13 18 61

16 juillet : Manif de réoccupation !

affiche_reoccupation_FR

Samedi 16 Juillet, on reprend la forêt !

Ils ont donc envoyé les casqués par dizaines. On les a vu poindre à l’horizon peu avant six heures du matin, jeudi 7 juillet. Les gendarmes mobiles, les fourgons, les tracteurs, les bulldozers, les poids-lourds, les hélicoptères. Ô sinistre parade venue nous déloger !

Depuis le 19 juin, collectifs, associations, habitant.e.s en résistance, paysan.e.s vivaient dans et avec la forêt libérée de Mandres-en-Barrois en construisant des lieux de vie là où l’ANDRA a déboisé.

Alors que les nucléocrates ont légalisé le cimetière atomique à l’Assemblée Nationale depuis le 11 juillet, nous, nous avons occupé joyeusement leur plateforme déboisée, symbole du début des travaux de CIGEO.

Ce front contre l’empire nucléaire, brèche fragile, a été ouvert et tenu de diverses manières : sabotages, pique-nique, occupations, actions juridiques et le ralliement de plus de quatre-vingt d’associations en quelques jours. Tout ceci a enrayé la machine de l’ANDRA pendant plus de 3 semaines, jusqu’à la pousser à employer la force.

Cette expulsion ne signe en rien une défaite. Elle renforce plutôt notre légitimité, notre colère et notre détermination. Il est hors de question de leur laisser ce bois stratégique. Que la police y traîne ses bottes à longueur de journée, que les vigiles-mercenaires de l’ANDRA reprennent leurs rondes, qu’ils redémarrent leurs travaux insupportables.

Le week-end du 16 et 17 juillet 2016, nous avions convoqué, sous les charmes et les hêtres du bois, des « Barricades antinucléaires mondiales et improvisées ». Il est urgent d’être ambitieux.ses et réalistes comme nous avons su l’être jusqu’ici. Ces rencontres auront donc lieu. Et elles auront lieu DANS LA FORÊT ! Une fois encore, notre seule limite c’est le nombre. Rejoignez-nous ! (suite…)

Expulsion de la forêt occupée – Le suivi de la journée

BURE_Lejuc-5Page helloasso, pour nous aider financièrement !

L’appel à matos, pour aider matériellement !

7 JUILLET : ALERTE ROUGE EXPULSION A BURE  !!!!! Cette fois c’est pour de bon !! Besoin de soutiens massifs sur place, RDV à Bure puis ré-orientation en fonction de la situation !! Tels infos : 0758654889 et 0758131861.

  • 6h : ENORME convoi de CRS et de gendarmes mobiles suréquipés en direction de Mandres, un véhicule bulldozer aurait été vu. Pas d’infos précises sur le nombre exact de fourgons pour l’instant mais apparemment dispositif énorme
  • 6h30 : Entrée côté bois de Mandres bouclée, pas d’infos sur la situation à l’entrée Ribeaucourt pour l’instant. Sur place tout le monde est réveillé et s’organise.
  • 6h30 : Les deux routes d’accès depuis le village de Mandres sont bloquées au niveau des carrefours et des exploitations agricoles par plusieurs véhicules de gendarmerie. En contre-bas du village de bure il y a aussi quelques fourgons qui, visiblement empêchent le passage (à reconfirmer).
  • 6h45 : Une demie-heure que les casqués sont là, l’assault a commencé ! La charge a été ultra rapide, aucune volonté de temporisation. Après première sommation et une deuxième sommation ultra-rapide ils ont commencé à avancer, le dispositif est visiblement énorme. Le tracteur a l’entrée a pu sortir, les occupant-e-s reculent progressivement derrière les barricades enflammées. Ielles sont au niveau de la tranchée sur le chemin d’accès principal, après « La Rue Rale ». Les casqués passent également dans les bois. Il y a de nombreux tirs de gazs lacrymogènes, apparemment aussi le flashball est sorti. D’autres occupants, dont des enfants, ont pu se replier dès le début de l’arrivée.

(suite…)

Appel à manif’ de réoccupation et blocages des travaux en cas d’expulsion !

BURE – S’ILS NOUS EXPULSENT, ON REVIENDRA ENCORE PLUS DETERMINE-E-S !

Appel à manif’ de réoccupation et harcèlement des travaux en cas d’expulsion de la forêt libérée de Mandres-en-Barrois !

#OCCUPYBURE #ETEDURGENCE

IMG_20160626_211058Depuis dimanche 19 juin le bois communal de Mandres-en-Barrois est occupé par de nombreux opposant-e-s au projet de poubelle nucléaire CIGEO. Dans cette forêt de 220 ha, l’ANDRA souhaiterait construire de gigantesques puits pour accéder aux 300km de galeries de déchets radioactifs, qui seraient entreposés à 500m sous terre pour plus de 100 000 ans.

Pour défendre cette forêt et bloquer les travaux de l’un des pire projets industriels d’Europe, le 19 juin, une manif-banquet joyeuse et déterminée de 200 personnes a démonté les barrières de chantiers, scié les clôtures, cisaillé les barbelés, installé des barricades, construit un grand préau de 50m2 et déclaré l’occupation. Dans la foulée, une plainte contre l’illégalité des travaux de l’ANDRA a été déposée.

Dans cette forêt libérée du jour de l’ANDRA, la vie s’organise et le lieu a été rendu aux usages des habitant-e-s de Mandres-en-Barrois (balades, affouages, cueillettes…) et à toutes celles et ceux qui veulent lutter contre la poubelle nucléaire et son monde. Les vigiles ont disparu, les engins de déforestation aussi, on entend à nouveau le chant des oiseaux et des cabanes poussent dans les arbres plus vite que les champignons. Chaque soir, habitant-e-s du coin, paysan-ne-s, occupant-e-s, collectifs, associations s’y retrouvent et renforcent leurs complicités autour d’un repas partagé.

Cette occupation, c’est une première petite victoire contre le rouleau compresseur de l’ANDRA qui depuis 20 ans annexe le territoire sans coup férir à coup de subventions, de magouilles, d’achats des terres et des consciences. Pour la première fois depuis des années, les travaux de l’agence sont interrompus !

Nous savons pertinemment qu’un jour ou l’autre l’ANDRA et les autorités enverront leurs chiens de garde pour nous expulser. Mardi 28 juin à 9h30, un huissier accompagné de gendarmes et de vigiles est venu déposer une ordonnance d’expulsion. L’évacuation est donc imminente. Mais elle n’entamera absolument pas notre détermination : s’ils expulsent, on revient encore plus déterminé-e-s et on continue de bloquer les travaux ! Ils auront beau faire accepter CIGEO au Parlement, ils nous trouveront en face sur le terrain !

IMG_20160626_211016

En cas d’expulsion de la forêt occupée

  • Dès le lendemain, rendez-vous à 6h du matin à Bure pour aller bloquer le chantier de multiples manières
  • Le samedi suivant l’expulsion, rendez-vous à 11h au lavoir de Mandres-en-Barrois, pour une manifestation de réoccupation !

Le tract A5 à télécharger ici !

Faisons tourner massivement cet appel !

Contact : sauvonslaforet@riseup.net / 07 58 65 48 89

Infos : vmc.camp / pandor.at / burezonelibre.noblogs.org / burestop.eu

Le 26 juin, toutes et tous à la fête de la libération du bois de Mandres !

FÊTE DE LA LIBERATION DU BOIS DE MANDRES

Dimanche 26 juin, à partir de 12h : banquet partagé, ballades, constructions, plantations, chansons, discussions !

Depuis le dimanche 19 juin, le bois communal de Mandres-en-barrois a été libéré de l’emprise de l’Andra. Les barbelés sont tombés, les vigiles ont déguerpi. La forêt est de nouveau ouverte et accueillante. Alors que l’Andra souhaitait privatiser ce lieu et transformer les futaies d’hêtres en « zone des puits » pour la poubelle nucléaire CIGEO, la forêt a retrouvé son usage collectif. Elle appartient à tous et à toutes.

préau Sur l’ancienne plateforme de stockage des engins de déforestation, un grand préau a été construit en bois massif qui se veut lieu de rencontre et de passage. Comme une invitation à se réapproprier un territoire, autour d’une ballade ou d’un café partagé au milieu des grands charmes.

« Promenons nous dans le bois Lejuc

Pendant que l’Andra n’y est plus »

Venez profiter de ces lieux, promenades, cueillettes, affouages, mais aussi constater l’ampleur des travaux débutés par l’Andra dans l’illégalité. Des hectares ravagés, des ornières béantes, des arbres arrachés.

preau2Et Dimanche 26 juin, à partir de 12 heure, grand banquet pour fêter la libération du bois et la première semaine d’occupation ! Venez nombreux-euses, rendez-vous à l’entrée du bois de Mandres !

Premier programme

  • 12h : banquet partagé et repas tiré du sac à la Salle à Mandres (plateforme occupée et base de vie)
  • Ballades de découvertes de la forêt / Chantiers de construction d’abris, de barricades, etc / Plantations collectives
  • 17h30 – Grande discussion collective pour toutes les composantes du mouvement contre la poubelle nucléaire : point sur la semaine d’occupation, préparation des jours et semaines à venir. Comment continuer d’en mettre plein la tête à l’ANDRA, bloquer efficacement ses travaux? Et surtout, si ils nous expulsent, comment on revient encore plus fort-e-s et détermin-é-e-s pour ré-occuper et bloquer à nouveau ?
  • Soirée : chorales, musiques, chansons, subversions…

ANDRA DEGAGE ! RESISTANCE ET AFFOUAGES !

 

Infos : vmc.camp / Téléphone : 07 58 65 48 89

Plus d’infos sur le projet CIGEO : burestop.eu / pandor.at / burezonelibre.noblogs.org

L’appel à matos pour soutenir l’occupation ! 

Samedi 11 juin 2016 : les grilles de la plateforme sont tombées !

Samedi 11 janvier, 40 personnes en ballade sont allées faire tomber les grilles et saboter des machines de la plateforme logistique barbelée protégeant les engins de chantiers de l’ANDRA… Un départ de feu a été tenté sur leurs horribles énormes piquets d’acacia avec lesquels ils se préparent à tout clôturer ! Le lendemain, dimanche 12 juin, l’ANDRA avait retiré toutes ses machines et laissé une plateforme dévastée, sans aucune grille. Même si l’agence les a remis le lendemain, cette journée a été un moment très fort, partagé par différentes composantes de la lutte, et qui nous détermine bien pour la suite !

Tout un article est disponible à télécharger ici !

Lundi 13 juin 2016, la tension monte avec les vigiles de l’ANDRA dans la forêt !

A Bure, la tension monte : quatre personnes agressé-e-s par des vigiles de l’ANDRA lors d’un repérage en forêt

Lundi 13 juin, à 13h, quatre personnes en lutte contre le projet CIGEO se sont fait violemment prendre à partie par des vigiles protégeant les installations de chantier de l’ANDRA lors d’un repérage dans la forêt où l’agence réalise des travaux contestés depuis quelques semaines. Les vigiles ont poursuivi les militant-e-s en 4×4 et ont assené de violents coups de pied dans leur voiture, froissant la tôle. Ils étaient pourtant rentrés sans problème dans la forêt dont la barrière était ouverte, et qui « ne présente aucun panneau d’interdiction d’entrée ou de propriété privée ».

« Après avoir vu que les travaux avaient repris près de la plateforme de chantier on a voulu repartir mais on a été bloqué par un vigile énervé qui s’est mis devant la voiture en nous disant de couper le contact. Il était trop énervé pour avoir un discours cohérent et expliquer pourquoi il nous bloquait. {…} On a fait demi-tour et on a essayé de sortir de l’autre côté de la forêt. Sur la route un 4×4 de vigile est arrivé en face de nous pour essayer de nous bloquer, il a essayé de se mettre au milieu de la route mais on l’a contourné. A un virage on a eu une hésitation et on a ralenti, ils sont arrivés très rapidement pour nous barrer la route et nous dire qu’il fallait à nouveau qu’on fasse demi-tour.

On est revenu au niveau de la plateforme de chantier, le vigile du début est revenu avec d’autres et un chien. Je me suis un peu embourbé et ils ont encerclés la voiture. Le 4×4 s’est mis juste derrière moi à me bloquer, j’ai un peu paniqué : en faisant marche arrière j’ai embouti le 4×4 et cassé mon feu arrière. Il y avait probablement quatre, cinq ou six vigiles. Il y a eu un moment de flottement : ils nous disaient de sortir, on ne sortait pas. Ils ont essayé de nous filmer, on a essayé de se cacher comme on pouvait.

Au final ils ont du comprendre que les gendarmes ne viendraient pas pour nous et ils nous ont dit de dégager en assénant des gros coups de pieds dans la voiture. Tout le temps que j’ai mis à démarrer ils l’ont bourré de coups de pied, ça a froissé la tôle. On a pu repartir, ils nous ont suivi une partie du trajet et nous ont lâché à la mi-chemin. »

Est-ce le signe d’un changement de stratégie de l’ANDRA après plusieurs jours de ballades intempestives et d’actions directes, sans grande réaction jusqu’à présent ?