Fil info février 2017

16 février, un clin d’œil à Hambach et virée nocturne au labo !

  • Ce soir des chouettes hiboux de Bure ont encore frappé : des grilles protégeant un bâtiment du labo, l’écothèque, sont tombées, des vitres de cette dernière ont volé en éclat, un court récit nous est parvenu de leur folle équipée :

Au troisième jour de la mobilisation contre le projet CIGEO et pour la défense du bois Lejuc, faisant suite à la marche au flambeau de la Saint Valentin, nous avons voulu visiter le bien aimé écomusée de l’ANDRA, à quelques pas du laboratoire. Nous avions injustement délaissé depuis deux jours ce charmant édifice en béton. Nous avons voulu rendre un hommage très personnel à ce monument de l’écotechnocratie et à sa « mission de sensibilisation » à la biodiversité locale. Armés des meilleures intentions, nous sommes arrivés avec une question très simple : Serait-ce pour les survivants des siècles à venir que vous exposez le souvenir vitrifié de ce que vous allez détruire ?

Arrivés à une heure tardive, nous avons malheureusement trouvé porte close. Comme personne ne répondait à l’interphone, nous avons plusieurs fois martelé notre mécontentement. La politesse n’ayant semble-t-il pas été suffisante, nous avons finalement fait plier les grilles sous le poids de nos questions. Poussés par la curiosité, nous avons voulu contempler les collections temporaires du musée ; et dans un élan d’enthousiasme, y ajouter des échantillons du patrimoine géologique local.

De tout cœur avec les familles des vitrines, la maréchaussée s’est empressé d’accourir à leur secours. Après avoir protégé notre repli par une barricade enflammée, nous avons progressivement tourné le dos à la brume qui s’épaississait.

L’ANDRA, tes mascarades ne nous enfumerons pas !

Les chouettes hiboux de Bure.

  • Encore une belle journée chargée : entre accueil des nouvelles arrivées, organisation de la logistique de la suite de la semaine et du weekend, poursuite des chantiers et début du montage du camp sur le site des concerts, c’est le corps fatigué mais l’esprit toujours aussi déterminé que nous faisons, nous aussi, résonner la forêt en solidarité jusqu’à la lutte de Hambach !

 

 

  •  Ça bouge ailleurs dans l’est, il n’y  a pas qu’à Bure qu’on construit des cabanes : autour de Strabourg, des cabanes d’occupation sont érigées sur le tracé du Grand Contournement Ouest (GCO) par le nouveau collectif ZADGCO, soutien depuis Bure à nos ami.e.s alsaciens ! (@HamsterGrand sur twitter)

15 février, de nouvelles actions de soutien à Bure !

Pendant qu’à Bure on continue de recevoir du monde et préparer ce weekend, dans de nombreux lieux, des actions pour nous soutenir sont lancées !

 

Une revue de web non-exhaustive de l’appel à venir le 18/02:

 

En réponse à notre appel, de nouvelles actions de soutien à Bure  :

  • Le 18/02 Sortir du Nucléaire Trégor organise une action à 11h à Lannion
  • A Valence un communiqué d’action reçu par mail, contre EDF :

A Valence comme à Bure, le monde du nucléaire ne dort pas tranquille…
La sale huile de vidange à rejoint les mains sales d’ EDF.
Quelques discussions préparatives, quelques rêveries déterminées…et voila un nouveau point d’attaque sur la carte !
Au magasin EDF du centre ville, entre la nouvelle peinture écologique de vidange, tout le monde pourra lire :

Nous  attaquons EDF

Car il est un des acteurs principaux de l’industrie du nucléaire
Car il soutient activement le projet de nucléarisation par l’enfouissement de déchets dans la Meuse, à Bure.
Car ce projet est un désastre environnemental et social, et qu’il est développé par des mafias publiques et privées de manière totalement anti-démocratique.
Car les nucléocrates d’EDF font parti de ces magouilles à cravatte.
Car nous soutenons la résistance active et légitime contre ce projet à Bure, qui subit diverses formes de forte répression.
Car se politiser et agir face à ces perspectives mortifères, c’est simplement exister dans cette société.
Car à ce moment même, des milliers de personnes se rassemblent à Bure pour protester.
Car la lutte anti-industrielle à toujours existé dans la rue comme dans les livres.
Car au quotidien, la course du progrès dévaste la profondeur des vies en nous dorlottant de confort.

L’énergie est notre avenir ? mon Oeil !
L’énergie est leur avenir, n’obéissons pas !

Qu’on se le dise
Ici comme à Bure
Les murs se lavent, pas les consciences.

  • Le 13/02 des ami.e.s ont organisé une action d’enfouissement au centre ville de Grenoble en réponse à notre appel à actions
  • Le 12/02 rassemblement de soutien à Bure à Neuvy-Bouin avec rappel de la lutte contre les déchets nucléaires des années 90 dans les Deux-Sèvres où un projet de laboratoire similaire à Bure avait pu être annulé grâce à une mobilisation intense de la population qui avait réussi a contrer l’ANDRA.

  • Par ailleurs un appel à actions contre le transport d’uranium qui converge sur Trêves les 18 et 19 février :
Action « train » franco-allemande contre les trains atomiques les 18 et 19 février 2017

En solidarité avec la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure en Lorraine

Par notre action, nous voulons protester et informer sur les nombreux transports de Yellow Cake (concentré d’uranium) entre l’Allemagne et la France. Régulièrement, des bateaux en provenance de Russie et de Namibie jettent l’ancre dans le port de Hambourg et livrent du Yellow Cake. Celui-ci est la matière première nécessaire à la fabrication de combustible pour les centrales nucléaires ou les bombes atomiques dans le monde entier. Il est acheminé par train depuis Hambourg vers l’usine AREVA de Narbonne Malvési dans le sud de la France, passant pas Cologne, Trèves, Woippy et Montpellier.

Des militant-e-s vont partir ce samedi 18 février de Kiel (les bateaux nucléaires passent par le canal de Kiel) et Hambourg pour rejoindre Trêves, emportant avec eux un symbole représentant du Yellow Cake. Ils vont suivre le trajet emprunté régulièrement par les trains atomiques. A Trêves, ils vont récupérer des objets venus de France, symbolisant de l’hexafluorure d’uranium ainsi que des morceaux du mur des travaux liés au projet d’enfouissement des déchets nucléaires CIGÉO, symbolisant la résistance à ce projet fou et dangereux. Le voyage se terminera le 19 février à Gronau où se trouve l’usine d’enrichissement de l’uranium allemande. L’hexafluorure d’uranium qui y est transformé provient souvent de Pierrelatte en France.

Les militant-e-s antinucléaires veulent par leur action informer les voyageurs et le personnel des entreprises ferroviaires sur les nombreux transports atomiques et les dangers qui y sont liés, ceux-ci sont peu connus du grand public, du fait que les autorités n’informent pas sur le sujet. En cas d’accident, personne ne sait comment réagir. Les transports atomiques sont me en Allemagne sensés continuer indéfiniment, puisque les installations et les transports qui permettent à l’industrie nucléaire de fonctionner ne font pas partie de la loi allemande sur la sortie du nucléaire.

L’action a de plus lieu en solidarité avec la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure. Une grande manifestation aura lieu à Bure le même jour. Les travaux de construction du site d’enfouissement des déchets nucléaires ont commencé l’été dernier. C’est grâce à une résistance déterminée, qu’ils ont dû être stoppés au mois d’août 2016. Le mur érigé par l’ANDRA (Agence nationale de gestion des déchets nucléaires) pour protéger les travaux est tombé sous les coups déterminés des manifestant-e-s à la mi-août.

« Arrêter d’en produire et surtout ne pas enfouir », c’est une revendication connue quand il est question des déchets nucléaires.

Et c’est bien ce qui unie les activistes participant à l’action « train » et les militant-e-s de Bure ce week-end : Il s’agit de stopper la production de déchets nucléaires à sa source. Pour cela, il faut stopper les transports atomiques qui permettent à cette dangereuse industrie de fonctionner

 

Pour plus d’informations

Page web de la campagne allemande contre les transports d’uranium : http://urantransport.de

Appel pour l’action « train » en allemand : http://urantransport.de/aktionstage/aktionsfahrt/

Appel pour l’action « train » en francais : http://urantransport.de/wp-content/uploads/2017/01/2017-appel-action-train-uranium.pdf

 

 

14 février, Nous avons déclaré notre flamme à l’ANDRA !

20h30 : 80 chouettes hiboux partent de la Maison de Résistance vers l’œil mauvais du village de Saudron (le laboratoire de l’Andra).

En cours de route, passant en vue des terres qui devraient accueillir le projet de transformateur électrique que l’ANDRA souhaite installer pour alimenter CIGÉO, nous avons allumé nos magnifiques flambeaux. Ils rivalisaient dans la nuit avec l’écrasant éclairage du Laboratoire, au loin. Après 40 minutes de marche enjouée, nous y sommes parvenus et constatés sans étonnement qu’il était étroitement gardé par les Gendarmes mobiles.

« On est plus chauds que CIGÉO ! » « ANDRA dégage, résistance et sabotage ! »

Après une petite danse autour d’un brasier improvisé, les broussailles du rond-point devant le laboratoire se sont embrasées. Au retour, les vitres d’une cabine de surveillance ont volé en éclat, un peu de peinture a volé et des flammes sont venues lécher le digicode d’une des grilles d’entrée.

Une douce soirée où même la lune, rousse, a déclaré sa flamme à l’Andra, et ce n’est qu’un début …

Marche aux flambeaux vers l’ANDRA ! from vmc on Vimeo.

 

13 février, une semaine chargée avec du beau monde qui s’annonce

  • La logistique du 18 février est en route ! Ça range dans tous les coins de la Maison de Résistance, une vingtaine de personnes nous ont déjà rejoint.e.s et s’activent sur moults chantiers (cuisine de choc pour la semaine, dortoirs qui prolifèrent dans chaque recoin, installation de l’accueil maison avec infokiosque, bureau automedia, legal team et camion médic s’installent).

10 février, Réaction populaire contre les violences polières

À Bure, dans les villes, dans les forêts, en solidarité avec Théo, tout le bois Lejuc se dresse contre l’inhumanité des actes racistes et homophobes commis par la police.

3 février, un clin d’oeil de la forêt de Hambach

Encore un week-end qui s’annonce chargé mais qui pour l’instant s’amorce tranquillement à la maison de Bure. C’est sous un ciel hésitant, un peu gris, que nous recevons ce matin le soutien des copaines d’Hambach!

En marchant dans la forêt d’Hambach, avec des barricades et des tranchées construites après l’intrusion des vigiles de la RWE et de la police, la nouvelle arrive que la même répression conduite par l’avarice des fous creuseurs de sol s’est abattue sur nos camarades de Bure qui résistent contre la destruction de la forêt censée permettre plus encore de folie extractionniste sous la forme ici d’une poubelle nucléaire. Baricades détruites, vigiles, blocages routiers par la gendarmerie, tant de choses qui résonnent si familièrement à nos oreilles, aussi familièrement que la destruction mondialisée des habitats afin d’extraire chaque dernière goutte de poison, qui tue les écosystèmes, les communautés , les peuples et le climat pour remplir les poches de ces barons mafieux.

Ainsi, aux companieros de Bure et tout ceux et celles qui reçoivent cet assaut, debout sur les barricades, perché-e-s sur les cabanes dans les arbres, ou dans les caravanes, combattant ce monstre extractionniste et capitaliste, un grand cri de solidarité résonne de la foret d’Hambach jusqu’à vous