Archive mensuelles: juin 2016

Communiqué de presse – L’ANDRA contre-attaque ? On résiste !

Communiqué de presse 30/06/2016 – Bure – L’ANDRA contre-attaque ? On résiste !

Depuis mardi 28 juin et le dépôt de l’ordonnance de requête d’expulsion par l’huissier de l’ANDRA accompagné de vigiles et de gendarmes, l’agence a renforcé la stratégie de tension entamée la semaine précédente. En faisant planer des menaces d’expulsions et en renforçant l’intimidation sur des participant-e-s au mouvement, elle espère miser sur un épuisement et une fatigue rapide qui, bien plus facilement qu’une évacuation policière, affaiblira l’occupation. Peine perdue !

Depuis deux jours sur zone tous-tes les occupant-e-s sont sur le qui-vive pour faire face à une éventuelle expulsion policière le lendemain. Des stratégies de résistance ont été discutées au sein de l’ensemble du mouvement dans ses différentes composantes. Tout est prêt sur zone pour faire face à l’arrivée massive de fourgons de gendarmes mobiles.

Pour autant, nous ne tomberons pas dans le piège de l’ANDRA qui voudrait favoriser le repli interne sur les seules nécessités d’autodéfense au détriment de l’ouverture et du brassage intense que permet cette forêt libérée. Chaque soir depuis dimanche dernier, il y a eu du passage sur la zone, des réunions d’associations de lutte contre la poubelle nucléaire, des habitant-e-s de Mandres-en-Barrois et d’ailleurs, des paysan-ne-s de la région. Dans la foulée du dépôt de l’avis d’expulsion, un appel massif à une manifestation de réoccupation a été lancé pour immédiatement reprendre la forêt le samedi suivant une éventuelle expulsion. Le week-end qui vient le 2 & 3 juillet sera à nouveau un moment de convergence autour de la forêt entre banquet partagé, balades, chantiers collectifs, discussions… La forêt libérée continue d’être un point de ralliement large pour le mouvement contre la poubelle nucléaire et au-delà ! Une lettre de soutien à l’occupation est en train de tourner et recueillir de nombreuses signatures…

La contre-attaque est également juridique. Les avocats du mouvement préparent l’assignation en référé aux fins de rétractation de l’ordonnance sur requête, selon l’article 493 du code de procédure civile. Le 6 juillet se tiendra une audience auprès du président du Tribunal de Grande Instance de Bar-le-Duc pour contester l’ordonnance tant sur la forme que le fond. En parallèle, l’attaque sur les manoeuvres illégales de l’ANDRA et de la préfecture continuent : un recours gracieux a été déposé le 30 juin demandant l’annulation de l’arrêté préfectoral de distraction de régime forestier (la manoeuvre permettant à l’ANDRA de se passer des règles de gestion forestière sur les forêts publiques), au nom de l’incompétence de l’auteur de l’acte (pris par la préfecture alors que la loi impose que cela soit fait au niveau ministériel).

Sur le terrain les intimidations ont également passé un nouveau cap. Mercredi soir un paysan participant au mouvement s’est vu remettre une convocation de la brigade de recherche de Commercy pour audition de témoins dans le cadre des actions en cours à Bure du 8 au 20 juin… Là encore, le petit jeu de l’ANDRA et de la Préfecture risque de se retourner contre elle et, au lieu d’effrayer les habitant-e-s visé-e-s, risque de les rendre encore plus furieux-euses et déterminé-e-s. D’autant que le soutien de l’ensemble du mouvement sera sans faille !

On ne lâchera rien !

  • Rendez-vous dans la forêt libérée pour le week-end du 2 & 3 juillet ! Banquet partagé, balades, discussions, musique, constructions, bref pleins de choses à imaginer ensemble pour faire de cette forêt libérée un grand point de ralliement !
  • Rendez-vous ensuite le 9 & 10 juillet pour une convergence au grand festival à Notre-Dame-des-Landes où Bure sera la lutte invitée d’honneur !
  • Et, tous les week-end à venir dans la forêt, balades, banquets partagés, constructions, projections, discussions…
  • En cas d’expulsion, appel général à une grande manif’ de réoccupation le samedi suivant l’expulsion pour reprendre immédiatement la forêt !
  • Signer la lettre de soutien à l’occupation !

ON NE SORTIRA PAS DU BOIS ! ON NE NOUS ATOMISERA JAMAIS ! ANDRA DEGAGE, RESISTANCE ET AFFOUAGES !

Contact : sauvonslaforet@riseup.net  /  Telephone 07 58 65 48 89

Infos : vmc.camp / burestop.eu / burezonelibre.noblogs.org

Toutes et tous à Bure le week-end du 2 & 3 juillet !

Week-end du 2 & 3 juillet

Même si des menaces d’expulsion planent sur la forêt de Mandres libérée, sur place on souhaite continuer de faire vivre ce lieux de milles manières pour enraciner la résistance à la poubelle nucléaire et son monde ! Après la chouette Fête de la libération du bois de Mandres du dimanche 26 juin, on remet le couvert le week-end prochain du 2 & 3 juillet ! Etant donné les pressions sur la zone le programme bouge à tout moment, l’important est bien d’être présent-e-s sur place motivé-es !!

barricades 2

Programme provisoire du week-end

Samedi 2 juillet

  • A partir de 10h : banquet partagé et quelques frites dans le village de Mandres, là où tout a commencé … Venez avec de quoi manger, et venez nous aider à préparer un sympathique banquet collectif !
  • A partir de 15h30 – 16h : convergence dans la forêt pour lancer des chantiers de construction
  • 17h30 : accueil de la convergence de militant-e-s venu-e-s depuis le « pique-nique des résistances » à Verdun !
  • Soirée
venez nombreus-e-s !

 

IMG_20160626_114133

Et Dimanche 3 juillet …

Comme tous les dimanches, on mange dans la foret …
  • A partir de 10h : On cuisine ensemble. Ramener des economes et des legumes !
  • Le midi : banquet partagé ..
  • L’aprèm’ : Balades en forêt et constructions collectives (appentis du preau et dortoire collectif)
  • 17h30 : discussion de mouvement sur la suite de l’occupation, et les réactions en cas d’expulsion

Venez nombreux-euses enraciner la résistance à CIGEO et son monde dans les jolies futaies du bois Lejuc libéré !

Et tous les matins de la semaine sur place, à partir de 6h, besoin de soutien pour empêcher une évacuation ! (c’est bien aussi de venir dormir la veille)  Et, si ils expulsent, on revient dans la foulée avec une manif’ de réoccupation !

 

Infos : vmc.camp

Contact : sauvonslaforet@riseup.net  / 07 58 65 48 89

Appel à manif’ de réoccupation et blocages des travaux en cas d’expulsion !

BURE – S’ILS NOUS EXPULSENT, ON REVIENDRA ENCORE PLUS DETERMINE-E-S !

Appel à manif’ de réoccupation et harcèlement des travaux en cas d’expulsion de la forêt libérée de Mandres-en-Barrois !

#OCCUPYBURE #ETEDURGENCE

IMG_20160626_211058Depuis dimanche 19 juin le bois communal de Mandres-en-Barrois est occupé par de nombreux opposant-e-s au projet de poubelle nucléaire CIGEO. Dans cette forêt de 220 ha, l’ANDRA souhaiterait construire de gigantesques puits pour accéder aux 300km de galeries de déchets radioactifs, qui seraient entreposés à 500m sous terre pour plus de 100 000 ans.

Pour défendre cette forêt et bloquer les travaux de l’un des pire projets industriels d’Europe, le 19 juin, une manif-banquet joyeuse et déterminée de 200 personnes a démonté les barrières de chantiers, scié les clôtures, cisaillé les barbelés, installé des barricades, construit un grand préau de 50m2 et déclaré l’occupation. Dans la foulée, une plainte contre l’illégalité des travaux de l’ANDRA a été déposée.

Dans cette forêt libérée du jour de l’ANDRA, la vie s’organise et le lieu a été rendu aux usages des habitant-e-s de Mandres-en-Barrois (balades, affouages, cueillettes…) et à toutes celles et ceux qui veulent lutter contre la poubelle nucléaire et son monde. Les vigiles ont disparu, les engins de déforestation aussi, on entend à nouveau le chant des oiseaux et des cabanes poussent dans les arbres plus vite que les champignons. Chaque soir, habitant-e-s du coin, paysan-ne-s, occupant-e-s, collectifs, associations s’y retrouvent et renforcent leurs complicités autour d’un repas partagé.

Cette occupation, c’est une première petite victoire contre le rouleau compresseur de l’ANDRA qui depuis 20 ans annexe le territoire sans coup férir à coup de subventions, de magouilles, d’achats des terres et des consciences. Pour la première fois depuis des années, les travaux de l’agence sont interrompus !

Nous savons pertinemment qu’un jour ou l’autre l’ANDRA et les autorités enverront leurs chiens de garde pour nous expulser. Mardi 28 juin à 9h30, un huissier accompagné de gendarmes et de vigiles est venu déposer une ordonnance d’expulsion. L’évacuation est donc imminente. Mais elle n’entamera absolument pas notre détermination : s’ils expulsent, on revient encore plus déterminé-e-s et on continue de bloquer les travaux ! Ils auront beau faire accepter CIGEO au Parlement, ils nous trouveront en face sur le terrain !

IMG_20160626_211016

En cas d’expulsion de la forêt occupée

  • Dès le lendemain, rendez-vous à 6h du matin à Bure pour aller bloquer le chantier de multiples manières
  • Le samedi suivant l’expulsion, rendez-vous à 11h au lavoir de Mandres-en-Barrois, pour une manifestation de réoccupation !

Le tract A5 à télécharger ici !

Faisons tourner massivement cet appel !

Contact : sauvonslaforet@riseup.net / 07 58 65 48 89

Infos : vmc.camp / pandor.at / burezonelibre.noblogs.org / burestop.eu

Menaces d’expulsion sur la zone – Appel à soutien immédiat !

28 JUIN : Menaces d’expulsion dans la forêt de Mandres occupée – Appel à soutien immédiat !

  • 9h30 : l’huissier accompagné d’une voiture de vigiles et plusieurs véhicules de gendarmes est venu notifier l’expulsabilité de l’occupation de la forêt de Mandres. L’ordonnance d’expulsion a été déposée au pied d’une barricade d’entrée est visible ici.
  • 10h : l’huissier est revenu, accompagné de vigiles et d’une voiture de gendarmerie, demander si les occupant-e-s acceptaient ou pas l’ordonnance d’expulsion, ce à quoi il n’a rien été répondu sinon « nous avons besoin de temps ». La voiture de vigiles et les véhicules de gendarmerie sont ensuite reparties. Une expulsion pourrait donc arriver très vite. Pour l’instant il n’y a pas de traces de véhicules de gendarmes mobiles dans les villages alentours ou dans l’enceinte du labo, mais rien n’empêcherait une probable expulsion le 29 juin au matin ou dans les jours à venir.
  • Depuis ce matin, sur le terrain, tout le monde est à pied d’oeuvre pour empêcher l’expulsion, résister en cas d’arrivée massive des flics, et préparer une contre-attaque : des appels vont être publiés dans la journée, restez en ligne et préparez vous à faire tourner et à venir massivement en soutien dans les jours à venir ! Dans tous les cas, l’expulsion ne serait absolument pas la fin d’une parenthèse mais une étape dans de multiples formes de blocage des travaux !
  • Rappel : dès le 22 juin une plainte contre l’illégalité des travaux dans le bois Lejuc avait été déposée.
  • Les soutiens contre la menace d’expulsion sont en cours : un communiqué du Réseau Sortir du Nucléaire est sorti , l’avocat est en train de préparer une réponse à l’ordonnance de requête d’expulsion…
  • Si ils nous expulsent, on revient encore plus déterminé-e-s ! APPEL A MANIF DE REOCCUPATION EN CAS D’EXPULSION.
    • Le lendemain de l’expulsion, blocage dès travaux dès 6h du matin ! Rendez-vous à Bure !
    • Le samedi suivant l’expulsion, MANIF’ DE REOCCUPATION, on reprend la forêt. Rendez-vous à 11h au lavoir de Mandres-en-Barrois !
  • A SUIVRE…

Infos : vmc.camp   Contact : sauvonslaforet@riseup.net   // 07 58 65 48 89

 

BURE, PREMIERE SEMAINE D’OCCUPATION

BURE, PREMIERE SEMAINE D’OCCUPATION

#OCCUPYBURE #ETEDURGENCE

IMG_20160626_211058Depuis dimanche 19 juin, nous, habitant-e-s de Mandres en Barrois, ami-e-s, habitué-e-s de Bure et de ses environs, collectifs, associations, paysan-ne-s, occupons de mille manières la forêt communale de Mandres-en-Barrois pour bloquer les travaux de la poubelle nucléaire CIGEO. Bloquer, c’est enfoncer des coins de résistance dans l’empire flasque de l’ANDRA. Si le capitalisme est un tube digestif, alors Bure est ce rectum que nous devons constiper.

On aura vu, dans cette forêt libérée, des paysan-ne-s, habitant-e-s d’ici et d’ailleurs, associations, collectifs, faire corps ensemble pour, la première nuit, tenir les barricades sous un halo de brume lunaire.

On aura vu, dans cette forêt libérée, plus d’habitant-e-s de Mandres-en-Barrois en une semaine qu’en plusieurs mois de réunions publiques, porte à porte et grandes manifestations.

On aura vu, dans cette forêt libérée, des kilos de victuailles et de matériel s’acheminer, malgré les contrôles policiers. Un préau de 50 m2 et une cuisine collective s’installer en un clin d’œil.IMG_20160626_162734On aura vu, dans cette forêt libérée, un ami paysan tenir la barricade toute la nuit durant puis, à 4h du mat’, se sentant pousser des ailes, enfourcher son vélo pour aller faire sa traite 50 km plus loin.

On aura entendu et lu des appels en pagaille à occuper, saboter, banqueter, et bloquer les travaux.

On aura vu, dans cette forêt libérée, un ami déprimé regagner le sourire et accrocher ses yeux aux étoiles.

On aura vu d’autres ami-e-s passionnés de plantes cueillir, dans les sous-bois, quelques merveilles, asperge sauvage, aspérule odorante, et autres secrets de la forêt.

On aura entendu, à toute heure du jour et de la nuit, résonner « Et la forêt elle est à qui ? », « Elle est à nous ! ». Et le « nous », chaque jour, s’incarner un peu plus.

IMG_20160626_114133On aura vu, dans cette forêt libérée, des gestes de sabotages collectifs assumés, joyeux, circuler des visages masqués aux visages découverts. On aura vu des tronçonneuses sortir d’on ne sait où pour abattre toutes les clôtures et barricader plus fort. On aura vu, sur des visages inattendus, flotter dans l’air des sourires et des grosses masses pour saboter d’énormes tubes métalliques de forages. On aura vu des disqueuses à batterie déboiter les barrières d’entrée, sous le regard bienveillant des camarades et des charmes.

On aura senti, dans l’air du soir, dans les complicités naissantes des apéros, dans les ballades collectives, les concerts de grindcore et les murmures frôlés des aliziers, une immense sérénité. Et l’intuition que la force de ce qu’on vit est, contrairement aux fausses promesses du stockage de l’ANDRA, irréversible.

IMG_20160626_210057On aura vu, dans cette forêt libérée, des occupant-e-s filer un coup de main à un paysan du coin pour rentrer ses affouages, et découvrir une parcelle lointaine surveillée par un hêtre vénérable.

On aura vu, dans cette forêt libérée, l’ANDRA et les autorités tenter d’installer une stratégie de la tension en envoyant leurs vigiles-mercenaires, sommés de dégager ; en intimidant grossièrement paysans et habitant-e-s du coin, qui pourtant viennent.

On aura vu, dans cette forêt libérée, le début d’un équilibre, précaire, pleins de complémentarités et de tensions, toujours à retravailler, entre l’autodéfense, la construction, et le lien vers « l’extérieur ». On aura sué au soleil pour creuser des tranchées dans les routes d’accès ; marché des centaines de mètres pour transporter des centaines de planches de bois par-delà les barricades ; mouliné des bras pendant des heures au téléphone entre médias, soutiens, ami-e-s de partout.

On aura vu, dans cette forêt libérée, des cabanes pousser dans les arbres plus vite que les champignons.

IMG_20160626_211016On aura vu des médias avides de sensationnalisme tenter de nous plaquer l’étiquette de ZAD et l’imaginaire des occupant-e-s cagoulés sur ce qui est une occupation-libération, une occupation en continuité avec 20 ans de lutte contre la poubelle nucléaire, avec un an de réunions publiques et recours juridiques des habitant-e-s de Mandres.

On aura vu, dans cette forêt libérée, au réveil, des yeux écarquillés d’être toujours là, de le faire, de tenir cette petite victoire. Et de bloquer conséquemment leur travaux pour la première fois depuis des années. « Mais on est vraiment en train d’occuper cette forêt ! » Petit dej’ au soleil et douceur de vivre sur leur plateforme libérée des barbelés.

IMG_20160626_113726On aura vu des grilles barbelées mettre des vigiles en cage, puis faire tout le chemin depuis le bois pour enfermer les nucléocrates et leur propagande à l’intérieur du CLIS (l’institution de lubrification citoyenne). On aura vu l’ANDRA renforcer ses contrôles à l’entrée et fermer ses portes le week-end du 25 au 26 juin, tandis que les notre sont grandes ouvertes.

On aura vu cette forêt libérée devenir le lieu commun qu’il nous manquait pour transformer l’agrégation de groupes et d’individus luttant contre la poubelle nucléaire en mouvement de lutte.

CONTINUONS LE DEBUT ! CONSTIPONS LE CAPITALISME !

ANDRA, DEGAGE ! RESISTANCE ET AFFOUAGES !

Contact sauvonslaforet@riseup.net  / 07 58 65 48 89

Tous les week-end, rendez-vous pour des banquets et des balades les dimanches !

Week-end du 2 et 3 juillet, d’autres rencontres sont à venir : marché paysan, convergence des résistances Verdunoises, déambulation circassienne, etc. Programme à venir sur vmc.camp !

Tout l’été, et au-delà, enracinons dans ce bois la subversion à l’ANDRA et à son monde !

L’article en anglais disponible ici.

Fil info – Semaine du 20 au 26 juin 2016

26 JUIN: FETE DE LA LIBERATION DU BOIS DE MANDRES

  • Un récit de la journée, et de la semaine ici
  • En parrallèle, à Notre dame des Landes, le référendum n’atteint pas le programme du WE de refaireundome, nouveau batiment pour l’organisation des assemblées et autres réus. Un soutien à l’occupation de Bure est affiché! Une vidéo où l’on cause de Bure dans les actu interlutte, nddl, bure, même combat: http://videos.leparisien.fr/video/notre-dame-des-landes-oui-ou-non-nous-serons-toujours-en-lutte-27-06-2016-x4ii33i20160626-220730_refaire_un_dome_zad_nddl_cc_valk-0d081

25 JUIN: BLOCAGE A LA CRAVATE

  • En parallèle des scande de l’assemblé nationale, on apprend aussi que  le vendredi 1er juillet, au lendemain du World Nuclear Exhibition http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/> – deuxième salon international de la filière nucléaire qui aura lieu à Paris du 28 au 30 juin – seront organisées des visites de sites nucléaires partout en France, et évidemment, les nucléocrates passeront à Bure pour visiter le laboratoire de l’Andra ainsi que le CSA (Soulaines) et le CIRES (Morvilliers).*
    Ils partiront en bus depuis Paris le matin, et arriveront à Bure à 10h, à
    Soulaines à 10h aussi, puis à Morvilliers à 14h.Contre les nucléocrates, blocage à la cravate.

http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/En-parallele/Visite-de-sites-Andra1/
<http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/En-parallele/Visite-de-sites-EDF-chantier-EPR/>

  • A écouter: emmission radio bure – moronvillier : http://lechatnoir.perso.sfr.fr/radio/20160620-De-Bure-a-Moronvilliers.mp3

23 JUIN : Quatrième journée, on continue de construire ! 

  • Tout les matins rendez-vous petit déj’ à 9h, point collectif pour la journée à 9h30
  • Pleins de chantiers de construction se mettent en place, le week-end prochain et la grande Fête de la libération du bois dimanche 26 se préparent !
  • Pendant ce temps là, l’ANDRA s’est mangée dans les dents une plainte contre l’illégalité des travaux (+d’info ici), un petit scandale autour du conflits d’intérêt de la nomination de Christophe Bouillon, président du CA de l’ANDRA, comme rapporteur de la loi CIGEO à l’Assemblée National (+ d’info ici )… et ce n’est que le début.

22 JUIN : Troisième journée d’occupation, la vie sur place dans la forêt libérée s’organise !

  • Aujourd’hui, un immense soleil nous accueille au réveil : ça fait un bien fout après une journée et demi de pluie quasi continue et d’ambiance très humide. Le soleil transforme toute l’atmosphère : on commence à réaliser que, oui, on est bel et bien en train d’occuper cette forêt, de bloquer les travaux depuis plusieurs jours ! Les bleus sont toujours en faction au carrefour à 500 m et se cantonnent à un rôle de surveillance.
  • Un long temps de débrefing collectif se tient en fin de matinée, l’occasion de prendre le temps de faire le tour des ressentis, des perceptions et de commencer à se projeter ensemble dans cette forêt libérée après les nécessités urgentes de défendre le lieu. De longs échanges exposent les différents objectifs de l’occupation et creusent les complémentarités (et les tensions) entre trois grands enjeux : défendre le lieu ; le construire ; et faire le lien avec l’extérieur (accueil, médias et automédia…). Quoi qu’il en soit, l’objectif commun est clair : bloquer les travaux de CIGEO, et par conséquent du projet en son entien, par tous les moyens nécessaires et dans une perspective stratégique !
  • Vers 15h, un avion « civil » survole pendant de longues minutes et de manière très insistante la base du campement et finit par s’éloigner…
  • Toute l’aprèm, un début de chantier pour barder une partie du préau est lancé.
  • Toute la journée, quelques habitant-e-s de Mandres viennent se promener. Les gendarmes en faction essaient de continuer leur minable stratégie d’intimidation envers l’une d’entre elle : « Mais vous n’avez pas peur d’aller dans cette forêt ? Toute seule en plus ? » « Ben non, ces gens ils sont comme tout le monde ! » Malgré les premières tentatives de division et de dissociation, il n’y a jamais eu autant de passage d’habitant-e-s du coin.
  • 18h : un paysan du coin passe faire ses affouages, et quelques personnes viennent lui filer un coup de main. L’occasion de mieux découvrir la forêt et ses secrets.

21 JUIN: Musique et résistance en forêt occupée

  • 9h20: Ce matin, on prend un peu notre temps, après un peu de repos. Pas de bleus à l’horizon ni dans le ciel, plutôt humide comme temps, des chausettes sèches seraient utiles!
  • 9h30: Annonce ce soir 19h  fête de la musique dans le bois,  ramenez vos instruments . Aussi, rendez vous dimanche prochain 26 juin pour une grande journée populaire dans la forêt, programme à venir
  • 10h20: Nouvelle déclaration de l’Andra, le foutage de gueule à l’état pure: « Il s’agit de travaux préliminaires permettant de déposer la demande d’autorisation de construction. Nous sommes bien obligés pour calculer les fondations des batiments de surface ». Des travaux pour demander une autorisation de travaux, hein? Quand on dit qu’on ne veut pas de travaux, c’est pas de travaux du tout, préliminaires compris.
  • 13h: toujours l’organisation matérielle sur place, et besoin de soutien (à venir sur place, à apporter du matériel, ou financier
  • 13h40: recu une video sur la journée du 19 juin et appel a occupation

20 JUIN: DEUXIEME JOUR D’OCCUPATION, L’#EtéDurgence continue !

  • 7h: Depuis 6h l’hélico fait ses tour, on prend le petit dej
  • 9h20: Il fait beau, ca s’active a préparer le terrain et la conf de presse, pas de grosse présence polière, seulement 4 breaks de gendarmerie
  • 10h50: Depuis une heure, arrivée de 6 véhicules de gendarmerie, ils bloquent les accès, font des contrôles d’identité pour faire pression pour que l’huissier puisse venir constater l’occupation et les dégat sur la plate-formen. Va donc constater les dégat des travaux illégaux de l’Andra. BESOIN DE SOUTIEN EXTERIEUR!
  • 11h20: La conférence de presse risque d’être déplacé à cet après midi (plus d’info précise en fonction de la situation – à venir)
  • 12h: La Conférence de presse se tiendra à 14h30, à l’entrée du bois de Mandres en Barrois
  • 15h40: La conférence de presse se tient. Pas mal de passage de journalistes, mais aussi de personnes venant soutenir , dont beaucoup de locaux. Les flics sont plus en retrait, l’hussier de l’andra se fait discret.
  • 16h20: Ce soir rdv 18h30 pour discution / pic nique toujours interminable. Rappel: on a toujours pas mal de besoins matériels!
  • 17h30: On apprend que l’ANDRA a déposé un permis de construire pour des travaux autour de leur première base historique: le laboratoire (à 3km de la foret). http://www.meuse.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Participation-du-Public/Suites-consultations-du-public/ANDRA-Permis-de-construire-reamenagement-zone-du-carreau-laboratoire-de-Bure-Mise-a-disposition-du-public-par-voie-electronique

En gros c’est un permis de construire pour : halls/ateliers + garage d’engins, bureaux, vestiaires, réfectoire, réserve à carburant de 20m3, locaux abritant un groupe électrogène et la préparation du béton, bassins de rinçage des eaux chargées en béton, hall métallique qui abritera un quai béton, aire de stockage des huiles neuves et des déchets spéciaux, local pour les déchets assimilés ménagers, aires en béton pour le parc des bennes à déchets, pour le stockage des pièces et équipements, voiries et trottoirs
Total surfaces: 4968.39 m2 + parking de 2 065 m2 réservé aux visiteurs (extérieur du site) Il est prévu un accroissement du volume des déblais stockés sur le site 12m par rapport au terrain naturel (contre 8 actuellement)

  • 20h:  les locaux du CLIS (comité local d’information) dans lesquels se trouve un responsable de l’andra se font entourer des barbelés coupant coupés dans la foret.
  • 21h: On apprend dans la presse des déclaration de l’Andra: « Il ne s’agit pas du tout de travaux pour faire Cigéo, il s’agit
    simplement de travaux pour permettre la demande d’autorisation de
    Cigéo »*, a répondu Jean-Paul Baillet, directeur du Labo. Il a souligné que « l’Andra est chez elle et bien chez elle »* dans ce bois et elle a l’intention de porter plainte. …. L’andra se crois chez elle partout depuis 20 ans en irrigant de pognons les départements, aujourd’hui elle mange une grosse claque, et fait des caprices, on reprend a cesar ce qui n’appartient pas a Cesar.
  • 22h: soirée détendue, beaucoup d’habitants de Mandres et alentours viennent passer la soiré dans la foret, boire un coup, discuter, certains n’étaient jamais venus auparavent lors des discutions publique. Le bois se transforme en un véritable couarail, lieu de rencontre villageois où l’on discute de nos quotidiens et de nos communs. En cela un tel lieu ne colle pas avec la définition bornée et enfermante qu’entendent certains journalistes dans le mot « ZAD », qui dans leur interprétations, figent les identités, ghettoïsent l’espace, et donnent l’illusion d’un anti-monde coupé et hostile à ce qui lui serait extérieur.
  • 22h15: RDV massif demain mardi 21 à 6h à l’entrée du bois, pour petit déj, blocage des travaux et des expulsions, n’oubliez pas l’appel a matos et / ou don

Dans la presse:

https://lundi.am/Bure-debut-d-occupation-et-mise-a-sac-du-chantier-de-l-Agence-Nationale-pour-la

http://5minutes.rtl.lu/grande-region/laune/922790.html

http://www.ouest-france.fr/lorraine/meuse/meuse-des-opposants-au-stockage-de-dechets-nucleaires-occupent-un-bois-4313616

Le 26 juin, toutes et tous à la fête de la libération du bois de Mandres !

FÊTE DE LA LIBERATION DU BOIS DE MANDRES

Dimanche 26 juin, à partir de 12h : banquet partagé, ballades, constructions, plantations, chansons, discussions !

Depuis le dimanche 19 juin, le bois communal de Mandres-en-barrois a été libéré de l’emprise de l’Andra. Les barbelés sont tombés, les vigiles ont déguerpi. La forêt est de nouveau ouverte et accueillante. Alors que l’Andra souhaitait privatiser ce lieu et transformer les futaies d’hêtres en « zone des puits » pour la poubelle nucléaire CIGEO, la forêt a retrouvé son usage collectif. Elle appartient à tous et à toutes.

préau Sur l’ancienne plateforme de stockage des engins de déforestation, un grand préau a été construit en bois massif qui se veut lieu de rencontre et de passage. Comme une invitation à se réapproprier un territoire, autour d’une ballade ou d’un café partagé au milieu des grands charmes.

« Promenons nous dans le bois Lejuc

Pendant que l’Andra n’y est plus »

Venez profiter de ces lieux, promenades, cueillettes, affouages, mais aussi constater l’ampleur des travaux débutés par l’Andra dans l’illégalité. Des hectares ravagés, des ornières béantes, des arbres arrachés.

preau2Et Dimanche 26 juin, à partir de 12 heure, grand banquet pour fêter la libération du bois et la première semaine d’occupation ! Venez nombreux-euses, rendez-vous à l’entrée du bois de Mandres !

Premier programme

  • 12h : banquet partagé et repas tiré du sac à la Salle à Mandres (plateforme occupée et base de vie)
  • Ballades de découvertes de la forêt / Chantiers de construction d’abris, de barricades, etc / Plantations collectives
  • 17h30 – Grande discussion collective pour toutes les composantes du mouvement contre la poubelle nucléaire : point sur la semaine d’occupation, préparation des jours et semaines à venir. Comment continuer d’en mettre plein la tête à l’ANDRA, bloquer efficacement ses travaux? Et surtout, si ils nous expulsent, comment on revient encore plus fort-e-s et détermin-é-e-s pour ré-occuper et bloquer à nouveau ?
  • Soirée : chorales, musiques, chansons, subversions…

ANDRA DEGAGE ! RESISTANCE ET AFFOUAGES !

 

Infos : vmc.camp / Téléphone : 07 58 65 48 89

Plus d’infos sur le projet CIGEO : burestop.eu / pandor.at / burezonelibre.noblogs.org

L’appel à matos pour soutenir l’occupation ! 

Communiqué – Dans la forêt libérée de Mandres, la stratégie de la tension a commencé

Dans la forêt libérée de Mandres, la stratégie de la tension a commencé autour de la forêt libérée

Il n’aura pas fallu 2 jours pour que l’ANDRA et la préfecture commencent à harceler, de différentes manières, les personnes impliqué-e-s dans la manifestation du dimanche 19 juin et l’occupation de la forêt. Leur but : faire peur, diviser, et déjà essouffler le mouvement, pour mieux pouvoir le cueillir lors d’une éventuelle évacuation policière.

Première incartade des vigiles à l’entrée du bois

Mardi 21 juin, 15h, grosse tension à la barricade d’entrée de la forêt « La Rue Rale ». Une voiture avec 5 vigiles a débarqué, et a eu le temps de démonter une petite barricade à l’entrée avant de se faire chasser par plusieurs occupant-e-s déterminée. La voiture a battu en retraite et est retourné derrière les gendarmes en faction au carrefour une centaine de mètres plus loin. Quelques minutes plus tard une fourgonnette de gendarmerie est venue en renfort. Il semblerait que la stratégie de la tension de l’ANDRA et de la préfecture a commencé. Son but principal : susciter l’essoufflement du mouvement dans les jours à venir pour mieux pouvoir amorcer une évacuation avec grands renforts. En le faisant se replier, en interne, sur les seules nécessités d’autodéfense au détriment du lien avec le reste du mouvement ; et à l’extérieur, en apeurant les autres personnes se rendant sur les lieux, et à terme les habitant-e-s alentours en faisant de la propagande sur la « violence » supposée des possibles altercations. Pas de bol : on est parfaitement conscients de ces stratégies minables, quoi que raffinées, et on saura attendre les vigiles comme ils se doivent : avec de quoi se protéger, mais aussi les filmer et retransmettre tous leurs agissements en direct.

Premières pression sur des paysan-ne-s participant-e-s au mouvement

Stratégie de la tension, deuxième épisode, autres dispositifs. Mardi 21h, 15h45. Au point de contrôle des gendarmes, un paysan impliqué dans l’occupation se fait alpaguer par Emmanuel Hance, le M. « relations humaines » et accaparement des terres de l’ANDRA, un individu craint et/ou détesté par une majorité des habitant-e-s, qui fait la loi dans la région auprès des paysans et autres propriétaires de terres agricoles et de forêt. La discussion dure un bon quart d’heure. Morceau choisi de la leçon de morale du grand manitou des opérations de l’ANDRA : « Je comprends votre engagement lors des 200 000 pas, mais là vous allez trop loin, parmi les gens impliqués dans la manifestations de dimanche il y en a 50 qui n’ont que leur sac à dos, quand ils partiront vous vous retrouverez tout seul… » Les ficelles sont grosses : il s’agit de susciter la désolidarisation et la dissociation au sein du mouvement de lutte et d’occupation envers une frange indésirable (qu’on la nomme « casseur » dans les mouvements sociaux, « zadistes » dans les luttes contre des projets, marginal, sans-abri, etc etc).

Encore un autre épisode pour la fabrique de la dissociation : hier 20 juin, un autre paysan participant à la journée du 19 juin s’est fait alpaguer, toujours par Hance. « Hé, je t’ai vu dimanche dernier, t’étais masqué avec ton père ! ». Rien de tel pour faire monter les choses en pression.

Les habitant-e-s de Mandres-en-Barrois et alentours impliqué-e-s dans l’occupation ne sont pas dupes de ces manœuvres de division. L’ANDRA procède ainsi depuis 20 ans et elle a largement contribué à ruiner les formes de solidarités villageoises qui existaient encore, et à monter les gens les uns contre les autres. Le but de tous ces dispositifs est clair : faire peur, diviser, et déjà essouffler le mouvement, pour mieux pouvoir le cueillir lors d’une éventuelle évacuation policière, qui interviendrait probablement après le dépôt de plainte que Baillet, le directeur technique de l’ANDRA, a évoqué le 20 juin dans les médias.

Aujourd’hui, dans le bois Lejuc libéré, une forme de communauté se cherche dans la défense de grands chênes et de jeunes charmes. Nous allons retourner la stratégie de la tension en une plus forte coopération et en résistance aux sales manœuvres de l’ANDRA !

Quelques occupant-e-s de la forêt

Contact presse : sauvonslaforet@riseup.net / Tel 07 58 65 48 89

Site : vmc.camp

Communiqué – Bure, pas de ZAD que cache la forêt !

Le bois de Mandres-en-Barrois est occupé, mais surtout libéré !

Non, il n’y a et n’y aura toujours pas de ZAD à Bure, n’en déplaise aux médias avides de sensationnalisme qui crient au « zadiste » dès qu’une résistance à un projet d’aménagement du territoire se mue en occupation.

Le terme de ZAD a beau faire partie à présent du dictionnaire, il ne saurait résumer et recouvrir les réalités propres à chaque lieu de lutte. Ce qui se vit à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, pour exceptionnelle que soit la teneur de la communauté de lutte sur place, ne peut pas être transposé façon « recette miracle » partout où le système capitaliste ravage le territoire de ses chancres en tout genre.

Ce dimanche 19 juin, près de 250 personnes, habitant-es, paysann-es et opposant-es au projet d’enfouissement de déchets nucléaires CIGÉO, après avoir ôté les clôtures, ont envahi la plate-forme de chantier installée dans le bois Lejuq, à proximité de la commune de Mandres-en-Barrois. Ce même bois avait été échangé par l’ANDRA lors d’un conseil municipal organisé à 6h du matin au mois de juillet 2015, a contrario de la volonté des habitant-es de Mandres qui avaient majoritairement voté contre la vente de celui-ci à l’ANDRA, deux ans auparavant.

Un pique-nique de mobilisation dans le bois ce dimanche s’est poursuivi avec une action de réappropriation et d’investissement de la plate-forme de chantier, par les habitant-es dépossédé-es et des opposant-es au projet CIGÉO. Les chemins d’accès ont été entravés afin d’empêcher l’ANDRA de poursuivre son œuvre de destruction de la forêt et un préau construit pour accueillir les soutiens à l’occupation du terrain. Depuis lundi 20 juin, l’aménagement du terrain se poursuit pour continuer d’accueillir des gens sur place et libérer les usages de la forêt par les habitant-e-s dépossédé-e-s et toutes celles et ceux qui souhaitent y passer pour une promenade, une cueillette, le retrait des affouages, un café, etc.

Le bois se transforme en un « Couarail », un ancien mot lorrain qui désigne un lieu de rencontre
villageois où l’on discute en faisant des tâches quotidiennes. Cela ne colle pas avec la définition bornée et enfermante qu’entendent certains journalistes dans le mot « ZAD » qui figent les identités, ghettoïsent l’espace, et
donnent l’illusion d’un anti-monde coupé et hostile à ce qui lui serait extérieur. Tout l’inverse de ce qui se cherche et se construit, déjà, dans ce bois libéré.
En bref cette forêt est bien plus une zone libérée de l’emprise de l’ANDRA – ses vigiles-mercenaires et ses engins de déforestations – qu’une zone occupée par on ne sait quels « zadistes » fantasmés, dont l’image péjorative est bien utile pour apeurer tout le monde.

Pourtant, certains médias hâtifs annoncent déjà l’émergence d’une ZAD, alors que ce mot n’a jamais été revendiqué par les opposant-e-s. Décidément, les idées reçues sont tenaces : à l’été 2015, un campement de 10 jours qui avait rassemblé près de 1500 personnes avait déjà enflammé les imaginations en mal de sensations. Las, la ZAD n’avait pas eu lieu, le campement entièrement démonté. Sont restés surtout de forts liens locaux entre riverains, paysann-es et toutes celles et ceux qui ont participé à ces dix jours de mobilisation et discussion. C’est sur ce terreau que se sont nourris les nombreux moments de mobilisation au cours de la dernière année (occupation agricole des terres de l’ANDRA, chantiers collectifs, grandes marches populaires…), et, aujourd’hui, se construit la libération de ce bois.

Contact presse : sauvonslaforet@riseup.net // 07.58.65.48.89

Site : http://vmc.camp/

#etedurgence

#EtéDurgence à Bure ! Début d’occupation et mise à sac du chantier de la poubelle nucléaire, appel à soutien !

Pour suivre les dernières info, suivez le fil info ici

Pour les besoins matériels, ici, et appel a soutien financier ici.

Une video de la journée, avec la lecture de l’appel (son mauvaise qualité)

plateforme#EteDurgence

#OCCUPYLAMEUSE

A Bure, appel à blocages et occupations tout l’été contre le début des travaux de la poubelle nucléaire CIGEO !

Aujourd’hui, dimanche 19 juin, nous avons temporairement libéré le bois communal de Mandres-en-Barrois du joug de l’ANDRA et sa poubelle nucléaire CIGEO. Devant notre grand préau de bois érigé là où les premiers déboisements ont eu lieu, nous, habitant-e-s en résistance d’ici et ailleurs, associations, collectifs, déclarons la forêt de Mandres occupée !

Nous engageons un nouveau pas dans la résistance : face aux débuts des travaux, nous opposons notre joie et notre espoir tenace. Nous ne voulons pas d’une « zone des puits » branchée sur des milliers de tonnes de déchets remisés à l’oubli dans les entrailles de la terre : nous allons défendre physiquement cette forêt qui appartient à toutes et tous. Ce qui se joue derrière ces taillis de charmes et de hêtres, c’est le symbole de la lutte contre l’arrogance et la violence de l’ANDRA. Sous la canopée des grands chênes, notre volonté, herbe folle, ne se laissera pas bétonner.

En 2013, l’agence a agité ses millions et ses promesses d’emploi pour faire main basse sur ce bois : lors d’une consultation, la majorité des habitant-e-s de Mandres a dit non. Car dans cette forêt on fait les affouages pour le bois de chauffe, on flâne, on chasse, on se promène, on cueille : elle fait partie de la vie. Les habitant-e-s ont dit non car il y a là 300 ans de souvenirs, d’usages et de secrets qui ne peuvent être échangés ou compensés. A la manne financière nous préférons les chemins de terre, aux fausses promesses d’emploi celles d’un chêne qui vieillit.

A l’été 2015 l’ANDRA est revenue à la charge. A 6h du matin, le conseil municipal a voté l’échange du bois par 7 voix pour et 4 contre. Cette fois, pas d’illusion de démocratie ou de « consultation », mais deux vigiles pour barricader l’entrée de la mairie.

Depuis presque an, les habitant-e-s ont multiplié les recours pour récupérer ce bois et empêcher le début de la décharge atomique. Réunions publiques, recours gracieux et recours au tribunal administratif contre l’échange du bois ont fait renaître une résistance locale, mais n’ont pas empêché le début des travaux. Nous ne sommes pas dupes : ce n’est pas uniquement devant les tribunaux qu’on enterrera un projet aussi vital et stratégique pour l’Etat et sa filière nucléaire.

#OCCUPYLAMEUSE

Aujourd’hui, nous occupons cette forêt pour nous opposer physiquement à l’annexion de ce bois par

l’ANDRA. Nous l’occupons car le craquement des arbres qu’on arrache nous est insupportable, car leurs barbelés-rasoirs, leurs vigiles mercenaires et leurs gros chiens ne nous arrêterons pas. Nous l’occupons pour empêcher le vol du territoire par les mains voraces de l’industrie nucléaire.

Nous occupons cette forêt pour bloquer le début des travaux de CIGEO. Nous savons que rien n’arrêtera l’avancée de la poubelle dans les couloirs feutrés du Parlement, sinon le rapport de force sur le terrain. De gauche à droite, les politiciens applaudissent à tout rompre au son du clairon atomique, plus encore quand il s’agit de « rendre service aux générations futures ». Occuper maintenant, c’est reprendre la main sur un projet refusé depuis plus de 20 ans, c’est tenter d’avoir une prise sur un ennemi qui, partout ailleurs, s’est rendu insaisissable.

Nous occupons cette forêt d’une autre vie, joyeuse, inventive, collective, contre la société nucléaire et son monde de militaires et de vigiles, d’experts souriants et de dosimètres, d’exploitation des terres et des peuples. Là où ils veulent déboiser, nous construisons des refuges. Là où ils érigent des barbelés nous ouvrons des chemins. Là où ils fabriquent leur désert de solitude et de résignation, nous affirmons notre joie d’être ensemble, en résistance.

Maintenant, tout l’été, toutes et tous à Bure pour bloquer CIGEO !

Sous les piliers de notre préau il y a, sédimentée, toute l’épaisseur de 30 ans de lutte contre la colonisation du territoire, ici et ailleurs, par l’ANDRA. Les cabanes d’aujourd’hui et de demain sont les complices de nos patates rebelles qui squattent les terres de l’agence, les alliées des grandes marches populaires contre la poubelle, les camarades des campements de résistance à CIGEO et son monde.

Ce début d’occupation ne doit pas être le point d’orgue de deux semaines d’action mais le prélude d’un été déterminé. Notre préau, c’est l’invitation à un pique-nique interminable, un nouveau lieu de rencontre et de passage contre la fabrique du désert de l’ANDRA. Notre préau, c’est un appel en bois massif à converger largement vers Bure dès maintenant pour soutenir l’occupation et empêcher, par tous les moyens nécessaires, la destruction de ce bois et le début des travaux de CIGEO. Nous pensons pique-niques, actions directes, manifestations populaires. Nous imaginons blocages, balades et actions décentralisées.

Des peuples spoliés par les mines d’uranium d’Arlit aux bocages rebelles de Notre-Dame-des-Landes, en passant par les reliefs escarpés du Val de Suse et le campement anti-nucléaire de Pyhajöki en Finlande, nous nous tenons sur une seule et même chaîne de résistance contre ceux qui prétendent aménager nos vies !

ON NE NOUS ATOMISERA JAMAIS ! ANDRA, DEGAGE !

Accès: (voir carte ci dessous) depuis le bourg de Mandres en Barrois, au carrefour principal sur l’axe Joinville – Houdelaincourt, prendre la petite route à l’opposé de celle allant vers Luméville (à gauche en venant de joinville, après la route allant vers Bure). Faire 2km tout droit, vous passez devant une grande antenne sur votre gauche, l’entrée du bois est 200m plus loin. Un autre accès vous y  amène depuis l’autre bout de la foret à partir de Ribeaucourt. Il faut alors suivre le chemin forestier dans la foret.

Compter 3h depuis paris, 1h de nancy 3h de strasbourg, 2h de dijon, 1h30 de reims, 1h20 de Metz..

Contact : sauvonslaforet@riseup.net // 0758654889

Infos : vmc.camp

Infos sur le projet CIGEO : burestop.eu – pandor.at – burezonelibre.noblogs.org

Appel à télecharger ici

carte emplacement occupationbarricade1 tracto-barricadebarricades 2le préau monté à la place de l’ancienne plateformepréau

ce qu’il reste des cloturescloturesdef1 cloturages (avant)Mandres-14 mandresmasques  preau2 mandrestag